Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Tribune libre - Pierre Recarte : Comment, entre Hendaye et Bayonne, saturer virtuellement la ligne actuelle pour justifier la construction de la LGV ?

LGV - Centre technique de la LGV Atlantique

"On va en Espagne, c'est tout à fait clair, en utilisant la voie existante tant qu'elle n'est pas saturée et s'il y a saturation, on en construit une nouvelle au maximum enterrée." déclare Jean Louis Borloo, le 28 septembre dernier, à Bordeaux.
«M. Borloo a affirmé être pour le maintien de la ligne existante jusqu'à saturation, mais reste à savoir quand aura lieu cette saturation. On sait que pour les opposants c'est en 2 060 et que pour RFF, comme pour moi, c'est en 2 020. » renchérit le maire de Bayonne, Jean Grenet.

Pour une fois, le Maire de Bayonne pose clairement les données du problème de la LGV mais ne répond pas à cette question : comment la ligne actuelle sera-t-elle saturée en 2020 ?
Pour trouver la réponse, il faut se tourner vers Réseau Ferré de France et le Conseil Régional d'Aquitaine.

« Trafiquer » le trafic
Actuellement sur la ligne Hendaye <=> Bayonne circulent une vingtaine de trains de marchandises et 45 trains de voyageurs : 27 TER et intercités et 18 trains de grande ligne (Source : fichiers SNCF). La capacité maximale de la ligne est de 264 trains (Source : étude Citec).

RFF a enfin admis, après avoir avancé les prévisions les plus fantaisistes, que seuls 94 trains de fret pourraient franchir la frontière, dans les deux sens (54 trains d'autoroute ferroviaire et 40 trains longs recomposés à partir de 60 trains courts). Ce chiffre de 94 correspond à la saturation des deux réseaux ferrés ibériques : Y basque et réseau Renfe mis aux normes UIC (écartement des voies, signalisation et dispositifs de sécurité au standard européen) avec de ce fait remplacement de tout le matériel roulant.

Le fret sera-t-il au rendez-vous ?
Oui répond RFF. La SNCF saura, nous dit-on, développer une politique ambitieuse et attractive.
Le doute persiste avec la baisse du fret et la suppression du « wagon isolé ». Une décision lourde de conséquence avec le report sur la route de un à deux millions de camions en plus par an !
94 trains de fret. Quel désaveu pour RFF qui en prévoyait 155 ! Comment alors atteindre la saturation virtuelle de la ligne existante en 2020 ?

Faire rouler des « trains vides »
Sans la moindre hésitation le Président de Région demande 80 TER sur la ligne Bordeaux Hendaye ! 80 TER, un chiffre ne reposant sur aucune étude sérieuse. Qu'en est-il en la réalité ?
Il circule, dans les deux sens entre Hendaye et Bayonne 27 TER transportant en moyenne 34 passagers par train,soit 917 passagers par jour ! (Source SNCF 2009) . Sans augmenter le nombre de trains, avec un taux de remplissage de 60% et en utilisant les nouveaux TER Alsthom (de 450 places) dont la Région a passé commande, ce sont 7290 passagers par jour que l'on peut transporter soit 8 fois plus !
Les marges de progression sont considérables : remplissage à 80% (seuil de rentabilité) couplage des rames permettant une capacité de 1000 places, mise en service des trains Bombardier...
Monsieur Rousset avant d'augmenter le nombre de TER pour saturer virtuellement la ligne, commencez donc par les remplir !

Diminuer la capacité de la ligne existante
En « sabotant » la voie actuelle, sous prétexte de rénovation, RFF tente de diminuer sa capacité. Les voies d'évitement sont supprimées en gare de Saint Jean de Luz, pour que le trafic soit ralenti par des trains qui ne peuvent plus se dépasser. Le pont sur l'Adour est reconstruit à 2 voies et non à 3, comme le demandent les associations. Un franchissement à 3 voies permettrait la circulation autonome des trains de la ligne Bayonne <=> Pau et de la ligne Bayonne <=> St Jean Pied de Port.
Avec 2 voies, on prépare un mini bouchon ferroviaire.

D'autres solutions sont possibles : construire une halte gare à Glain pour les trains sans correspondance de St Jean Pied de Port et une à Maignon pour les trains de Pau afin d'éviter le passage sur l'Adour.
Mais les solutions simples et peu coûteuses n'intéressent ni RFF ni nos politiques.

Enfin le Grenelle de l'environnement préconise l'utilisation des trains longs pour le fret. Avec 3 trains normaux, on peut constituer 2 trains longs. La configuration des réseaux ibériques y compris de l'Y basque ne permet que la circulation de trains courts.
Il faut donc reconstituer des trains longs pour le réseau français. Cette opérationpeut se faire sur la plateforme de Hendaye préservant ainsi une activité ferroviaire sur ce site. RFF envisage cette activité dans les Landes. Pourquoi ? Sûrement pas pour des raisons logistiques mais tout simplement pour accélérer la saturation de la ligne au Pays basque !

« Moi je ne suis pas technicien. RFF et la SNCF pilotent le dispositif et j'écoute ce qu'ils me disent. » répond le maire de Bayonne. Dès lors on comprend mieux pourquoi il prédit une saturation de la voie existante en 2020. Ce que l'on comprend moins, c'est sa confiance aveugle en RFF et son manque d'esprit critique !

Photo : Benjism89

Pierre Recarte Association Nivelle - Bidassoa

Jean-Baptiste Rey
Jean-Baptiste Rey

Crédit Photo : Benjism89

Publié sur aqui.fr le 23/11/2010