Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Bordeaux: la question du logement habite les esprits à Arc en rêve

photo expo 50000*, arc en rêve, 9 juillet 2012, grande

Plus beau, plus grand, moins cher. Rien à voir avec une publicité mensongère, rien du tout. Le propos est sérieux et en passe de n'être plus un simple propos mais une réalité urbaine. L'exposition 50000*, inaugurée ce lundi 9 juillet dans la grande galerie du centre d'architecture d'Arc en rêve, est à voir comme une étape, une phase dans le projet "50000 logements autour des axes de transports collectifs", projet mené par la Communauté Urbaine de Bordeaux. Au-delà de son aspect muséal, cette toute première présentation publique se veut aussi une manière de sensibiliser les visiteurs aux conditions d'évolution de la métropole bordelaise.

Le projet "50000 logements autour des axes de transports collectifs" ne date pas d'aujourd'hui. Depuis deux ans maintenant, en 2010, la CUB a lancé cette opération d'envergure avec trois étapes successives: avis d'appel public à la concurrence, annonce du choix des candidats admis à dialoguer et enfin, temps du dialogue compétitif avec les équipes. 50000*, c'est donc le travail de cinq équipes pluridisciplinaires composées d'architectes, d'urbanistes, de paysagistes et d'économistes; ils ont ainsi exploré le territoire bordelais et décrypté ses potentiels depuis septembre 2010. Et ces cinq équipes, les voici: 51N4E+GRAU, Alexandre Chemetoff et associés, l'AUC, Lacaton et Vassal et OMA/Rem Koolhaas-Clément Blanchet, cinq agences et autant de regards sur Bordeaux, autant de perspectives et de stratégies pour faire de la métropole une ville où l'habiter sert l'habitant sans dénaturer la Nature, un vaste programme en somme. Pour Francine Fort, directrice générale d'Arc en rêve, "50000* s'inscrit dans l'action menée par arc en rêve sur les mutations qui travaillent nos territoires et nos sociétés contemporaines", insistant ainsi sur le caractère double de cette exposition qui est à la fois une commande artistique (d'où le gonflable crée par Hans-Walter Müller, à découvrir sur les quais du 9 au 24 juillet) et une commande politique. Comme le souligne Christine Bost, vice-présidente de la CUB chargée de l'urbanisme, "ce projet, c'est une philosophie de travail assez atypique, réfléchir la métropole sur grande échelle pour en faire avant tout un lieu de l'habiter où le qualitatif s'allie au quantitatif, c'est rare." Voilà qui est dit.

Autant de projets qui contribuent à l'attractivité de plus en plus forte de la région bordelaise.

Que les choses soient claires, avec ce projet, il ne s'agit pas de faire de Bordeaux une ville millionnaire à tout prix. Il s'agit davantage de créer une cohérence entre la ville-centre et sa périphérie, comment faire en sorte que la prolongation des lignes de tramway vers la périphérie ne favorise pas un étalement urbain désordonné? Comment envisager cette nouvelle culture de la métropole en faisant en sorte que le logement et la Nature soient deux mots qui aillent bien ensemble? Voici quelques-unes des questions que se sont posées les cinq équipes responsables de ce projet singuler. Pour l'équipe 51N4E/GRAU, dont le projet occupe la première salle de l'exposition, l'approche se veut respectueuse des qualités du territoire et la prise en compte du paysage est essentielle; plus concrètement, l'objectif est ici de rechercher dans le paysage la possibilité de l'habiter, envisageant ainsi une production rapide de logements, dont un maximum au contact de la nature. Pour Freek Persyn, l'un des fondateurs de l'agence 51N4E, "ce travail est une expérimentation et l'impression de flou qui en découle et porteuse, elle motive et stimule les différents membres de l'équipe".

Francine Fort et Christine Bost

Autre équipe, autre vision: pour Alexandre Chemetoff (agence A.Chemetoff et associés), l'idée est davantage d'adapter le logement au quartier ; considérant que chaque lieu est porteur d'une histoire et de qualités propres, il convient selon lui de soigner, de prolonger et d'ajuster toute entreprise de construction à partir d'une "carte d'identité paysagère préexistante". Autant de façons d'imaginer Bordeaux, de concevoir l'habiter à Bordeaux, de réaliser la nécessité de créer de nouvelles formes de logements... Vous l'aurez compris, si vous avez en ce moment 50000 choses à faire, la première est évidemment d'aller voir cette exposition.

50000*, du 9 juillet au 21 novembre 2012 à Arc en rêve, centre d'architecture, 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux

 

Lise Gallitre
Lise Gallitre

Crédit Photo : Isabelle Camus

Publié sur aqui.fr le 13/07/2012