Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les lignes: Adour, le fleuve amour de Serge Airoldi

31/12/2013 | Voici l'histoire ou plutôt le récit très personnel d'un voyage au long du fleuve auquel l'auteur nous invite sans hâte et riche de témoins et d'évocations...

Adour, le fleuve amour de Serge Airoldi

Histoire fleuve: elle l'est en effet...Un gros livre que l'on prend en main avec le désir d'une lecture qui vienne honorer ce ruisseau singulier qui dévale des montagnes, s'enrichit des gaves aux furies improbables et abrite en son sein la migration de l'alose. Mais Serge Airoldi qui a reçu en partage le don de l'écriture ne cède pas au récit géographique. Il nous livre les découvertes et confidences nées d'un voyage aussi personnel que surprenant, une descente de l'amont vers l'aval qui aiguise notre curiosité, ravive quelques beaux souvenirs et témoigne d'une magnifique érudition.

Avouons-le, nous sommes entrés dans ce livre, avec l'humeur de l'écolier de "fin d'études primaires", nous qui avons avons été éduqué à la communale dans le goût des  fleuves et des chaînes de montagne, de la Garonne depuis le Val d'Aran jusqu'à l'Océan, de l'Aneto et du Vignemale, qui avons appris à les connaître  en les dessinant au crayon de couleur bleu et marron foncé... Qu'allions nous découvrir de si important qui justifie pareil ouvrage? Simplement la liberté, à l'état pur, de dire "au fil de l'eau". Alors commence un périple qui, de la Séoube, à moins qu'il ne s'agisse du Pic d'Espade et de la Mongie, nous révèle jusqu'à l'embouchure, jusqu'à cette barre de l'Adour tant redoutée des marins, un voyageur singulier que son métier prédisposait à tant de rencontres différentes et qui s'y adonne, entre insatiable curiosité et goût de l'autre. Un voyageur que la fréquentation de "Danube", un livre comme une révélation, et la rencontre à Bordeaux de son auteur, Claudio Magris, ont ébloui et inspiré. Magris, l'homme de Trieste et de la "Mitteleuropa" que nous eûmes le privilège de rencontrer dans sa ville, en 1989, alors qu'à Budapest le mur de Berlin se lézardait, avant de s'effondrer trois mois plus tard. 

"L'écumeur des jours"Serge Airoldi emprunte à Magris ces deux phrases dans lesquelles, à l'évidence, il se reconnaît "Ecrire c'est faire l'écumeur des jours" et, encore, "Quand on écrit on cherche à rejoindre quelqu'un". Le lecteur "d'Adour histoire fleuve" aura tout loisir de choisir lequel de ces personnages, dévoilés ou rencontrés, l'auteur aura préféré par dessus tout. Peut-être ce Paul Maymou, pépiniériste sur les Hauts de Sainte-Croix, cette ZUP de Bayonne, sur la rive droite de l'Adour, où l'on aborde, en priant que la nature résiste au béton, sept hectares et 300 essences, aux limites de la ville où en 1931, son bac philo en poche, Paul Maymou a entrepris de greffer les érables du Japon... et mille et un arbres fruitiers. Peut-être ce Xavier Burke qui, du pied de l'église de Cazères-sur-l'Adour va l'entraîner à la découverte des "Saligues", ces 220 hectares de végétation enchevêtrée, de bras morts du fleuve et de marécages, témoins du cours changeant des eaux et de la richesse de la flore et de la faune... A moins qu'il ne s'agisse de Jean-Jacques Taillentou qui, du Boucau, sur la rive du fleuve, de l'endroit où Louis de Foix fît dresser le barrage qui allait en détourner le cours, évoque le gigantesque chantier pour lequel les bayonnais furent sommés de mettre la main à la poche... Oui le lecteur aura le choix de voyager avec l'un ou l'autre et, au fil des jours, des lieux et des promontoires, car ce livre d'un autre genre se lit comme on aime à voyager sans hâte, et vraiment curieux du monde. Il se trouve, par bonheur, qu'il nous fait pénéter dans l'univers de cet autre fleuve de l'Aquitaine qui a bien de la chance d'en avoir deux que l'on nomme Garonne et Adour.

Adour, histoire fleuve; Serge Airoldi, éditions Le Festin 22€

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Editions le Festin

Partager sur Facebook
Vu par vous
1941
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
LABORDE | 07/01/2014

Je reste fidèle au voyage de "l'Adour et ses gaves "de René CUZACQ édité en 1937

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !