aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

19/02/17 : Stupéfaction dans la profession agricole après l'annonce ce dimanche 19 février de la "mort brutale" à 58 ans de Xavier Beulin qui présidait aux destinées de la FNSEA depuis 2010

13/02/17 : Des "journées libertaires" organisées par la section étudiante de la CNT-AIT auront lieu à Pau du vendredi 17 au jeudi 23 février. Elles auront pour thème : "mouvements spontanés contre refondation de la Gauche".+ d'info

13/02/17 : Après avoir débuté en Aragon et être passé par la vallée d'Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques, le carnaval béarnais investira les rues de Jurançon le mardi 14 février. Puis il prendra possession de Pau du jeudi 23 au dimanche 26 février.+ d'info

03/02/17 : Après avoir battu Lens en 16e de finales de la Coupe de France, le Bergerac Périgord FC voit se dresser sur sa route une autre équipe du Nord, cette-fois-ci une Ligue 1, Lille. Le match se jouera le 28 février ou le 1er mars.

31/01/17 : Le prochaine édition du Festival du journalisme vivant, qui se déroulera du 27 au 30 juillet à Couthures-sur-Garonne, se fera en partenariat avec le Groupe Le Monde. Ateliers de Couthures-sur-Garonne.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/02/17 | Plans Digues : le ni oui ni non de la Région à la Charente-Maritime

    Lire

    A l'occasion de la pose de la 1re pierre du chantier du Gabut à La Rochelle, la Région avait envoyé son représentant, le conseiller Vital Baude (EELV). Celui-ci a réaffirmé l'engagement financier de l'APLC dans le plan d'action PAPI 2012-2017 mais est resté sibyllin concernant une aide au plan 2018-2025, pourtant validé par l'Etat. Il a invité les élus locaux à lui faire "remonter les avenants des chantiers les plus urgents". La suite fera "l'objet d'une réflexion", sur la forme et le fond.

  • 17/02/17 | Les saveurs du Périgord ont rendez-vous au Salon de l'Agriculture

    Lire

    Foie gras, canard, noix, pommes, truffes, vins de Bergerac, poulet fermier du Périgord, agneau du Périgord, cabécou... toutes les saveurs du Périgord ont rendez-vous au Salon International de l’Agriculture de Paris, du 25 février au 5 mars. Les nombreux visiteurs pourront découvrir la richesse du Périgord en matière d’activités de pleine nature. Le 28 février, la journée dédiée à la Dordogne proposera des animations culinaires animées par le chef Yves Jasmin.

  • 17/02/17 | H5N8 : la FDSEA 40 pour un abattage total des canards

    Lire

    Avec la démultiplication du virus aviaire, la FDSEA des Landes s'est prononcé jeudi pour un nouveau vide sanitaire, puisque les mesures d'abattage préventif par zones sont "dans l'impasse". Le syndicat demande par ailleurs d'accélérer les indemnisations des éleveurs qui, s'ils n'ont pas été touchés par le H5N8, n'ont pas pu rentrer de nouveaux canards depuis janvier dans les exploitations. "Les banques aussi doivent jouer le jeu" car les producteurs "sont à genoux", selon le président Lesparre.

  • 14/02/17 | Recherche seniors désespérément...

    Lire

    Enedis, réseau de distribution d'électricité( Ex ERDF) recrute 12 postes en CDD Sénior en Gironde et en Dordogne. Le CDD Sénior est un dispositif réservé aux travailleurs de plus de 57 ans en recherche d'emploi. C'est une opportunité de favoriser le retour à l'emploi d'une population particulièrement touchée par le chômage et de leur permettre de compléter leurs droits pour bénéficier d’une meilleure retraite à l'avenir. Pour postuler : www.enedis.fr/postuler-nos-offres

  • 14/02/17 | Crise aviaire : Emmanuelli préconise un nouveau vide sanitaire

    Lire

    «Au point où nous en sommes arrivés, il vaudrait mieux tout abattre qu'on sache à quelle date on pourrait reprendre la production», selon le président du Conseil départemental des Landes. Malgré les abattages préventifs par zones, l'épizootie continue de se propager en Chalosse et à l'ouest de ce département qui concentre le quart de la production nationale de canards gras. Le Conseil départemental a décidé lundi des aides d'un million d'euros pour la filière palmipèdes et volailles maigres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | À Bayonne, l'événement Carlos Saura réalisateur et photographe

09/02/2016 | L'exposition "España años 50", réunit 92 clichés du réalisateur de "Crias Cuervos" Carlos Saura, au Didam jusqu'au 24 avril. Une avant-première qui précède Barcelone et Madrid.

Carlos Saura

Le réalisateur espagnol Carlos Saura, mondialement connu pour "Cría cuervos", "Noces de sang" ou "L’Amour sorcier", est célèbre aussi pour ses photographies. Il est venu inaugurer samedi son "España Años 50". Une exposition exceptionnelle qui marque la collaboration de Bayonne à Donostia 2016, Saint Sébastien 2016, capitale européenne de la culture. "Je suis un photographe occasionnel assure-t-il, trop timide pour être un photo reporter et sans la patience du pêcheur pour être un paysagiste à la manière de Weston ou de Ansel Adams. Je me contentais de me promener avec un appareil et de capturer les images qui attiraient son attention".

