Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Environnement | Le préfet promet des mesures rapides contre la sécheresse en Aquitaine

La sécheresse touche toutes les productions

"La situation ressemble étrangement à la grande sécheresse de 1976", s'inquiète Alex Gouaud, agriculteur à Montpon-Ménestérol, en Dordogne. Ces trois dernières semaines, il n'est tombé que deux millimètres d'eau dans son secteur. Une catastrophe pour l'ensemble de la profession. "Cette année, ma première récolte de foin est divisée par deux", souligne-t-il. A l'issue d'une rencontre avec les agriculteurs qui l'ont alerté sur cette situation, Patrick Stéfanini, le nouveau préfet d'Aquitaine a promis le 19 mai "qu'une première série de solutions pourrait être mise en oeuvre rapidement".

Presque toutes les productions agricoles de la région sont affectées par la sécheresse. En effet, en Gironde, la récolte des fourrages devrait être réduite de moitié cette année, estime le président de la FDSEA, Patrick Vasseur. Une bourse au fourrage, appel à la solidarité a été lancée en Lot-et-Garonne. Comme l'a rappelé Jean-Louis Nadau, viticulteur et secrétaire général adjoint de la FDSEA, la sécheresse pourrait avoir un "impact" important notamment sur la viticulture, dont la production a trois semaines d'avance, entraînant des conséquences probables sur les rendements et les prix. C'est pourquoi, les viticulteurs ont notamment lancé un a appel à la solidarité des communes. Dix municipalités girondines auraient d'ailleurs déjà mis à disposition une trentaine d'hectares de prairies. De son côté, le céréalier Jean-Louis Dubourg, vice-président de la FDSEA, a dénoncé la recrudescence de vols de câbles électriques sur les installations d'irrigation de Gironde, aggravant les risques de sécheresse, pour un préjudice total de quelque 190.000 euros depuis le 1er janvier. En outre, la FDSEA a alerté sur le fait que la "variable charges est de moins en moins maîtrisable" dans toutes les filières, en particulier en raison de l'augmentation du coût de l'énergie, et réclamé la poursuite des "efforts de l'Etat en faveur de l'allègement du coût du travail". Au final, "les éleveurs (en particulier de bovins viande) en crise de revenu depuis plus de deux ans seront dans l'incapacité d'acheter l'alimentation manquante", se désespère la FDSEA.

Pour les agriculteurs, il est urgent d'agir
Ceci étant, "l'Aquitaine est moins concernée à ce stade que le Poitou-Charentes par la sécheresse", tente de relativiser Patrick Stéfanini. Toutefois, "certains départements comme la Dordogne, le Lot-et-Garonne et certaines zones de Gironde sont d'ores et déjà concernés", a-t-il reconnu devant les représentants de la FDSEA et des JA de Gironde. Conscient qu'il faut agir, le préfet a promis des mesures rapides. Des solutions comme l'aide à l'achat de fourrage pourraient être mises en oeuvres. Des terres jusque là en jachères pourraient aussi être autorisées à être fauchées pour accroître le stock de fourage. "Les pouvoirs publics ne semblent, à ce jour, pas mesurer l'ampleur et la gravité de la situation. Dans ce contexte, les mesures annoncées à ce stade par le Ministre de l'Agriculture (jachère, paiement anticipé de la prime PMTVA) sont insuffisantes à elles seules pour face aux besoins", regrette la FDSEA dans un communiqué. "Cette sécheresse qui se caractérise aussi par son extrême précocité dans la saison, touche l'ensemble des productions. Par son ampleur, si elle perdure, elle exigera des mesures de sauvetage exceptionnelles à la hauteur des sinistres économiques  qu'elle va engendrer dans de nombreuses exploitations agricoles; il en va du devenir de nombre d'agriculteurs de notre région", prévient le syndicat.

                                                                                                                         Nicolas César


Crédit photo :www.blogparfait.net

 

Nicolas César
Nicolas César

Crédit Photo : www.blogparfait.net

Publié sur aqui.fr le 20/05/2011