18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Retour sur la 17ème édition du Garorock

10/07/2013 | La prochaine édition du Garorock aura lieu les 27, 28 et 29 juin 2014 toujours à Marmande.

De gauche à droite : Dominique Revert, Gérard Gouzes, Éric Van De Zande-Lucas et Ludovic Labordie

Devant une barquette de tomates cerises, à l'heure de l'apéritif, on retrouvait dimanche dernier Gérard Gouzes, le maire de Marmande, Ludovic Labordie, directeur du festival et ses associés (de Alias Productions, MR Power, Euterpe Promotions, Uni T) pour une conférence de presse bilan de la 17ème édition du Garorock. Le bilan est plutôt positif avec aux dernières nouvelles, 53 000 spectateurs. Si on attend toujours les résultats définitifs, on peut d'ores et déjà lire l'équipe dirigeante nous parler des chiffres, des jeunes, des artistes, des photographes et des futures éditions.

« Vous connaissez Nostradamus ? Il a raconté qu'en 1986 Marmande serait totalement recouvert par les eaux. On m'a écrit de partout : d'Australie, d'Angleterre, des Etats-Unis... pour me demander d'évacuer la ville. - Ça va être l'inondation du siècle ! - Je leur ai tous répondu : - Nostradamus il a oublié une chose c'est que Gérard Gouzes serait maire de Marmande et qu'il arrêterait les flots -. C'est l'année où on a eu la plus grande sécheresse. Alors la Garonne ? Elle est sympa la Garonne. Elle nous a fait le gros dos. Mais ici, pas touche ! » Gérard Gouzes, le maire de Marmande qui vient de fêter ses 20 ans de mandat est en pleine forme. Trublion de la conférence et confiant en l'avenir, le politicien n'a pas hésité d'y aller de ses anecdotes pour mettre l'ambiance au milieu de tous ces professionnels.

53 000 spectateurs« L'année dernière, c'était pas évident. Maintenant on se sent un petit plus chez nous » avouent-ils tous ensemble. L'objectif annoncé de l'année dernière était de 60.000 personnes sous trois ans. Dominique Revert de la société Alias, donnait dimanche les chiffres provisoires : « On est à 52.000 payants cette année. Soit 6000 de plus que l'an dernier à l'heure qu'il est [ndlr : 19h]. » Même si les chiffres officiels tardent à tomber, on peut rajouter un millier de spectateurs (grâce au beau temps dominical) à tout ça soit 53.000 personnes. Des trois jours, c'est le dimanche avec ses deux scènes au lieu de trois qui a ramené le moins de monde. Dominique Revert continue : « La programmation qu'on a fait cette après-midi est moins dans l'air du temps. Je pense que ce que les jeunes ont envie d'écouter en ce moment c'est du rock, de l'électro, du hip hop et peut-être qu'on a fait une programmation un petit peu plus large qui les intéresse un petit peu moins. »

Les Crane Angels au Garorock

Les jeunes voilà un sujet qui intéresse tout le panel. A la fois public type et participants actifs, Gérard Gouzes, le maire de Marmande rappelait plus tôt que le Garorock c'était aussi 400 bénévoles. « Les jeunes d'aujourd'hui méritent de la considération. » ajoute-t'il. De son côté Ludovic Labordie commence directement par dire que « les relations avec les associations marmandaises se sont bonifiées. » Plus tard, il continuera dans la même veine : « C'est important d'avoir le plus de gens possibles qui te soutiennent dans la vie. Un festival c'est un projet commun. » On s'envoie des fleurs mutuellement au nom de la grande collaboration entre les services, chacun y va de son petit éloge. Le maire parle même d'osmose. L'ambiance est plutôt bonne en cette fin d'après-midi.

Artistes et photographesCôté musique, le directeur du festival nous présente ses préférences personnelles pour cette édition : « On s'est régalé avec FIDLAR, Skip & Die, Skip The Use, encore extraordinaires, Wax Taylor, un ami du festival, Vitalic, Birdy Nam Nam... ». On retrouve dans cette liste de nombreux habitués expliqués par la stratégie de découverte mise en place depuis toujours : « Garorock ça a toujours été : un tiers d'artistes connus et reconnus, un tiers d'artistes en développement et un tiers de jeunes artistes notamment régionaux (Crane Angels, JC Satan, Bengale). Les jeunes artistes nous le rendent bien en général. On a vu ça avec Skip The Use, Wax Taylor, Shaka Ponk... Personne ne les connaissait et on les a poussés. Je vois pas pourquoi on arrêterait cette démarche. »

Quand on aborde le fameux « contrat » que tous les photographes accrédités devaient signer avant de se rendre au festival, une nouveauté de cette année. Ludovic Labordie préfère expliquer la raison première de ce changement sans prendre de gants : « Alors les photographes en question : Pierre Wetzel et Nicolas Pulcrano viennent prendre des photos depuis des années, jamais ils veulent nous donner une photo. On considère que c'est un partage la musique. C'est grâce à nous qu'ils travaillent et qu'ils font de l'argent derrière, pas le contraire. Moi, j'ai pas besoin d'eux. » Il continue en expliquant précisément la nature de cet accord : « Ce n'est pas un contrat, on ne demande pas d'avoir les photos, on demande d'en avoir l'utilisation à titre promotionnel pour le festival et pas pour les groupes. Ils peuvent les revendre à qui ils veulent. » Concluant plus calmement : « C'est juste une protection pour le festival. La moindre des choses dans la vie quand on donne c'est de rendre. »

Garorock, enfin majeurMichel Goudard, le responsable de la billetterie est le premier à souligner que le Garorock atteindra l'année prochaine « 18 ans , l'âge de la majorité » et annonce de nouvelles modalités pour les billets : « Dès la fin du mois d'août, les festivaliers vont pouvoir à nouveau acheter des pass pour l'édition 2014. Il y a plein de festivals qui font ça. Je pense que Garorock est maintenant une marque et une institution non seulement locale mais aussi nationale et que beaucoup de festivaliers qui ont passé trois merveilleux jours jours auront à cœur de recommencer. » En ajoutant avec un petit sourire malicieux : « C'est ceux qui achèteront le plus tôt qui seront les mieux servis. »

Pour voir encore plus loin, on se référera à une autre envolée du maire : « Et je ne vous parle pas de la vingtième édition. Le site ici, c'est 23 hectares or on n'en utilise pas la moitié. On pourrait très bien repousser les barrières. On pourrait accueillir ici 100.000, 150.000 peut-être 200.000 personnes. Je le dis sincèrement. J'y crois. Et quand le Maire il dit « j'y crois », il faut que tous que vous y croyez aussi ».
Vivement 2016, donc.

Thomas Guillot
Par Thomas Guillot

Crédit Photo : Isabelle Guillot

Partager sur Facebook
Vu par vous
1582
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
ausone | 10/07/2013

Un bien beau festival qui a probablement trouvé cette année l'assise de sa pérennité.
Par contre, indiquer Vitalic comme concert marquant, c'est carrément bizarre. Dans l'électro, Paul Kalkbrenner et même Laurent Garnier étaient très largement au dessus. Et comment ne pas citer Die Antword qui a carrément été le choc de ce festival avec une ambiance énorme, et surtout Iggy qui a cassé la baraque, au bout de l'épuisement.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !