Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | La cour d'appel de Pau laisse le docteur Bonnemaison en liberté

Le docteur Bonnemaison a été laissé libre par la justice

Ce mardi 13 septembre, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Pau a décidé de maintenir en liberté l'urgentiste, Nicolas Bonnemaison, accusé d'euthanasie sur sept patients. Bien évidemment, il reste sous contrôle judiciaire, en attendant le procès, et ne peut exercer son métier de médecin. Le parquet de Bayonne avait fait appel du maintien en liberté du médecin, mis en examen pour "empoisonnements sur personnes particulièrement vulnérables".

L'affaire a relancé le débat sur "l'euthanasie active" et ne divise pas que les magistrats. L'Ordre des médecins des Pyrénées-Atlantiques a refusé de porter plainte contre lui, en dépit de la position de son président, qui a démissionné. A l'inverse, le bureau du Conseil national de l'Ordre des médecins a décidé de porter plainte contre l'urgentiste, estimant que celui-ci n'avait pas respecté les dispositions de la loi Leonetti sur la fin de vie et le Code de déontologie médicale. Mais, s'il est libre, le docteur Bonnemaison doit résider hors du département des Pyrénées Atlantiques, ne pas prendre contact avec des membres de son ancien service. Surtout, il lui est interdit de pratiquer la médecine. Rappelons qu'à ce jour, aucune famille de victimes n'a porté plainte. Par ailleurs, lors de l'audience à la chambre d'instruction de la cour d'appel de Pau la semaine dernière, une cinquantaine de sympathisants étaient venus le soutenir pour entendre cet arrêt. Le Dr Bonnemaison, recroquevillé sur sa chaise et étreignant la main de sa femme en attendant la cour, s'était montré très ému.

                                                                                                                         Nicolas César

Crédit photo: jd11

Nicolas César
Nicolas César

Crédit Photo : jd11

Publié sur aqui.fr le 13/09/2011