18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Anglet et Ansbach ont célébré ensemble le centenaire de Verdun

29/05/2016 | Les collégiens d'Endarra et ceux de la ville jumelle de Franconi ont effectué un voyage sur le front de cette ville symbole

Voyage à Verdun

Le spectacle qui s'offre en cette matinée le long de la Meuse fait entrer les 28 collégiens angloys d'Endarra et les 22 du Platen Gymnasium d'Ansbach dans le vif du sujet de ce voyage à l'unisson des villes jumelées, dans le cadre du centenaire de la bataille de Verdun qui dura 10 mois et fit 700 000 morts. Les élus des deux villes ont souhaité qu'ils se retrouvent après avoir travaillé en amont sur ce sujet. Si loin. Première étape après 17 heures de bus, 1100 kms, une route dessine des méandres dans la campagne verdoyante jalonnée de nombreux cimetières déployant une forêt de croix commémoratives.

Voilà le cimetière américain de Romagne-sous-Montfaucon. C'est le plus vaste de cette vallée de l'Argonne: 14 246 croix immaculées  sont disposées en carrés au flanc d'une douce colline, séparées par de vastes allées bordées de peupliers. « Regarde, c'est trop con, il est mort le 11 novembre 1918! », lance spontanément un collégien d'Endarra. Par petits groupes, ils découvrent des noms et des dates, des dates et des noms. Il y a même un Harry Potter du Missouri, mort aussi en 1918, qui attire leurs sourires. Des noms à consonance allemande, des juifs. Chaque heure, un carillon égrène l'hymne américain.
 Changement de décors quelques kilomètres plus loin au cimetière de Casenvoye. Dans ce lieu plus modeste, reposent 11083 Allemands, 1 Russe, 62 Autrichiens. Émotion et gravité pour Josef Pelzer, Christoph Harsch, et Carola Eigenberger, les profs allemands suivis des ados en rang ordonné -une caractéristique différentielle de leurs amis français - recherchent entre autres un compatriote de la périphérie d'Ansbach., Joseph Deininger Hornst. Christophe, le prof de français en profite pour évoquer une petite page d'histoire. En ce 23 septembre 1984 quand François Mitterrand et Helmut Khol se sont retrouvés dans ce cimetière au pied devant une plaque de bronze sur laquelle était inscrit le nom de l'oncle du chancelier. C'est le lendemain, au cimetière de Douaumont, que sera immortalisé le geste et symbolique fraternel des deux hommes d'Etat. Christoph le prof allemand de français s'agace. « J'ai constaté que sur tous les monuments qui évoquent cette rencontre, il manque systématiquement la cédille au C de François. »

"On est tous égaux devant la mort" remarque une jeune Allemande

La visite silencieuse se poursuit..Jusqu’à trois noms sur une croix sombre qui contraste avec celles de l'oncle Sam.. Parfois inscrit « umbekantet ». Inconnu.  « On est tous égaux devant la mort », remarque une jeune Allemande. Cette guerre aura été bien inutile.... » Une parenthèse ensuite au Centre mondial de la paix où les collégiens, pour une visite retraçant cette désastreuse bataille de Verdun qui dura dix mois d'enfer du 21 février au 19 décembre 1916 et fit 300 000 morts (163 000 poilus français et 143 000 allemands et...500 000 blessés. Avec un questionnaire sur leurs observations...
Le lendemain c'est retour sur le futur avec la visite des forts de Vaux et de Douaumont, sur terrain. "C'est quoi tous ces

Voyage à Verdun

 monts?" interroge l'un d'eux? "Le relief des milliers d'obus qui se sont abattus sur ces lieux ", répond un guide. Un autre remarque à l'entrée du fort, cette plaque à la gloire du pigeon Vaillant le dernier pigeon du fort pour communiquer sur le front qui fut lâché en 1916 pour apporter un message au commandant Raynal à Verdun. "Quoi des pigeons?"

Il est vrai qu'à l'heure d'internet, ce moyen de communication pour les Geek semble dater de l'antiquité....
A Vaux, comme à Douaumont, Allemands et Français "partageront" le calvaire de cette génération perdue, où jusque 3000 soldats se sont entassés dans des souterrains seulement éclairés à la bougie, sous le fracas des obus (22 000 en 22 heures à Vaux!) et les odeurs pestilentielles par manque d'hygiène et d'effluves de gaz mortel Le résultat de cette sale guerre sautera véritablement à la gueule des ados, en regardant tout le long de l'austère ossuaire, à travers de petites des milliers et des milliers d'ossements de soldats inconnus français et allemands. "Ils sont entassés comme des objets, ça

Fort de Vaux

fait mal lance un jeune Allemand. Du village il ne reste qu'une borne qui rappelle la mairie.......
Oui, un voyage dense en émotion et en visite, remarquablement élaboré par Lucile Labone, professeur documentaliste avec Marie Bobe, professeur d'histoire-géographie, Sandra Akkouche, professeur de mathématiques, responsable du club photo; Julie Minard, assistante d'éducation mais aussi pour le Lycée Platen-Gymnasium d’Ansbach : Josef Pelczer, professeur d'histoire et d'allemand; Christoph Harsch, professeur de français et anglais;  Carola Eigenberger, professeur de musique. "Je pense que c'est sur le terrain qu'ils ont vraiment compris la vie, le calvaire de ces soldats, commente Lucile. Leurs conditions de vie, leur combat sous 8000 bombes qui sont tombés sur le fort de Vaux et l'ossuaire de Doaumont."
Comme une leçon d'espoir. Les relations difficiles en raison de la différence de la langue qui se sont établies au début du séjour se sont effacées après trois jours. Le partage, cent ans après d'une page d'Histoire de chacun de leur pays La mort et la souffrance ne choisissaient pas leur uniforme dans ces tranchées. 

Le lendemain, c'était direction Strasbourg, une des capitales européennes. Mais c'est une autre histoire, bien plus contemporaine. Un aujourd'hui pour oublier les horreurs d'hier.

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4570
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !