18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Agir pour Anglet ne digère pas la mutation de la salle de spectacle

30/08/2014 | L'accordéoniste angloy et ex-colistier de Jean Espilondo, Philippe de Ezcurra vit mal la cohabitation de Quintaou avec la Scène Nationale....ex bayonnaise

Manif quintaou

A trois jours de la présentation de la programmation de la saison de la salle Quintaou, passée de régie municipale sous la tutelle de la Scène nationale, une "association de vigilance" a manifesté devant la salle de spectacles. Agir pour Anglet, compte pas mal d'anciens familiers et soutiens à Jean Espilondo, évincé de la mairie aux dernières municipales. Créée en mai dernier, son chef d'orchestre en est le brillant accordéoniste Philippe de Ezcurra, un de ses anciens colistiers. Sans porter de jugement sur une programmation qu'elle juge même de qualité, c'est l'annexion de cette salle qu'elle dénonce

Le lieu est symbolique, comme la démarche: Quintaou, son marché et sa salle de spectacle inaugurée le 17 janvier 2014. Une table dressée à l'entrée de l'esplanade et des personnes qui distribuent un feuillet recto expliquant la pétition et verso l'invitation à la signature. Certains visages sont connus pour avoir été familiers ou des acteurs de l'ancienne municipalité, défenseurs du projet Quintaou en régie municipale. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, ils campent devant un édifice qu'ils ont appelé de leurs vœux et qui semble s'orienter comme objet d'une annexion par la Scène nationale bayonnaise. Antithèse d'un lieu d'une vie culturelle typiquement angloye au coeur d'un ensemble culturel.

Mais rappelons les faits: lors de sa campagne pour les municipales, Claude Olive annonce que Quintaou sortira d'une gestion municipale onéreuse pour le contribuable angloy et sera integrée à la Scène nationale. Avec à la clé l'attribution d'une subvention de 400 000 euros. Un cadeau aussi pour son futur adjoint à la culture, Jean-Michel Barate, président de l'Académie du célèbre chocolat de Bayonne certes, mais aussi militant orthodoxe et cutivé du gaullisme; historique du poste de ministre de la Culture locale et doté de l'emphase et du verbe d'André Malraux. Un détail quand même: il est depuis quelques lustres le président... de la Scène nationale de Bayonne dirigée par un dinosaure de la culture bayonnaise: Daniel Burucoa. Et voilà donc que Claude Olive offrirait ce nouveau joyau sur un plateau à Jean-Michel Barate. Pour être honnête précisons que le sémillant président, les suffrages conduisant Claude Olive à la mairie d'Anglet, démissionne derechef de ce poste. Mais les événements suivent leurs cours... CQFD...

"C'est ce qui nous a invité à créer Agir pour Anglet", explique le président Philippe de Ezcurra. "Outre cette forme d'annexion par la Scène nationale de Bayonne, deux éléments nous ont invité à réagir. La location des abonnements et des spectacles s'effectue par l'intermédiaire d'un répondeur et les Angloys sont contraints d'aller chercher leurs abonnements ou leurs billets à Bayonne pour un spectacle à Anglet. Normal, le personnel administratif et d'accueil a été redéployé dans d'autres services. Autre exemple: à l'issue du prochain trimestre les spectacles familiaux du dimanche pour les enfants seront supprimés. Entre 2013 et 2014, 10 spectacles "Jeunes publics" familiaux ont été proposés. Les cinq restants sont maintenus pour solder le projet avant Noël puis disparaître. lls passent de 7 euros à 18, soit 157% de plus. Et Philippe de Escurra de poursuivre: "afin de permettre aux nombreux habitués de la bibliothèque de se rendre aux spectacles de Quintaou, dans le cadre d'un esprit pôle culturel, ils avaient droit à une remise symbolique de 2 euros. Le plein tarif passera à 32."
 "Une proximité qui risque de disparaître""C'est ce devenir avec la Scène nationale qui est humiliant pour des Angloys qui avaient enfin, comme leurs voisins, leur salle de spectacle. Véritablement en contradiction avec la démarche initiale et nous a conduit à nous mobiliser," rappelle encore Philippe de Ezcurra.
Beaucoup d'anciens de la liste de Jean Espilondo qui, il faut le préciser pensaient fortifier, pérenniser la salle angloye, ont spontanément rejoint l'association. On retrouve dans le bureau, Marie Hélène Bernard, vice-présidente, Corinne Forterre, ancienne secrétaire du maire, Frédéric Dassier, Jean-Jacques Bouyssie, ou encore Hélène Elhuyar. "La création de cette salle a suscité un engouement qui a conduit 900 personnes à souscrire à des abonnements en quatre mois, poursuit une des membres du bureau. "Outre que le dimanche après-midi, il n'y aura plus de spectacles familiaux, les futurs abonnés vont sentir la différence. Il y a quatre catégories d'abonnements dont les tarifs de gestion municipale à la gestion Scène nationale sont plutôt parlants: de 30 euros à 32 euros pour la catégorie A, (+6,6%), de 18 à 25 pour la catégorie B (+38,9%), de 15 à 18 pour la catégorie C (+20%), pour les familles de 7 euros à 18 euros, (+157%)."
"La ville d'Anglet ne peut-elle pas bénéficier d'un outil propre avec des moyens humains, afin que la culture puisse vivre dans cette ville de plus de 40 000 habitants aujourd'hui?" interroge la pétition. "Il ne s'agit pas de critiquer une programmation qui semble de qualité, ajoute Philippe de Ezcurra. Simplement Anglet prise entre deux villes qui étaient dôtées de salles de théâtre est-elle obligée d'être soumise au diktat de l'une de ses voisines?"

C'est aussi la réflexion que se sont faits les visiteurs du marché en ce jeudi. Un soufflet pour les Angloys. Est-ce la raison qui a conduit un accordéoniste de talent à inviter à la résistance?

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1282
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Malblanc | 08/09/2014

Je suis complètement contre cette mutation...M.Burocoa avait déjà tenté une intrusion sur Biarritz il y a de nombreuses années!!!mais n'a pas réussi.
Qu'il reste à Bayonne.Quintaou doit rester aux Angloys.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !