Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Agriculture | Grâce au soutien d'Agriculteurs français et développement international (Afdi) Gironde, les agriculteurs du Bénin améliorent la qualité de leurs exploitations

Lionel Guezodjé (au centre) et la délégation béninoise reçoivent un chèque symbolique de 7 000 euros de la part des dirigeants du CA d'Aquitaine et de l'Afdi

Dans le cadre d'un partenariat avec l'Union Communale des Producteurs de Zogbodomé, l'Afdi (Agriculteurs français et développement international) Gironde accueille, du 25 juin au 5 juillet, une délégation de 3 éleveurs béninois. A la tête de la délégation, Lionel Guezodjé, président de l'UCP de Zogbodomé mais également de la Fédération des Unions de Producteurs (FUPRO) du Bénin, était présent ce vendredi 1er juillet pour témoigner de la réussite de cette collaboration entre paysans du Nord et du Sud, initiée en 2003 mais effective depuis 2008. En effet, grâce à l'Afdi et à son travail de soutien aux organisations agricoles et rurales, son exploitation a pu se développer. Invités de la Chambre Régionale d'Agriculture d'Aquitaine de Bordeaux, Lionel Guezodjé et les agriculteurs de l'UCP Zogbodomé se sont vus remettre par le Crédit Agricole d'Aquitaine un chèque de 7 000 euros afin de financer un crédit d'équipement pour améliorer les conditions de travail et la vie des femmes transformatrices de soja.

Chargée de coordonner et de mener à bien les actions entreprises par des organisations professionnellesagricoles au profit du développement des exploitations des pays du Sud, l'association Afdi et ses partenaires s'impliquent auprès de plus de 60 exploitations agricoles du Sud, réparties dans une quinzaine de pays. Parmi ces exploitations, le cas de l'Union Communale des Producteurs de Zogbodomé est un exemple fort. « Le partenariat entre l'Afdi et les exploitations du Bénin est très actif et apprécié » explique Lionel Guezodjé « Il ne se base pas sur des principes directifs, mais sur des principes participatifs qui tiennent compte des besoins d'échelle ». Grâce à une présence sur le terrain, au contact des agriculteurs locaux, l'Afdi peut donc cibler les besoins de chaque organisation pour laquelle elle œuvre et agir en conséquence.

« Ce qui se fait aujourd'hui Impulse une dynamique »
Structurée sur la filière coton et maillant tout le territoire béninois, l'UCP de Zogbodomé compte aujourd'hui 6 filières, dont l'élevage de volailles locales, le soja, le maïs ou encore l'ananas. A partir de rencontres et de discussions entre l'Afdi Gironde et l'exploitation de Zogbodomé, un programme ambitieuxa pu être élaboré pour développer cette organisation. Il s'articule autourde 3 axes, l'appui aux femmes transformatrices de soja, la mise en place d'une démarche collective de production et de commercialisation de volaille de qualité et la production de semence maïs. « Il est important pour Zogbodomé de s'accrocher à un terroir et d'améliorer les conditions de travail et de production, notamment celles des femmes, pour faire reconnaitre nos produits et mettre en place une exploitation bio de qualité » détaille le président Guezodjé qui souligne l'importance de la collaboration avec l'Afdi. « On a besoin de ce partenariat, mais nous ne sommes pas dans l'attente permanente, nous agissons et avons des projets pour améliorer la traçabilité de notre production, pour élever une nouvelle race de poulet en faisant des croisements ou encore pour isoler et préserver la biodiversité locale. On ne mesure pas tout de suite la grandeur de cette aide et de notre démarche commune, mais ce qui se fait aujourd'hui impulse une dynamique qui se verra dans 5, 10 ou 15 ans » affirme-t-il plein d'espoir.

« Assumer notre responsabilité d'agriculteurs »
Grâce au travail de l'Afdi et à l'engagement de partenaires agricoles autour d'une logique commune de développement des exploitations du Sud, ils sont nombreux, à l'image de Lionel Guezodjé, à avoir bénéficié d'une aide pour mener à bien leurs projets, mais surtout à se battre, malgré les conditions difficiles et le manque de moyens, pour maintenir une production de qualité, respectant les ressources locales. « Nous devons continuer d'assumer notre responsabilité et notre noble fonction d'agriculteur » annonce Lionel Guezodjé avant de conclure « Nous n'avons pas d'exploitations industrielles au Bénin, mais depuis que j'ai l'âge de raison nous n'avons jamais connu la faim et ce grâce aux petites exploitations agricoles. Il faut donc prendre du recul sur nos possibilités à tous et les répartir pour mieux nourrir le monde ».
Un discours qui s'inscrit à merveille dans le prolongement du combat de l'Afdi en faveur de la structuration et l'alliance des organisations professionnelles du Nord et du Sud, pour des politiques agricoles équilibrées en faveur des agricultures familiales. Un mode de fonctionnement qui apparait de plus en plus nécessaire pour le développement économique, l'équilibre social et la sécurité alimentaire de tous.

Plus d'informations sur les actions de l'Afdi sur le site : http://www.afdi-opa.org/fr
Crédits Photo : Aqui.fr

Aymeric Bourlot

Aymeric Bourlot
Aymeric Bourlot

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 04/07/2011