Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Après le choc des civilisations de Huntington, place à la "guerre des cultures' de Frédéric Martel

21/05/2010 |

Frédéric Chanal

Fruit de cinq ans d'enquête et de quelque 1200 interviews dans 30 pays du monde entier, Frédéric Martel, auteur, chercheur et journaliste à France Culture, producteur de l'émission "Masse critique, le magazine des industries culturelles et des médias", nous propose un panorama riche et complet des centres névralgiques de l'industrie du divertissement à travers le monde. Son livre « Mainstream, enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde », présenté le 19 mai chez Mollat, confirme la domination incontestable des Américains, tout en révélant une concurrence accrue venant des pays émergents. Pour l'auteur qui sait de quoi il parle, (ex-attaché culturel de la France aux États Unis), il s'agit ni plus ni moins que d'une guerre de diffusion des contenus culturels qui est déjà bel et bien entamée.

Interrogé, une fois n'est pas coutume, et dans une inversion totale des rôles, par le politique Vincent Feltesse (ils sont amis et ont notamment œuvré de concert contre la loi Hadopi), Frédéric Martel a exposé ses arguments, sans juger ni prendre partie, mais en déclenchant une certaine polémique, notamment sur sa vision de la position de la culture française en Europe... et ailleurs, ce qui expliquerait peut-être le silence des chroniqueurs de Télérama et Libération sur l'ouvrage de leur confrère.

Non un mais plusieurs mainstream(s)
Bollywood en Inde ; mangas, J-pop et K-pop en Asie ; télénovelas au Brésil ; une industrie chinoise voulant se substituer à Disney, ou encore le label Rotana du Moyen Orient désirant promouvoir une culture panarabe ; autant d'éléments qui portent à croire que le modèle universel de divertissement imposé par les Etats-Unis n'a non seulement pas éclipsé le développement d'autres modèles culturels mais l'a encore encouragé, contribuant à l'émergence de concurrents de plus en plus redoutables. On assiste ainsi, selon l'auteur, à la diffusion non pas d'un seul mainstream américain dominant mais de plusieurs mainstreams concurrents non-américains.

USA - le « monde en miniature »

Mainstream
Acheter ce livre chez Mollat.com


Frédéric Martel précise cependant que ces derniers ne seront probablement jamais en mesure de détrôner le géant américain, et ce pour plusieurs raisons : « Tout d'abord la culture américaine représente la matrice de cette culture mainstream, et on constate très vite que paradoxalement ceux qui s'en inspirent le plus sont ceux qui la contestent le plus, en le faisant au nom de valeurs qui seraient étrangères à l'Amérique, alors que ce n'est souvent point le cas », souligne Frédéric Martel.

Le succès universel de la culture mainstream des Etats-Unis s'expliquerait surtout par « cette diversité culturelle qui est la leur et qui fonde l'identité de l'Amérique depuis ses origines », observe l'auteur. « De par cette composition multi-ethnique et multinationale on peut ainsi être pratiquement sûr aujourd'hui que si un film marche très bien aux Etats-Unis, il va aussi cartonner à l'étranger ; car les Etats-Unis, c'est le monde en miniature. »

La culture américaine - seul dénominateur commun pour l'Europe
Cette culture américaine parle et plaît à tout le monde. On peut l'observer notamment en Europe, un continent qui ne parvient toujours pas à promouvoir un modèle culturel qui lui serait propre. « Les films français, ils ne plaisent qu'aux Français et encore, il est rare qu'on les regarde ailleurs en Europe en ne parlant même plus de leur écho outre-atlantique », remarque Frédéric Martel. « Mais le vrai problème c'est que l'Europe n'a pas de marché commun intérieur pour ses propres produits culturels, par contre pour les produits américains il y a toujours un marché ; on voit ainsi très bien que la vraie culture commune en Europe c'est paradoxalement la culture américaine ».

Une « industrie créative »
A cela viennent s'ajouter bien entendu d'importants moyens consacrés à la production littéraire, phonographique et audiovisuelle, sans commune mesure dans le monde. Mais ceux-ci ne représentent finalement qu'un levier pour une qualité de produits qui s'avère inégalée. « Outre la codification de certains formats ou pratiques qui sont aujourd'hui repris par tout le monde, la force de l'Amérique réside dans la mise en place d'une industrie créative des contenus culturels », explique l'auteur. « C'est une industrie qui a une grande capacité de se renouveler, chaque produit est différent et innovant à sa manière. Ce n'est pas comme Coca cola, dont les bouteilles sont partout identiques, qu'on soit aux Etats-Unis ou dans un village d'Afrique ».

Contrairement à ce que certains avancent au niveau politique ou économique, dans le domaine de l'industrie du divertissement les Etats-Unis tiennent bon et ne semblent pas prêts de céder leur place, bien que l'on ne puisse encore évaluer l'impact des mainstream(s) émergents à l'échelle mondiale. Un constat qui va à contre-pied de l'analyse d'Emmanuel Todd dans son Essai sur la décomposition du système américain, car pour Frédéric Martel, le déclin culturel de l'empire  américain n'est pas pour demain.

Piotr Czarzasty et Isabelle Camus

Partager sur Facebook
Vu par vous
1844
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !