Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | Salles combles pour le lancement du 24ème Festival International du Film d'Histoire de Pessac

Conférence inaugurale d'Hubert Védrine, 24ème édition du Festival International du Film d'Histoire de Pessac

S'il est un endroit où le froid se faisait oublier ce lundi 18 novembre, c'est bien le Cinéma Jean Eustache de Pessac tant la foule y était venue nombreuse afin d'assister à la conférence inaugurale du 24ème Festival International du Film d'Histoire. En effet, les places manquaient pour voir, en direct, l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine lancer cette semaine de films, de débats et de rencontres, si bien que sa conférence était retransmise dans d'autres salles du cinéma. Avant de savoir si, oui ou non, le XXIème siècle serait indien ou chinois ( thème de cette soirée inaugurale), Alain Rousset était entouré de nombreuses personnalités, toutes semble-t-il très enthousiastes à l'idée d'ouvrir cette 24ème édition du Festival International du Film d'Histoire, une manifestation qui fait aujourd'hui figure de référence.

C'est donc parti pour une semaine de films (120 seront projetés jusqu'au 25), de débats, de rencontres et d'expositions autour du thème "l'Inde et la Chine, les géants de l'Asie". Devenu l'évènement incontournable du mois de novembre à Pessac, le Festival International du Film d'Histoire de Pessac soufflera cette année sa 24ème bougie et espère être aussi réussi et fréquenté que l'édition 2012 qui abordait le tournant des années 70 et avait attiré 33000 personnes, Alain Rousset n'a d'ailleurs pas manqué d'évoquer la "conférence inaugurale magique de Michel Rocard" venu, comme Hubert Védrine ce lundi 18 novembre, ouvrir une semaine dédiée à l'Histoire et à la Culture. Le Président de la Région Aquitaine était donc présent dans la grande salle Fellini du cinéma pessacais pour lancer " un évènement devenu majeur aussi bien sur le plan régional que sur le plan national et qui permet de mieux comprendre le monde d'hier et de demain, tant la programmation est riche est foisonnante".

Avant de céder la parole au maire de Pessac, Alain Rousset a rappelé qu'il était essentiel de s'intéresser aujourd'hui à l'Inde et la Chine tant ces "deux monstres économiques et démographiques" comptaient et combien "leur remarquable ascension" permettait de "réfléchir à des enjeux économiques qui intéressent aussi l'Aquitaine". Confirmant les propos de son prédécesseur, Jean-Jacques Benoît a, quant à lui, vanté le richesse de la programmation de cette semaine résolument orientale, "impatient et fier de recevoir Marceline Loridan-Ivens, résistante et veuve du grand réalisateur Joris Ivens, mais aussi Rajagopal", militant gandhien et altermondialiste de l'Inde présent, ce 18 novembre, dans la grande salle pessacaise et semble-t-il ému des nombreux honneurs qui lui étaient témoignés.

"Nous allons jubiler cette semaine" Annoncée à 18h30, la conférence inaugurale d'Hubert Védrine s'est faite attendre, les personnalités girondines s'étant en effet succédées au micro; après J-J Benoît, c'était au tour d'Edith Moncoucut, Vice-présidente du Conseil Général de la Gironde, "heureuse d'inaugurer une semaine de festival en concordance avec l'action politique culturelle du département", suivie par le recteur de l'Académie Olivier Dugrip qui n'a pas manqué de vanter les mérites d'une "semaine pédagogique aussi riche et intéressante pour les élèves aquitains"; plus de 5600 seront accueillis entre les murs du cinéma Jean Eustache jusqu'à vendredi et 4000 autres bénéficieront des évènements et actions décentralisés liés à la manifestation dans tout le département.

Le préfet aquitain Michel Delpuech s'est, de son coté, dit "honoré d'ouvrir la 24ème édition d'un festival qui pousse le spectateur à regarder au-delà de ses frontières, une chose essentielle pour comprendre le monde d'aujourd'hui". Enfin, le dernier mot de cette inauguration officielle avant la très attendue conférence est revenu au Président d'honneur du festival Jean-Noël Jeanneney qui, après quelques vers de Baudelaire vantant l'Inde et la Chine, très remarqués par l'auditoire, a exprimé sa joie de présider une semaine où " le contact avec les civilisations et l'histoire parfois méconnue de ces deux géants asiatiques entraîneraient nécessairement un dialogue avec l'autre; huit jours de programmation où nous allons jubiler", a-t-il fièrement affirmé, avant de céder la parole non moins fièrement à Hubert Védrine, "l'une des voix les plus autorisées sur les choses du monde à l'heure actuelle".

