Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Angoulême : vent de rébellion à la cérémonie du festival de la BD

03/02/2020 | Lors de la cérémonie des fauves, les auteurs de BD sont montés sur scène pour faire part de leurs revendications

Lors de la cérémonie de remise des fauves, une cinquantaine d'auteurs sont montés sur scène pour protester contre leurs conditions de rémunérations

C’est la remise du prix Goscinny, le 2e de la soirée des Fauves le samedi soir, qui a tout déclenché. Le duo Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann, récompensés pour « Le Dernier Atlas », ont fait monter les auteurs de bande-dessinée présents dans la salle, s’emparant littéralement du déroulement la cérémonie durant quelques minutes. Le duo a lu un texte devant une assemblée composée notamment d’éditeurs et d’élus, provoquant tantôt rire ou malaise. Ce coup d’éclat faisait suite à plusieurs manifestations jeudi et vendredi, durant le festival. Une dizaine d’auteurs s’était également rassemblée devant le théâtre, juste avant l’ouverture de la cérémonie.

« De nombreux auteurs et autrices ne sont pas là ce soir car ils ont arrêté ces deux ou trois dernières années, écœurés par une réforme rare faite sans concertation qui les fragilisent sous prétexte de les protéger », ont introduit directement Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann, rappelant certaines conséquences directes : des difficultés à faire reconnaître son statut et ses droits auprès de l’URSSAF ou encore des propositions de collaboration au forfait – « Moins de 4000€ pour un album de 200 pages et deux ans de travail. C’est le cas de certains albums de cette sélection - qui parmi vous accepterait ça ? », a interpellé le duo, rappelle que la BD française est une des plus riches et des plus créative du monde. « Chacun de ces auteurs permet de faire vivre 15 autres emplois à l’année tout au long de la chaine du livre : la fabrication, l’édition, la promotion, la diffusion, les libraires. Si les auteurs disparaissent ou que la profession les rends invisible, c’est toute la profession qui disparaît et avec elle la totalité des autres métiers du livre ».

Les deux auteurs récompensés ont énuméré plusieurs réclamations des auteurs : des rendez-vous réguliers avec les ministères concernés ; la mise à profit du rapport Racine ; la prise en considération du rapport du SNAC, de la Ligue des Auteurs et des autres syndicats du secteur ; un partage des revenus des albums plus favorables aux auteurs, « soutenu jeudi par Emmanuel Macron » ; une revalorisation du statut d’auteur « en fonction de leur singularité », et que ces mesures soient applicables à court terme. « De nombreux auteurs et autrices sont dans une situation d’urgence absolue », a justifié le duo, rappelant que 53% d’entre eux vivent avec moins que le SMIC et que 26% vivent sous le seuil de pauvreté, alors que la filière de l’édition est florissante. Les auteurs ont également fait passer le message qu’il serait bon que les prix du festival soient assortis d’une récompense financière.

« Faire de l’année de la BD une année de lutte et de construction »

A ceux qui argumenteraient que le rouleau compresseur du marché ne sert qu’à faire le tri entre le bon grain et l’ivraie artistique, Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann opposent la nécessité du temps et d’un vrai retour du mécénat. « Si Goscinny est connu dans le monde entier aujourd’hui, c’est parce qu’il était talentueux mais s’il avait suivi la seule loi du marché, dont on nous rabâche qu’elle distingue les bons des auteurs ratés, il serait probablement resté anonyme parmi les anonymes », estiment-ils, rappelant que Goscinny, alors qu’il était inconnu et précaire, avait claqué la porte de la maison d’édition qui l’employait pour protester contre ses conditions d’emplois : « Il lui a fallu du temps pour aboutir à un succès artistique et commercial, tel qu’Astérix ». A leur sens, les éditeurs doivent jouer un rôle de repérage, de financement et de promotions des futurs talents. « Notre combat n’est pas contre les éditeurs, mais c’est un combat qui exigera, en plus des actions du gouvernement, qu’ils acceptent de faire des gestes en notre faveur. Il va falloir faire vite, si la filière veut continuer à exister », préviennent Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann, conscients que les débats seront longs, car « ce combat s’inscrit dans une lutte beaucoup plus large concernant la société toute entière et visant à moins d’inégalités ». Les deux lauréats ont conclu en appelant tous les auteurs - scénaristes, illustrateurs, coloristes- à poursuivre les mouvements de contestation tout au long de l’année, au gré des festivals « pour faire de l’année de la BD une année de lutte et de construction».
Eux-mêmes se sont engagés à ne pas revenir au FIBD l’an prochain si rien ne changeait d’ici là : « Tant que la situation des auteurs et autrices n’évoluera pas d’une manière visible, et que ce milieu continuera à célébrer ses chiffres de vente sans rien changer à ses habitudes, nous n’irons plus à Angoulême en 2021 ni les années suivantes ».

Le mot du festival :

Pour l’organisation du FIBD, qui a tenu sa conférence de presse de bilan le 2 février au soir, « la venue du Président de la République et du Ministre de la Culture aura fortement marqué cette édition du Festival. Elle aura été l’occasion d'instaurer un dialogue direct avec les auteurs et les éditeurs […] Les propos du Chef de l’État ont aussi été porteurs de promesses relatives à sa volonté d’initier et de mettre en œuvre, rapidement, une action à la fois globale et concrète en direction des auteurs – notamment en regard de la situation précaire dans laquelle nombre d’entre eux se trouvent ». Le festival se félicite dans le même temps que « les auteurs aient eu l’occasion de s’exprimer tout au long du Festival dans le cadre de concertations directes avec les pouvoirs publics et sous forme d’initiatives spécifiques : décision de « lever le crayon » des dédicaces le vendredi, intervention sur la scène de la Cérémonie de remise des Fauves le samedi. » La prochaine édition se tiendra du 28 au 31 janvier 2021.

Les lauréats et les membres du jury à l'issue de la cérémonie

 

Les auteurs récompensés lors de cette 47e édition :

Le Grand Prix (couronnant une carrière) : Emmanuel Guibert

Le Fauve d’or : Révolution (Actes Sud - l'An 2), de Florent Grouazel et Younn Locard

Les Fauves d’honneur : Nicole Claveloux, Yoshiharu Tsuge et Robert Kirkman

Prix de la série : Dans l’abîme du temps (Rakuten), Gou Tanabe et HP Lovecraft

Prix de la révélation (a un jeune artiste ayant moins de 3 albums) : Lucarne (L’Association), de Joe Kessler

Fauve Polar SNCF : No direction (Sarbacane), d’Emmanuel Moynot

Fauve du Patrimoine (pour une réédition d’une BD de 5 ans et plus) : La main verte et autres récits (Cornelius) de Nicole Claveloux

Fauve de l’audace :  Acte de Dieu (Ici même) de Giacomo Nanni

Fauve BD Alternative : Komikaze, d’un collectif d’auteurs croates

Prix Découverte (Jeunes Adultes) :  Tigre des Neiges (Lézard Noir), tome 4, d’Akiko Higashimura

Prix spécial du jury (présidé par Marion Montaigne) : Clyde Fans (Delcourt), de Seth

Fauve du Public (jury d’auditeurs France Télévisions) : Saison des Roses (FLBLB), Chloé Wary

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4777
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !