Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | La peinture britannique s'invite au musée des Beaux-Arts

1

La saison culturelle 2021, Ressources a été lancée ce 10 juin à Bordeaux. Une Année Britannique au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux s’inscrit dans cette dernière. Pour cette seconde édition d'Une Année britannique, deux expositions, British Stories et Absolutely Bizarre!, se succèdent jusqu’au 17 octobre 2021. A elles deux, elles permettent de montrer deux points de vue complémentaires sur la peinture britannique, et de valoriser la collection d’art britannique du musée bordelais, remarquable mais rarement présentée dans son ensemble. Une occasion à ne pas manquer.

« Cette seconde édition est le fruit d’un dialogue nourri avec le musée du Louvre et l’occasion, bien sûr, de croiser nos collections » présente Sophie Barthélémy, directrice du musée des Beaux-Arts de Bordeaux. En effet, pour cette double exposition, huit chefs-d’œuvre ont été prêtés par le musée du Louvre. Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux propose une programmation pluridisciplinaire au sein du musée et également hors les murs, grâce à des partenariats avec une dizaine d’institutions culturelles. Concerts, rencontres et parcours, avec par exemple l’Opéra National de Bordeaux, la Bibliothèque Mériadeck, la librairie anglophone Bradley’s Bookshop, l’école de langue Kids&Us ou encore Station Ausone-Librairie Mollat… Il est également possible de retrouver des expositions de reproductions en gare de Bordeaux Saint-Jean et d’Agen depuis le 30 avril, et jusqu’au 30 juin. 

L’art du portrait  

L’exposition British Stories, labellisée Exposition d'intérêt national par le ministère de la culture, se déroule jusqu’au 19 septembre 2021. Elle est une réelle discussion entre les toiles et chefs d'oeuvre du musée du Louvre et celles des Beaux-Arts de Bordeaux. Une bonne partie de l’exposition est consacrée à l’art du portrait, un genre dans lequel les peintres britanniques excellaient depuis le XVIe siècle.

Benjamin West, Phaéton sollicitant d’Apollon la conduite du char du Soleil,Benjamin West, Phaéton sollicitant d’Apollon la conduite du char du Soleil, 1804. Paris, musée du Louvre
© RMN-Grand Palais (musé e du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi.

 

Elle se parcourt en trois sections. La première traite donc davantage l’art du portrait aux XVIIIe et XIXe siècles. Avec la présence de grands noms tels qu’Anton van Dyck, Joshua Reynolds, Thomas Lawrence, ou encore Allan Ramsay. De quoi mettre en lumière la virtuosité et le panache propres à cet âge d’or de l’art britannique. La seconde section rend compte de la diversité des genres représentés grâce aux marines et aux paysages souvent réalisés par des artistes issus du continent et qui firent carrière sur les îles britanniques. La visite prend fin avec une partie consacrée à l’art des XIXe et XXe siècles. Vous retrouverez notamment le buste d’une femme sculpté par John Wood. Mais surtout l’œuvre d’un des pionniers de l’art abstrait et chef de file de l’avant-garde artistique anglaise : Victor Pasmore. 
La scénographie s’inspire des intérieurs anglais, chaleureux, feutrés, et souvent colorés. La proposition graphique elle, prend appui sur une typographie et un graphisme caractéristiques de l’imprimerie anglaise, réinterprétée de manière contemporaine.

Absolutely 

Lancée ce 10 juin, l’exposition Absolutely Bizarre ! sera visible jusqu’au 17 octobre 2021. Pour cette exposition, une soixantaine d’oeuvres ont été prêtées par le Bristol City Museum & Art Gallery, Victoria Art Gallery de Bath, Tate Britain de Londres ainsi que du musée du Louvre. Elle est l’occasion de mettre à l’honneur les relations historiques de la ville de Bristol et celle de Bordeaux, qui sont jumelées depuis plus de 70 ans. Chacune ont un rapport particulier et privilégié à la mer et au fleuve.
Mais cette exposition propose surtout la première présentation d’ensemble, en France, du phénomène artistique singulier qu’a représenté « L’École de Bristol ». Plus qu’un mouvement pictural, il s’agit bien davantage d’une association informelle de peintres, principalement paysagistes, et d’amateurs (critiques, mécènes, écrivains), caractéristique des réalités artistiques de la première moitié du XIXe siècle.

Sunset at Sea after a Storm de Francis DanbyFrancis Danby,Coucher de soleil sur la mer après une tempête (Sunset at Sea after a Storm), 1824. Huile sur toile  
©Bristol, Bristol Museum & Art Gallery.

 

L’École de Bristol aborde une grande variété de genres qu’elle vient totalement renouveller : la peinture de la vie citadine et des scènes de genre, vues au prisme des transformations sociales de l’époque, le paysage, en inventant une forme originale de vues pittoresques et péri-urbaines, et enfin la peinture fantastique, traitée avec une ambition inédite jusqu’alors. Le parcours scindé en cinq parties, reprend ces grandes thématiques : Absolutely Panoramic !, Absolutely Nature !, Absolutely Social Comedy !, Absolutely Sublime !, Absolutely Terrible ! Parmi les artistes "absolutely fabulous", présentés à Bordeaux pour l'occasion : Edward Bird, Francis Danby, Samuel Colman, Samuel Jackson, William James Müller ou encore Rolinda Sharples, artiste femme qui réussit à pouvoir vivre de son art.
Quant à la scénographie proposée aux visiteurs, elle est plutôt ludique et pédagogique. Avec par exemple, une présentation des outils et des étapes de réalisation d’une aquarelle ; un espace ludique pour lancer une partie de Painters’ Pursuit, jeu de plateau créé pour l’exposition ; un espace-bibliothèque comprenant des ouvrages anglais, en anglais et français, pour adultes et enfants. 

 

A savoir : Le musée propose des visites pour les adultes mais aussi au jeune public, en français ou en anglais. Il propose également des visites « Art & books » avec The Bradleys Bookshop. L’occasion de découvrir quelques œuvres de l’exposition ainsi que la lecture bilingue d’un album jeunesse, en partenariat avec la plus ancienne librairie anglaise de Bordeaux. Aussi, des visites en langage des signes, des visites multisensorielles (avec audiodescription) et des livrets de visite FALC (faciles à lire et à comprendre), accompagneront tous les publics. 

Des ateliers pour les enfants, à partir de 3 ans, et les adolescents, permettront de découvrir l’aquarelle (« Water color »), l’univers fantastique des paysages bristoliens (« So bizarre ! »), le portrait (« Marie de Médicis voyage »), les scènes de genre (« Conversation piece »). Des contes-théâtres pour les enfants (3-10 ans) seront menés au musée par l’école de langue Kids&Us. 

Retrouvez toutes les informations sur le site du Musée des Beaux-arts. 

Mélanie Philips
Mélanie Philips

Crédit Photo : Musée des Beaux-Arts

Publié sur aqui.fr le 11/06/2021