Alain Rousset entouré d'élus aquitains et d'une partie du jury du 24ème Festival du Film d'Histoire de Pessac

Hubert Védrine, "l'une voix les plus autorisées sur les choses du monde à l'heure actuelle" Tout venant à point à qui sait attendre, la conférence inaugurale pour laquelle s'était déplacée la foule a commencé avec près d'une heure de retard. Loué par les différentes personnalités qui l'ont précédé au micro, Hubert Védrine s'est dit "honoré d'ouvrir une telle manifestation", déclarant ensuite modestement ne pas être un spécialiste en la matière, avant d'interroger le public sur le thème de la soirée, "Le XXIème siècle sera-t-il indien et chinois?". Ancien ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement Jospin, il a alors eu "l'occasion de rencontrer la plupart des dirigeants chinois et indiens" . Selon lui, l'une des questions à se poser en premier aujourd'hui au vu du sous-titre du festival (Les géants de l'Asie), c'est de savoir si la Chine et l'Inde, c'est l'Asie ou deux Etats à "mettre à part tant le continent asiatique est aujourd'hui composé de pays dont les richesses et les fonctionnements sont différents, parfois même antagonistes". Ensuite, c'est le monde dans sa globalité et dans sa nouvelle complexité qu'Hubert Védrine a évoqué: "Pour situer aujourd'hui la Chine et l'Inde dans la hiérarchie mondiale, il faut bien-sûr se demander de quel type de monde on parle tant la fin de l'URSS, il y a maintenant plus de vingt ans, a modifié les conceptions étatiques. De plus, ce nouvel ordre mondial a, petit à petit, placé l'Occident et l'Inde et la Chine, qui sont passés de pays émergents à grandes puissances, sur un pied d'égalité; c'est aujourd'hui une réalité évidente que tous ne conçoivent pas et c'est un réel problème de connaissance du monde et des enjeux politiques et économiques actuels".

"L'Inde et la Chine, deux pays qui n'ont jamais été réellement en phase" "Le XXIème siècle sera-t-il indien et chinois?", il semblerait que cette vaste question s'apparente davantage aujourd'hui à une aporie qu'à un constat clair et facile à démontrer tant les deux "géants de l'Asie" sont des pays complexes et difficilement comparables et associables, "le fait que la Chine et l'Inde soient les deux géants de l'Asie est indiscutable, ce qui est cependant difficile, voire impossible, c'est de les associer en un seul géant représentant à lui tout seul l'Asie; cette idée n'est ni recevable ni envisageable, ces deux pays sont aujourd'hui deux grandes puissances très différentes, que ce soit au niveau politique, économique, démographique, culturel ou même technologique. La Chine, dont l'ascension a été assez fulgurante, fait peur aux indiens, c'est un pays qui inquiète ses voisins. Par rapport à l'Inde, la Chine a bien-sûr beaucoup plus d'influence sur le reste du monde et de ce fait, l'associer à son voisin indien sous-entend une relation déséquilibrée entre les deux. De plus, le système démocratique inefficace et corrompu qui régit bon nombre de régions chinoises et indiennes est de toute évidence à prendre en compte et s'oppose quelque-part à un leadership asiatique dans le monde actuel".

Avant de conclure, Hubert Védrine a associé les deux pays d'un point de vue démographique, un calcul le conduisant à dire qu'imaginer un seul et même pays composé de deux milliards et demi d'habitants était "absolument terrifiant", précisant alors que la richesse du monde, c'était aussi "la différence et la diversité de ceux qui le composent". Ne pouvant alors apporter de réponse claire sur ce qu'allait être le XXIème siècle, l'invité d'honneur de cette première soirée de festival a terminé sa conférence par ce qu'il a appelé un "nécessaire retour sur soi": "Reconnaître la puissance et l'importance de la Chine et de l'Inde dans le monde actuel, c'est aussi avoir un regard clair et lucide sur l'Europe qui doit impérativement revoir son fonctionnement et envisager de nouvelles combinaisions pour rester elle aussi un géant". Un exposé clair et argumenté longuement applaudi par la grande salle Fellini du cinéma Jean Eustache de Pessac, désormais prêt à accueillir la 24ème édition de son Festival International du Film d'Histoire.

Lise Gallitre
Lise Gallitre

Crédit Photo : Ville de Pessac - Nikolas Ernult

Publié sur aqui.fr le 19/11/2013