Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Une première Biennale européenne d'histoire locale à Tulle

Tulle

Du 10 au 12 septembre, Tulle accueille la première Biennale européenne d'histoire locale réunissant près d'une cinquantaine d'intervenants variés. Historiens, sociologues, artistes, journalistes, mais aussi politologues, agriculteurs ou encore anthropologues réunis à l'initiative de l'universitaire et historien Tulliste Jean Boutier, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Marseille). Leur mission commune : éclairer par leur savoir, non pas tant l'histoire et les apports de l'Europe, mais, en inversant le regard, « l'apport des territoires et des acteurs locaux à la construction de nos sociétés dans une Europe ouverte sur le monde ». Le thème de cette première édition : Les années 50 en Europe. Trois jours d'échanges et d'animations, gratuits et ouverts à tous.

Les organisateurs le promettent, ces trois jours de débat « associeront rigueur scientifique, démocratisation du savoir et participation citoyenne ». L'événement qui entend tous les deux ans donc, « éclairer notre monde contemporain à partir de ce qu’ont vécu nos prédécesseurs, et réfléchir sur les dynamiques en cours », affirme sa volonté à « penser ensemble à notre avenir ». Pour ce faire outre de nombreux experts et chercheurs, représentants de la société civile et du monde politique seront aussi au nombre des invités lors de tables ronde et conférences. Au-delà de ces temps d'échanges, ce rendez-vous résolument européen propose de nombreux autres manifestations telles que des expositions, une programmation cinématographique (pensée par le réalisateur Cédric Klapish), un concert ou encore un marché de producteurs européens, où trouver tant des produits de Corrèze que des différentes villes jumelées à Tulle ! Voilà pour le cadre général et les ambitions, entre culture et festivités, de cette toute nouvelle manifestation.

Un forum dédié au monde rural européen, des années 50 à nos jours
Concernant plus précisément les réjouissances de cette première édition, elle aura pour thème « Les années 50 en Europe ». Portée par une puissante aspiration à la paix, au développement et au progrès social, l’Europe des lendemains de la Seconde Guerre mondiale jette les bases du monde actuel. Les nouveaux biens de consommation, la transformation des modes de vie notamment par l'essor des pratiques sportives ou encore l'arrivée du rock'n roll mais encore la modernisation des campagnes ou le rôle croissant des femmes, modifient profondément les sociétés. Une décennie qui marque aussi le début de la fin des empires coloniaux et l’installation des «démocraties populaires» suscitant de nouveaux projets à l’échelle de l’Europe.... Autant de thèmes qui viendront richement nourrir les échanges et événements programmés tout au long de ce week-end tulliste qui se veut, dans le respect des mesures sanitaires, ouvert et accessible au plus grand nombre.

A noter au programme du samedi 11 septembre, le focus fait sur le monde rural à travers l'organisation d'un grand forum au sein du lycée agricole Edgar Pisani, à Naves, commune voisine de Tulle. La matinée, à travers une table ronde, des projections et une conférence de Nadine Viviers de l'Académie d'Agriculture, reviendra sur les paysans et l'agriculture dans les années 1950 en Europe, quand l'après-midi retracera la trajectoire agricole de 1950 à nos jours. Interviendront notamment de Bertrand Hervieu (Centre national de la Recherche Scientifique, Institut national de la Recherche agronomique), Marie-Claude Maurel (École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Académie d’Agriculture), Eric Andrieu, député européen, ou autre habitué des institutions européennes, Dacian Ciolos, député européen et ancien commissaire européen à l’agriculture.


Le très dense programme de cette Biennale de Tulle, ainsi que le détail des intervenants sont à retrouver sur le site internet de l'événement : www.biennale-tulle.fr

 

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : DR

Publié sur aqui.fr le 07/09/2021