Chez cet hidalgo de 84 ans, originaire de la province de Huesca, la photographie est une maladie qui le suit depuis des années. "Mon carnet de notes", précise-t-il avec une sincère modestie en ce samedi, regardant couler l'Adour et portant son regard d'aigle vers les flèches de la cathédrale. La preuve? "La veille du vernissage de mon exposition à Bayonne, je suis allé me promener au marché de Bayonne avec ma fille Ana pour aller faire quelques clichés".  Ana Saura Ramon, la fille de son troisième mariage avec la réalisatrice Eulalia Ramon. "Elle ne pouvait qu'être belle avec la mère qu'elle a", nous confiait-il. Âgée de 22 ans, la jeune fille est actrice et a joué en 2009 dans "Don Giovani, naissance d'une opéra", de...Carlos Saura.

"Nous avons besoin de vous Carlos Saura"Samedi encore, il portait encore son appareil autour du cou comme d'autres y nouent une cravate. C'est son élégance à lui. "Ma vocation photographique fut précoce raconte-t-il, par impératif amoureux. Je m’explique : à 9 ans je fis ma première photo avec une ICA 6X9 de mon père qui – comme je le découvris plus tard – avait un défaut de mise au point. C’était l’image d’une petite fille dont j’étais amoureux et qui vivait près de chez moi, à Madrid. Je décidais que je devais lui montrer mon amour et, en me cachant, je la pris en photo. Une photo un peu floue que je lui envoyais avec une lettre d’amour qui ne reçut jamais de réponse. Je suis un photographe occasionnel qui, trop timide pour être un photo reporter et sans la patience du pêcheur pour être un paysagiste à la manière de Weston ou de Ansel Adams, s’est contenté de se promener avec un appareil et de capturer les images qui attiraient son attention. Avec une mère pianiste et un père peintre, je ne pouvais qu'être attiré par un métier d'Art".

Ce sont ces photos qui ne sont pas sans rappeler les illustrations en noir et blancs de nos manuels d'Epagnol en cinquième qu'il expose jusqu'au 24 avril au Didam, ce bâtiment art déco en bordure de l'Adour, qui appartenait aux affaires maritimes et que la ville a transformé en nouvelle salle d'exposition. Des portraits des années d'après guerre. Portrait del pueblo, du peuple, surpris dans les calle (rues) des villages inondés de soleil, la rue, la misère aussi, de la Castille à l'Andalousie

Lors du vernissage de cette exposition coproduite par la Ville de Bayonne avec la Fabrica de Madrid, le maire  et président de l'Agglomération Côte Basque Adour Jean-René Etchegaray était fort ému, en présence de nombreux Espagnols et d'une foule compacte, d'accueillir aussi le réalisateur d'une quarantaine d'œuvres cinématographiques. "Les visages que vous présentez sont d'une dignité exceptionnelle dans les moments les plus divers de leur existence, heureux ou dramatiques. Ces contrastes vous ont beaucoup inspiré et au travers de cette approche  il y a une profonde humanité. Nous sommes fiers d'accueillir cette exposition avant Madrid. Hier soir, lors de la projection de votre film "Flamenco" en présence d'un public en empathie vous avez délivré un acte très fort. Nous sommes ici dans un quartier qui reçoit les personnes en souffrance. Nous avons reçu des réfugiés basques à l'époque du franquisme comme nous avons reçu les Juifs à l'époque de l'Inquisition espagnole. Dans les temps difficiles et incertains que nous vivons, nous avons besoin de vous Carlos Saura..."

De Cannes au Festival latino de BiarritzCar outre les 92 clichés sélectionnés avec Oliva Maria Rubio, commissaire de l'exposition, le service culture de la Ville et l'adjoint Yves Ugalde ont apporté une cohérence à l'événement en projetant quelques-uns des quarante films de l'œuvre abondante de Carlos Saura qui débute par un documentaire en 1958, "Cuenca" se poursuit avec une première récompense au Festival de Berlin où il reçoit 'L'Ours d'argent pour "La Caza" (la chasse) et recevra sa consécration dès 1975 au Festival de Cannes. Cette année-là il y reçoit le prix spécial du jury qui installera sa carrière internationale. Elle passe en 1992 par les Jeux Olympiques de Barcelone où il présente le film officiel de cette compétition "Marathon".
L'Autre cinéma, présente d'ailleurs une rétrospective Carflos Saura avec "Anna et le Loups" (1972) et "Maman a cent ans" (Prix du jury au Festival de San Sebastian en 1979. Comme il auront pu voir un ses derniers films "Argentina" sorti en salle le 30 décembre 2015 qui a été projeté en avant-première lors de la clôture du Festival Biarritz Amérique latine. "J'aime beaucoup ce festival qui m'a souvent reçu. On m'a même offert un makila lors de l'un de mes passages..."

Désormais, Carlos Saura bénéficiera le mois prochain d'une ligne aérienne directe entre Madrid où il réside et Biarritz dans une Côte basque qu'il affectionne particulièrement. Mais en attendant il a particulièrement apprécié cette rétrospective qui coïncide avec Donostia 2016 (Saint-Sébastien), capitale  européenne d'une culture transfrontalière. Même s'il assure vivre surtout le présent et dans une Europe forte. Et de constater: "Je me souviens qu'il y a des années, quand je franchissais la frontière à Fontarabie, je devais montrer mon passeport en Espagne, puis en France, avec la possibilité de me faire fouiller la voiture. Qui eût cru que l'on puisse circuler dans nos deux pays quasiment sans le moindre obstacle?"

Carlos Saura et sa fille Anna

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photos F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
17487
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !