Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Vinitech Sifel: la filière Fruits et légumes interpelle Bruno Lemaire, ministre de l'Agriculture

Vinitech Sifel: la filière Fruits et légumes interpelle Bruno Lemaire, ministre de l'Agriculture

« Plus jamais 2009 ! » C'est par ce cri du coeur qu'Angéline Delahaye présidente de « Légumes de France » a accueilli Bruno Lemaire à l'occasion du salon Vinitech Sifel de Bordeaux. La profession avait, en effet, choisi ce grand rendez vous pour tenir son 54 ° congrès des producteurs de Fruits et légumes de France. Plus jamais 2009, en effet, car les mêmes causes peuvent produire les mêmes effets rappelait Mme Delahaye « la recherche de prix toujours plus bas et l' attitude prédatrice d'un certain commerce associé au zapping permanent de nos produits »

Heureusement, qu'à l'exception de la production de melons, la saison 2010a mieux rémunéré les producteurs, le climat aidant; l'accord de modération des marges, passé en mai, ayant fait le reste. « Cet accord est historique, c'est la première fois que la distribution prend un tel engagement, c'est la première fois que nous rééquilibrons le rapport de forces en faveur des producteurs. En un an nous avons fait bouger les lignes » Bruno Lemaire que le remaniement ministériel a confirmé dans son poste en l' élargissant à « l'Aménagement du territoire et à la ruralité » s'est personnellement engagé dans ce sauvetage de la filière fruits et légumes. Dès lors, il a saisi cette tribune pour capitaliser l'estime vigilante qu'à l'évidence lui porte cette branche de notre agriculture. Et de rappeler qu'il avait obtenu l'exonération des charges à un moment critique pour la filière.

La moitié du chemin
Un gainde compétitivité estimé à 500 millions d'euros chaque année pour les producteurs. « Nous avons fait la moitié du chemin. Je souhaite que nous allions plus loin encore en étudiant le coût du travail permanent. Une mission parlementaire fera à ce sujet des propositions d'ici juillet 2011. » Sur le terrain de la compétitivité où, au sein même de l'Union Européenne, les distorsions sont souvent très fortes, la question de l'environnement a été mise sur le tapis avecvigueur par Mme Delahaye, extrayant d'un petit sac deux poches d'endives dont l'une aux légumes traités, et l'autre pas, au dichloropropène. Entendons que le Grenelle n'a pas trop bonne presse, si peu d'ailleurs que la profession ne craint pas de dire « Pouce ! ». Le ministre n'a pas éludé le sujet, rappelant « que lundi encore il s'était battu sur ce dossier au Conseil européen, regrettant l'attitude de la Commission et ajoutant : « nous inciterons la firme à purifier son produit et à présenter un nouveau dossier... »

La Pac "maintenue"
Quant à la politique de contrats, cette fameuse contractualisation dont les pouvoirs publics font un cheval de bataille malgré un certain scepticisme des producteurs,le ministre considère que la loi de modernisation marque « un tournant majeur » ; le décret concernant les fruits et légumes entrant en vigueur en avril 2011. Si l'interprofession ne parvient pas à un accord, l'Etat prendra le relais. L'observatoire des prix et des marges veillantà « une juste répartition de la valeur ajoutée au sein de la filière ». Bruno Lemaire, rappelant à quel point l'Allemagne, dans la plupart des filières, était devenue un concurrent redoutable a saisi l'occasion de son passage à Bordeaux pour insister sur le renversement d'attitude de la Commission et de l'Union à propos de la PAC, la Politique Agricole Commune. Réorientation, justement permise par l'évolution de l'Allemagne qui a rejoint la France pour maintenir le budget PAC et les instruments de régulation du marché au-delà de 2013. « Aujourd'hui, nous avons une position commune avec l 'Allemagne et j'ai engagé un tour d'Europe pour y rallier nos partenaires, c'est déjà le cas de l'Italie, de l'Autriche et de la Hongrie.

Photo : aqui.fr

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 02/12/2010