Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Label « ExcellencES », les universités de Nouvelle-Aquitaine remportent la mise

Etudiants de l'Université de Poitiers en amphi

« Hisser les universités françaises vers le meilleur niveau international ». Voilà l'ambition de l'appel à projets « Excellences sous toutes ses formes » lancé en mars dernier par le Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche dans le cadre du 4ème Programme des Investissements d’Avenir. Un appel à projets « pour poursuivre et amplifier la transformation des sites académiques » doté, en 3 vagues, de 800 M€ et dont les 15 premières universités lauréates ont été dévoilées en milieu de semaine. Parmi elles, 4 sont en Nouvelle-Aquitaine. Poitiers, La Rochelle, Bordeaux et Pau-Pays de l'Adour. Focus sur ces quatre projets de transformation ambitieux qui représentent au global une enveloppe de 65,2 M€ de soutien de l'Etat sur une durée comprise entre 6 à 10 ans.

Une Université de Poitiers durable avec le projet Up Squared
Au sein de l'Université de Poitiers, le projet lauréat du nouveau label « ExcellencES » nommé UP Squared, s'inscrit dans le cadre des orientations stratégiques de l'établissement pour 2022-2026. A savoir, « la transformation de l’université de Poitiers en université durable [tant] du point de vue humain, environnemental ou sociétal et en prise directe avec les besoins de la société et de ses territoires ». Pensé autour de 3 objectifs clés du développement durable que sont la « santé et le bien-être, l' éducation de qualité, et les villes et communautés durables », ce projet a été élaboré avec l'implication d'une vingtaine de partenaires académiques et socio-économiques, et l'appui de la Région Nouvelle-Aquitaine et de la Communauté de Communes de Grand Poitiers.

Pour Virginie Laval, présidente de l'UP : « Cette labellisation « Excellences » positionne l'université de Poitiers sur la carte nationale, européenne et internationale. C'est une reconnaissance à la fois de la substance partenariale autour de l'université de Poitiers et de sa trajectoire volontariste pour se positionner comme un établissement qui assume pleinement ses missions de formation et de recherche ».

Concrètement, parmi les actions fortes du projet, figure la création de trois Graduates schools, interdisciplinaires et partenariales, autour des 3 objectifs de développement durable affichés par l'établissement. Doté d'un financement par l'État de 16 M€, le projet sera mis en œuvre entre 2022 et 2031, symbolique année du 600e anniversaire de l'Université.

Université de la Rochelle : le littoral au coeur du projet ExcelLR

Université de la Rochelle

De son côté, l’Université de La Rochelle avait postulé à l’appel à projet forte de sa spécialisation sur les problématiques du littoral. Depuis cinq ans, l’université rochelaise met progressivement en place son Institut du Littoral Urbain Durable Intelligent, fédérant tous ses laboratoires, ses programmes de master et de doctorat au sein de ce nouvel Institut. Objectif : créer un centre de recherches d’excellence intégrant toutes les disciplines liées au littoral, du droit de l’environnement à ingénierie du bâtiment en passant par la croissance bleue.

« Sur le plan politique, cette reconnaissance de l’Etat est un signal fort que la transformation de l’université en une unité de recherches intensives va dans le bon sens », se réjouit le président de l’Université Jean-Marc Ogier. Il avait d’ailleurs pensé cette spécialisation à l’époque de la réforme de l’enseignement supérieur, « inquiet que l’université rochelaise ne devienne un établissement de second rang ». Son partenariat avec 9 universités européennes, également spécialisées dans les problématiques du littoral, aura sans doute pesé dans le choix de l’Etat dans son appel d’offre.

Une enveloppe de 16 M€, répartis sur 120 mois, va permettre à l’université de faire venir les meilleurs spécialistes du genre à La Rochelle, et de mettre de nouveaux thésards et post-doctorants sur davantage de programmes de recherches. L’enveloppe servira également à payer du matériel, dans le cadre des recherches lancées dans le cadre de l’appel à projet « Excellences ». En plus de ses volets formations et recherches, elle compte développer la vulgarisation des connaissances du domaine vers le grand public.

L'Université de Bordeaux toujours plus innovante avec son projet InnovationS

Université de Bordeaux - Site de Pessac

A l'Université de Bordeaux, qui figure au top 100 des universités les plus innovantes au monde (Reuters), c'est la volonté « d'intensifier la culture et les pratiques de l’innovation et de l’entrepreneuriat sous toutes leurs formes » qui a motivé le montage du projet "InnovationS". Par sa labellisation, il va bénéficier de 24,4 M€ sur une durée de 7 ans.

« Ce projet dévolu à une nouvelle approche de l’innovation apporte une pierre supplémentaire à la construction de l’université d’excellence que nous menons depuis une dizaine d’années. Son ambition est forte pour la métropole, la région, nous sommes en position de contribuer aux plans de relance et de réindustrialisation du pays », souligne Manuel Tunon de Lara, président de l'université.

Mis en œuvre sur 7 ans, le projet est construit autour de 4 objectifs-clés : « Développer une culture de l’innovation distinctive, multiplier les projets d’innovation ouverte et d’entrepreneuriat, renforcer l’attractivité en tant que « campus d’innovation » et promouvoir le développement d’idées scientifiques nouvelles et la sérendipité ». Pour ce faire, 18 actions ont été ciblées principalement dans les domaines de la santé (dont la santé publique numérique), l’agro-environnement, ainsi que les sciences et les arts.

Elément fort pour l'obtention du label, le projet s’appuie ici aussi sur un réseau dense de partenaires scientifiques et socio-économiques. Les campus délocalisés d'Agen et de Périgueux, ainsi que les campus connectés ne sont d'ailleurs pas oubliés dans la volonté globale d'attractivité territoriale que sous-tend le label « Excellences ».

L'université de Pau et des Pays de l'Adour et le projet IREKIA

L'Université de Pau et des Pays de l'Adour - La présidence

Quant à IREKIA, le projet de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, il se focalise sur les 2 campus basques de l'UPPA, Anglet et Bayonne. Son objectif est ambitieux : doubler le nombre d'étudiants en 10 ans, passant de 4000 à 8000, soit autant qu'à Pau. « C'est un pari audacieux, reconnaît Laurent Bordes, le Président de l'UPPA, mais, alors que cette zone abrite le deuxième bassin de population de la région, et est une des plus prolifiques en nombre de bacheliers, elle ne porte que 20 étudiants pour 1000 habitants, contre 60 à Pau, 80 à la Rochelle ou plus de 200 sur Poitiers. Ca signifie que post bac, les jeunes doivent partir, ou pire, ne poursuivent pas leurs études... La labellisation est une belle occasion pour l'UPPA d'accélérer cette transformation ».

Une transformation massive qui suivra le triptyque décrit par Christian Laborderie, porteur du projet au sein de l'université, « l'innovation pédagogique, l’excellence de la recherche et l’adéquation aux besoins socio-économiques ». Concrètement, 3 nouveaux outils permettant d'allier nouvelles pratiques d'enseignement (« par projets ») à une intensification des liens avec les acteurs du territoire, seront déployés : un Observatoire, « sur le système éducatif et socio-économique et les interactions entre les deux », un incubateur d'innovation pédagogique et 6 Fab Labs thématiques permettant d'articuler la recherche avec les 6 axes de la stratégie économique du territoire. Parmi eux la sécurité alimentaire, l'environnement et les ressources aquatiques, ou le sport et la santé. Une université aussi ouverte (« irekia » en basque) aux citoyens, promet-on.

Soutenu à hauteur de 8,8 M€ par l'Etat, le projet se chiffre à 34 M€ sur 10 ans, et projette l'ouverture de 35 nouvelles licences professionnalisantes, de 20 nouveaux masters et la création de 14 chaires et laboratoires communs. Ne manque « que » les bâtiments nécessaires à l'accueil des futurs étudiants et personnels : la déclinaison du contrat de plan Etat Région auprès de la communauté d'agglomération du Pays Basque, prévue pour signature en mars, est sur ce point très attendue !

Solène Méric et Anne-Lise Durif
Solène Méric et Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 03/12/2021