Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Travaux SNCF: 2011, 2012, 2013... un mal pour un bien

Les TGV de la SNCF attendent impatiemment les nouvelles voies

Lors du bilan de la SNCF ce vendredi 19 dernier, Pierre BOUTIER, Directeur de Région de la société, reconnaît 2011 comme ayant été une belle année, mais aussi un moment difficile à passer. Changements d'horaires pour 2012, début des travaux de réfection des voies, projets divers en questionnement... Bien des soucis qui s'accumulent. Pour autant, les transports par voie ferrée n'ont jamais eu autant de succès. Les utilisateurs sont de plus en plus nombreux à choisir le train plutôt que la voiture. Et même si, pour 2012, de nombreux travaux sont encore à prévoir, chacun reste confiant sur l'avenir des gares. Rappelons d'ailleurs que Bordeaux se prépare à accueillir quelque 20 millions de voyageurs annuels dans les dix ans à venir.

Ce vendredi 19, le bilan était établi. Les chiffres de la SNCF pour l'année 2011 sont assez positifs : la fréquentation des TER en Aquitaine a augmenté de 7% et celle des TGV de 4,7%. Or, comme le soulignent très justement Pierre BOUTIER, Directeur de Région à la SNCF, et ses collègues, le réseau actuel est vieux et a besoin d'une rénovation. Trois éléments sont à retenir quand on veut comprendre les perturbationsfréquentes du trafic ferroviaire : la vétusté des voies, les travaux et les changements d'horaires qui y sont liés. Ces inconvénients techniques ont souvent perturbé le trafic, empêchant alors de rouler à la vitesse normale souhaitée. Chacun se félicite tout de même de l'amélioration des taux de régularité pour 2011 : 89,2% des TER sont arrivés à l'heure contre 88,4% en 2010, et le TGV Paris-Bordeaux a atteint les 86% de régularité. Si l'Aquitaine subit encore beaucoup de retards par rapport à d'autres régions du Nord, cela devrait s'améliorer avec le temps et l'aboutissement de la rénovation du réseau. Ces projets de réaménagement s'étalent jusqu'en 2017, et d'autres changements d'horaires sont à prévoir d'ici-là. Une amélioration du service de transport qui se fait donc attendre, mais Pierre BOUTIER se veut rassurant : c'est un mal pour un bien.

 

Crédit photo : Matthew BLACK

Sophie TURI

Turi Sophie
Turi Sophie

Crédit Photo : Matthew BLACK

Publié sur aqui.fr le 23/01/2012