Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | La LGV au Pays Basque reportée après Bordeaux-Toulouse?

L'opposition est forte contre le projet de LGV au Pays Basque

Si l'on en croit un article du quotidien régional "Sud Ouest" daté de mercredi 10 avril la commission Duron, chargée de proposer des choix dans les grands projets d'infrastructures en cours demande que la branche Bordeaux-Toulouse de la LGV soit étudiée séparément de la branche Bordeaux-Hendaye. L'article a fait grand bruit. La préfecture de Gironde et la Région Aquitaine se sont fendues d'un communiqué pour éviter que cette "rumeur" prenne de l'ampleur. Une manière aussi de réaffirmer leurs positions et la nécessité de coupler ces deux LGV.

Selon "Sud Ouest", RFF envisagerait de découpler la branche Bordeaux-Espagne de la branche Bordeaux-Toulouse. Les raisons ne sont pas seulement économiques. Toulouse est très demandeur mais il existe au Pays basque une opposition très vive. Fervent défenseur des trois LGV, Tours-Bordeaux en cours de réalisation, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, Alain Rousset, président PS du Conseil régional d'Aquitaine, n'a pas manqué de réagir. Dans un communiqué, il rappelle que le Grand Projet du Sud Ouest (GPSO), qui projette les liaisons ferroviaires à grande vitesse au Sud de Bordeaux, "intègre une logique d'ensemble qui ne peut pas se résumer à la seule branche entre Bordeaux et Toulouse". Au passage, il "appelle les uns et les autres à faire preuve de la plus grande circonspection sur les rumeurs pouvant être rapportées par ci, par là, et à rester mobilisés". 

Alain Rousset et le préfet rappellent l'enjeu de coupler Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne L'élu en fait un enjeu économique et environnemental. "Aujourd'hui, 3 millions de poids lourds par an franchissent Biriatou (9 000 camions par jour) et 44 millions de tonnes de marchandises sont transportées par la route. L'Aquitaine doit-elle rester le mauvais élève avec 2,5% de trafic fret pour franchir les Pyrénées alors qu'il est de 35% pour les Alpes ?", demande-t-il. De son côté, le préfet d'Aquitaine Michel Delpuech s'est montré rassurant et a expliqué dans un communiqué que "Réseau ferré de France (RFF) et les services de l'Etat (...) préparent le dossier d'enquête publique pour la globalité du projet, à savoir pour les deux branches Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne avec un tronc commun entre ces deux lignes". L'enquête publique est prévue à l'automne 2013 et les conditions de réalisation du projet seront mises au point dans les phases postérieures à la déclaration d'utilité publique.

Nicolas César
Nicolas César

Crédit Photo : Aqui !

Publié sur aqui.fr le 11/04/2013