Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Communauté urbaine de Bordeaux : un débat d’orientation budgétaire tendu

Débat autour du PPI communautaire

Ce vendredi matin, les critiques émises la veille par Alain Juppé et son groupe Communauté d’avenir sur le Plan pluriannuel d’Investissement de la Cub, ont mis quelques animations dans les débats d’orientation budgétaire de la Cub. Au final, même si l’avenir du PPI en l’état reste questionné, le grand schisme n’a pas eu lieu : la coopération politique est maintenue, dans les discours en tous cas. Mais, la tension était bien là avec, en prime, une petite réprimande pour le Maire de Bordeaux, Premier Vice Président de la Cub : le retrait de l’ordre du jour d’une délibération sur le Centre Culturel du Vin.

La lecture de la presse ce vendredi matin n’a pas plu aux élus de gauche de la CUB, qui ont pu y lire les propos critiques du groupe Communauté d’avenir à l’égard du PPI  (voir notre article du 22/11/12). Des critiques qui ont d’autant plus froissé la majorité communautaire que le groupe minoritaire «n’a rien dit lors du bureau» qui s’est déroulé quelques instants après la conférence de presse du groupe minoritaire, souligne Vincent Feltesse.

Alain Juppé persiste et signeDes reproches qui selon lui, ne sont pas sans conséquence sur la tonalité du débats de la matinée : «nous ne sommes pas juste dans une situation de contrainte financière mais nous sommes dans ce que je considère comme une situation de remise en cause partielle des accords politiques». Puis il s’emporte, « le tir aux pigeons  des projets des uns et des autres, via les médias, ce n’est pas l’esprit dans lequel je suis. Et vous ne pouvez pas dire que ce [le débat d’orientation budgétaire] n’était pas à l’ordre du jour du bureau ».
Si Alain Juppé, persiste et signe ses dires de la veille à la tribune de l’assemblée, à savoir « un PPI incomplet, un budget de fonctionnement soumis à un effet de ciseau » et des propositions de report de certains projets dont la grande salle de spectacle Arena, ou le passage en régie de la gestion des eaux, il a tenu à préciser que ces remarques n’avaient pas pour intention de «rompre les accords de coopération» entre groupes minoritaires et majoritaires. «Je ne tiens pas à casser la baraque, je tiens à travailler ensemble », a-t-il souligné à plusieurs reprises.

"Eviter 6 mois de guérilla et de chicanes"Une affirmation qui n’a pas réellement convaincu Vincent Feltesse, ni nombre des élus de gauche intervenant lors de la séance, PS, Verts et PC confondus. Beaucoup d’entre eux pointant dans les mesures proposées par le groupe Communauté d’Avenir l’expression de véritables « divergences dans la co-gestion » de la Cub.
Au total, puisque l’objet du jour était seulement de débattre et non de voter, Vincent Feltesse a proposé pour les semaines à venir «de discuter clairement des priorités». Objectif: éviter que la période de transition de 6 mois du PPI avant l’adoption de son contenu définitif ne soit «6 mois de guérilla et de chicanes». 
Pour autant, suivant la demande d’élus verts et PS,  il a décidé de retirer de l’ordre du jour du Conseil, le vote d’une augmentation de 30% de l’investissement communautaire dans le projet du Centre culturel du Vin, tout en précisant qu’il n’était «pas question d’abandonner ce projet». Une décision qu’Alain Juppé a qualifiée de «représaille purement politicienne» accusant le Président de la CUB de «faire exactement le contraire de ce qu’il venait de dire : la guérilla».
Les crispations sont bel et bien là.

Solène Meric
Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 24/11/2012