Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Spécial | Estivales de Musique : Des airs divins au Château Talbot

1

Le 6ème millésime du festival de musique classique, Les Estivales au coeur du Médoc, semble cette année encore être un véritable succès. C'est néanmoins le sentiment qu'en donnait le concert du 8 juillet, servi par Seiya Ueno et Rino Kageyama, deux jeunes artistes japonais, entre les murs du prestigieux Château Talbot. Pour ce 3ème concert du festival, le journaliste et grand musicien, Frédéric Lodéon commentait, avec le talent qu'on lui connaît, les prestations effectuées en solo ou en duo, avec deux des plus anciens instruments de musique au monde : l'envoûtante flûte et la harpe aux accents divins.

Le principe des Estivales, s'il faut le rappeler, est de faire connaître au public des talents primeurs, lauréats des grands concours internationaux, dans les décors de quelques uns des plus grands châteaux du Médoc. Ce mercredi soir 8 juillet, quelques 200 personnes s'étaient déplacées pour assister au concert donné par Seiya Ueno à la flûte, lauréat du Concours Rampal 2008, et, Rino Kageyama à la harpe, deuxième lauréate du Concours Laskine 2008. Le premier a le souffle sacré et une dextérité du doigté impressionnante, la seconde, quant à elle, caresse et pince ses cordes avec agilité, douceur et grande élégance.

Remarquable d'énergie et de panache
Le Château TalbotSi au programme de la soirée s'étaient invités Bach, Debussy et Mozart, les deux jeunes artistes se sont appliqués à nous rappeler quelques uns de nos compositeurs français, injustement oubliés, ou, à tout le moins, trop délaissés. Parmi eux, la harpiste Henriette Renie, Eugène Bozza, Pierre-Octave Ferroud ou encore François Borne dont l'interprétation de sa « Fantaisie sur le thème de Carmen » par le duo était particulièrement remarquable d'énergie et de panache.
Outre un concert de très grande qualité, la présence de Frédéric Lodéon, parrain du Festival, ne gâchait rien à la fête. Présentant et commentant les morceaux à venir par des anecdotes culturelles et musicales dont il a le secret, ses interventions fines et drôles rendaient l'ensemble un peu plus vivant encore. De la musique de qualité, des interprètes de talent, un lieu de représentation magnifique et atypique, un parrain drôle et cultivé sans oublier une dégustation (modérée) après le concert, voilà sans nul doute la recette d'un festival réussi !

Solène Méric

Pour les retardataires, il n'est pas trop tard pour assister à une représentation.
Voir sur le site : http://www.estivales-musique-medoc.com/

Solène Meric
Solène Meric

Crédit Photo : DR

Publié sur aqui.fr le 11/07/2009