Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | Anglet : Le poids des éponges, une pièce qui décape

1

Accueillie pour la première fois dans notre région, la compagnie Alias de Guilherme Botelho, chorégraphe acclamé sur les cinq continents, présentera à la Salle Quintaou d’Anglet, le mardi 25 mars prochain, sa pièce la plus emblématique : le Poids des éponges. Le Poids des éponges raconte, en trois versions différentes, une même histoire de couple et d’une adolescente prise dans les tourments et les rêves du quotidien. Très rythmée, kaléidoscopique, la pièce donne à voir la vie autrement. Elle est à la fois drôle, festive et grave. Avec le Poids des éponges, Guilherme Botelho offre un spectacle surréaliste, onirique et profondément humain, avec en point d’orgue un incroyable ballet aquatique sur scène !

L’adolescence est l’âge de l’incertain et du paradoxe. Décrire cette période charnière n’est pas chose facile. On ne peut pas dire avec certitude quand elle commence, encore moins quand elle finit. Parfois, on peut même se demander si elle a une fin. De manière à la fois réaliste et drôle, profonde et sensible, Guilherme Botelho se frotte au thème de l’adolescence et tente de cerner cet âge où l’amour, le sexe, la famille et les amis participent à la construction de l’adolescent. Le Poids des éponges n’est en rien un documentaire psychologique sur l’adolescence ou un traité de philosophie mais bien un spectacle de danse. Servi par des danseurs d’exception, Guilherme Botelho crée un spectacle éblouissant d’invention, d’humour et d’onirisme.

Considéré comme le chorégraphe des sentiments et de la psychologie humaine, Guilherme Botelho semble porter sur la scène la vie des spectateurs elle-même, créant un miroir à leurs propres aspirations, à leurs démons intérieurs et à leurs désirs cachés. C’est peut-être là que réside le secret d’une carrière qui ne faiblit pas et trouve toujours à se renouveler. Guilherme Botelho a reçu de nombreux prix dont le Prix Pro Tanz de Berne (Suisse) du chorégraphe de l’année en 2009.

Stéphane Baillet
Stéphane Baillet

Crédit Photo : Grégory Batardon

Publié sur aqui.fr le 22/03/2014