Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | La mobilisation anti-LGV s'amplifie en Sud-Gironde

1

Samedi 10 décembre, a eu lieu la deuxième journée d'action européenne contre les grands projets inutiles. Lors de cette journée européenne, des actions simultanées sur les lieux de contestation ont dénoncé le coût démesuré de certains projets aéroports, LGV, autoroutes, qui n'apparaissent pas prioritaires aux yeux de certains citoyens. Samedi, à Préchac, dans le Sud-Gironde, a eu lieu une rencontre-débat pour dire non à la LGV et "oui à l'aménagement des voies existantes".

Samedi, la salle des fêtes de Préchac était comble. Tous étaient là pour dénoncer "l'idéologie d'une course folle pour la croissance. RFF bien sûr était pointé du doigt. D'autant qu'aujourd'hui, quelques uns de ses cadres confient aux anti-LGV leurs doutes sur la rentabilité de certains projets, comme l'a publiquement évoqué Philippe Delpech, membre de l'association LGPE (Landes Graves Palus Environnement). Il a également critiqué à haute voix l'attitude des grands élus bordelais, Alain Juppé, Alain Rousset, Philippe Madrelle, qui sont déterminés à mener à leurs termes les LGV. Pour lui, ce sera seulement "un gouffre pour les finances publiques", sans bénéfice pour le citoyen. A ce titre, l'A65, l'autoroute Langon-Pau, est un parfait exemple récent d'un "projet inutile", a tenu à rappeler Philippe Barbedienne, directeur de la Sepanso (Société pour l'étude, la protection et l'aménagement de la nature dans le Sud-Ouest). De son côté, Denise Cassou, présidente de Landes Environnement Attitude a appelé à adresser une lettre ouverte aux conseillers régionaux, pour les informer des conclusions de cette journée contre les projets inutiles.

"Les hypothèses de croissance ne sont plus les bonnes"
Même son de cloche au Pays Basque. Si l'on en croit, "un rapport CGEDD (Conseil général de l'environnement et du développement durable) de mai 2011 indiquait que les taux de l'évolution du PIB pris en compte par RFF [Réseau ferré de France, ndlr] ne sont pas les bons", dénonce le Cade, qui illustre ses propos en relevant des différences flagrantes entre les prévisions concernant le PIB effectuées par la Commission européenne et celles de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). "Il est patent que les PIB pris en compte par RFF pour établir ses nouvelles prévisions de trafic sont à revoir à la baisse et ce d'une manière drastique", continue le Cade. 

                                                                                                                          Nicolas César

Crédit photo : Aqui!

Nicolas César
Nicolas César

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 12/12/2011