Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Les juges bordelais valident le plan de sauvegarde de Couach

L'un des yachts de luxe fabriqués par Couach

C'est un énorme soulagement pour l'un des fleurons du nautisme girondin. Les magistrats bordelais ont approuvé le plan de sauvegarde de Couach. L'entreprise, installée à Gujan-Mestras sur le bassin d'Arcachon, emploie plus de 200 personnes, qui fabriquent des yachts de luxe. Mais, ces derniers mois et dernières années, leur société a une histoire pour le moins mouvementée. Ceci étant, l'avenir semble aujourd'hui s'éclaircir. Et, aussi bien du côté des salariés que de la direction, on affiche son optimisme.

Couach va enfin pouvoir souffler. Les juges du tribunal de commerce de Bordeaux ont validé le plan de sauvegarde. Ce qui signifie un échelonnement de la dette, estimée à 5 millions d'euros, sur 10 ans. Une bonne nouvelle de nature à rassurer les clients et potentiels clients. En effet, le carnet de commandes de Couach est bien rempli jusqu'à la fin de l'année, mais pour l'année prochaine, Christophe Kloeeckner, le PDG, est à la recherche de nouveaux clients. Cette décision du tribunal devrait lui faciliter la tâche pour décrocher de nouveaux contrats.

Couach regarde à nouveau l'avenir avec optimismeAujourd'hui, les salariés espèrent que le pire est derrière eux. Ces dernières années ont été compliquées pour Couach. En juillet 2012, la société a été placée en procédure de sauvegarde. Elle avait été déclenchée suite à un un différend avec deux créanciers. Un client russe réclamait le remboursement d'un acompte de 9 millions d'euros versé à la suite de la commande d'un yacht de 50 mètres d'une valeur de 25 millions pour lequel elle avait un retard de livraison de trois mois. Une banque réclamait également trois millions d'euros dans le cadre d'un litige à propos d'un outil industriel, un moule de bateau. En outre, une banque réclamait 3 millions d'euros. En 2009, la liquidation judiciaire de la société avait été prononcée sous l'ère cette fois de Didier Cazeaux. Désormais Couach est sous la coupe de la holding, Nepteam, créée par des industriels, depuis l'assassinat le 12 août 2011 à Porto-Vecchio de l’ex-patron, Fabrice Vial. Et regarde aujourd'hui l'avenir avec optimisme, ce qui n'était pas arrivé depuis plusieurs années à l'entreprise gujanaise.

Nicolas César
Nicolas César

Crédit Photo : Couach

Publié sur aqui.fr le 26/07/2013