Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | Opéra : Ariane (en)chanta le Grand Théâtre de Bordeaux

Ariane a Naxos au Grand Théâtre en mars 2011

Un comte prévoit chez lui une somptueuse réception durant laquelle est prévue un opéra. Quelques heures avant le début des festivités, le majordome annonce que la représentation sera suivie d'une comédie italienne plus légère pour détendre les convives. Entre colère et apitoiement, les artistes crient au scandale. Sans compter sur un changement de dernière minute où le maître fait savoir que les deux spectacles seront données simultanément. Le branle-bas de combat va débuter... On conserve une idée préconçue de l'opéra, réservée à une certaine élite, le tout démodé, poussiéreux. Ariane a Naxos bouleverse tous les codes et délivre un opéra haut en couleurs empreint de modernité avec une pincée de classicisme. Compte-rendu d'un spectacle enchanteur où le mot Beauté prend tout son sens.

Opéra VS Théâtre
Fini l'opéra désuet, morose, et faîtes place à une mise en scène virtuose, électrique, avec des costumes en bas-résille et teeshirts flashy, avec une sculpture énorme orange qui envahit l'espace scénique. L'action se déroule dans les décors de la représentation, sorte de mise en abyme de l'opéra dans l'opéra. Avec l'arrivée inopportune d'une troupe théâtrale en pleine représentation d'un opéra, l'allemand Richard Strauss envoie des piques contre l'art mercantile qu'est le théâtre car il ne peut pas avoir la force d'un opéra. Une dénonciation qui trouve toute sa fureur en fin de spectacle.

Laboratoire contemporain
Un opéra devenant un art conceptuel ? Il faut vivre avec son temps et reconnaître toute la démesure de ce spectacle qui étonne par tant de mises en danger. Mais qui charme d'office. Et même si on bascule vers la fin dans les thèmes forts de l'opéra (amour mélancolique tragique, abandon de soi), la mise en scène par Roy Gallo donne un véritable coup de fouet avec un décor à la Andy Warhol rappelant aussi des galeries modernes. Les lumières scintillent , régalent les yeux, et au final le spectateur se délecte de tant de beautés. Devant les prouesses vocales des artistes, devant les sonorités envoûtantes de l'opéra de Strauss par l'orchestre National de Bordeaux, devant un Grand Théâtre rempli, on ne peut faire qu'une chose : applaudir.

Ariane a Naxos de Richard Strauss au Grand Théâtre
Mise en scène de Roy Gallo
Direction Musicale par Kwamé Ryan

Photo : Canal Com

Damien Gouiffes

 

Damien Gouiffes
Damien Gouiffes

Crédit Photo : Canal Com

Publié sur aqui.fr le 05/03/2011