Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/02/20 | La Communauté d’agglomération Rochefort Océan inaugure « La Boite »

    Lire

    Un nouvel élan artistique se dessine dans l’agglomération de Rochefort. Mercredi 19 février, aura lieu l’inauguration d’une salle dédiée à la création artistique. Son petit nom ? La Boite ! La collectivité a transformé l’ancien cinéma de l’École des Fourriers en plateau technique de 220 m² au sol sous un plafond de 5,50 mètres. Un lieu qui accueillera des artistes en résidence et où toutes les formes d’arts seront les bienvenues.

  • 18/02/20 | A Bruges (33) Aérospline veut robotiser les tâches de désamiantage

    Lire

    Aérospline, à Bruges, est une PME d'ingénierie industrielle qui développe des solutions robotiques collaboratives innovantes, principalement pour la construction aéronautique. Ces nouveaux robots collaboratifs (dits cobots) permettent de réduire la toxicité ou la pénibilité des métiers, sans se passer des opérateurs. La société travaille sur un projet de cobots dans le cadre de travaux de désamiantage, permettant de réduire les risques d'exposition des salariés. Un projet, baptisé "Exelite", auquel s'associe la région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 410 449 €.

  • 18/02/20 | Il fait bon vivre en Charente-Martime !

    Lire

    94% heureux de vivre en Charente-Maritime. C’est un des chiffres issu de l'enquête 2019, de l’institut BVA, auprès des Charentais. Les habitants ont par exemple, le sentiment d’être écoutés par le département dans leurs actions. L’occasion, aussi, de recueillir les préoccupations de la population. Au sujet, des routes départementales ou encore de l’environnement. Les résultats sont globalement très positifs, par rapport à l’enquête 2018, impactée par le mouvement gilets jaunes. Voir l’enquête au complet.

  • 18/02/20 | Menace sur l'abattoir de Ribérac en Dordogne

    Lire

    La société Arcadie Sud-Ouest, qui représente la moitié de l’activité de l'abattoir de Ribérac a annoncé qu’elle allait transférer son activité à Thiviers à partir de mai. C’est la pérennité du site employant 18 personnes qui est menacée. La Ville détient 55% des parts. La décision d’Arcadie est la conséquence des difficultés du groupe. Une rencontre est prévue dans les jours prochains entre la direction d'Arcadie, le maire de Ribérac et le préfet. Le député Jean-Pierre Cubertafon suivra aussi attentivement le dossier.

  • 17/02/20 | BOOST’CAMP : un concours qui s'adresse aux entrepreneurs

    Lire

    Bonne nouvelle pour les entrepreneurs engagés dans le développement durable, l’économie sociale et solidaire ou l’innovation d’usage ! Un concours organisé par Le Campement, pépinière de la Ville de Bordeaux installée à Darwin, va être lancé. Le principe ? Présenter un projet innovant et créateur d'emplois. A la clé du concours : 6 mois d'hébergement gratuit au Campement dès le 27 mars 2020. La réception des candidatures se fait du 3 mars au 13 mars prochain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Arte Flamenco : Michel Dieuzaide et Eva Yerbabuena, « humains avant tout »

03/07/2019 | Arte Flamenco s'est lancé mardi soir à travers deux regards sur l'univers flamenco : celui du photographe Michel Dieuzaide, et celui de la danseuse « chérie du festival » Eva Yerbabuena

Eva Yerbabuena a ouvert le Festival Arte Flamenco 2019

C'est au milieu des nombreuses photographies de Michel Dieuzaide, l'homme qui sait parler à l'oreille du peuple gitan, qu'a été officiellement lancé le 31ème Festival Arte flamenco ce mardi soir. Amputée d'une journée cette année, cette 31ème édition marque sans doute la fin d'une époque, pour le Festival flamenco le plus important hors d'Espagne. La fin d'une époque, mais pas de la manifestation, qui se réinventera promet-on l'an prochain. Un festival renouvelé pour un Flamenco éternel comme ont pu le donner à voir tant l'exposition «...Être Flamenco » de Michel Dieuzaide au Musée Despiau-Wlérick, que le spectacle « Carne y Hueso » de la « figura » Eva Yerbabuena, à l'Espace François Mitterrand. Deux moments forts, révélant les humains derrière les artistes d'un art qui bien souvent les transcende.

C'est entourés des regards, des gestes, des ambiances et des scènes de vie capturés en noir et blanc par Michel Dieuzaide lors de ses séjours en Andalousie, au cœur du monde flamenco que les officiels ont procédé à la traditionnelle inauguration du Festival. Une exposition qui, de Jérez à Séville en passant par Triana, ou même Mont-de-Marsan, propose certes une vision des figuras du flamenco en scène tels que Camaron, Paco de Lucia ou encore Ines Bacan ( présente sur la du Café cantante samedi 6 juillet), mais pas seulement. C'est avant tout un incursion dans la vie de ces artistes gitans, pris en photo chez eux, devant des affiches annonçant leurs spectacles, dans des tablao traditionnels andaloux, bien loin des grandes mises en scène des tournées internationales. C'est un Agujetas, colérique, une bouteille à la main, un Tomatito, sur son canapé à côté d'un enfant endormi et face à une table basse où traine les restes d'un repas... Cette exposition c'est le résultat « d'un travail de vie au milieu des gitans, bien plus qu'un travail de scène », explique celui qui pour y parvenir, les a côtoyé longuement. Une exposition à ne pas manquer dans les murs du Musée Despiau-Wlérick jusqu'au 21 juillet, pour ce 31ème millésime d'Arte Flamenco.

Exposition ''...être flamenco'' Michel Diauzaide à Mont-de-Marsan

"De la chair et des os, on ne vit et on ne ressent qu'à travers ça"
Un âge qui, s'il en était encore besoin, confirme la juste place du Festival dans le paysage flamenco non seulement sur la qualité des propositions artistiques mais désormais aussi sur la durée... Mais pour autant, pas question ici d'immobilisme, et d'autant moins quand les questions budgétaires s'en mêlent. Le président du Département, Xavier Fortinon, a ainsi assuré que le festival de demain « connaîtra un nouveau souffle par le renforcement de son développement territorial et le soutien à la création à l'année ». Autrement dit, « un chantier d'avenir qui s'ouvre » a-t-il estimé pour le festival plus que trentenaire. Un point de vue partagé par Charles Dayot, le maire de Mont-de-Marsan : « 30 ans, c'est l'âge auquel on se pose les bonnes questions avant la quarantaine », confirme-t-il remerciant au passage, le Département d'associer la ville sur la réflexion en cours concernant l'avenir de la manifestation.
Le festival, qui a su durer notamment grâce aux équipes qui le pensent, l'organisent, et chaque jour le mettent en musique, a fait de la convivialité et de la proximité avec les artistes une marque de fabrique très appréciés par ces derniers. Des artistes, « hommes et femmes avant tout », comme Eva Yerbabuena le rappelait ce lundi matin lors de la rencontre précédent le spectacle du soir « Carne y hueso » (de chair et d'os). Un titre, selon la bailaora, « pour défendre l'idée que nous sommes faits de chair et d'os, même si on s'exprime à travers un art un peu « sur naturel » qu'est le flamenco. Nous ressentons des émotions, des souffrances ou des moments de plaisir qui nous transcendent sur scène, mais une fois en coulisse on réalise bien dans notre corps que nous ne sommes que de la chair et des os, et que l'on ne vit et ne ressent qu'à travers ça. »

Maîtrise technique absolue et présence scénique indiscutable
Ce lundi soir, la danseuse, absente d'Arte flamenco depuis 2008, mais qui cumule selon Sandrine Rabassa, la directrice artistique du Festival, le plus grand nombre d'ouvertures du Festival, a retrouvé le public montois. De belle retrouvailles signées d'une maîtrise technique absolue, alliant force et subtilité, ainsi que d'une présence scénique indiscutable. La danseuse occupant seule la grande scène, devant ses musiciens et chanteurs, en alternance avec un quator de danseurs, eux aussi particulièrement brillants. Loin des ballets flamencos parfois très théâtralisés, auxquels nous avez habitué Arte flamenco pour sa soirée d'ouverture, les chorégraphies de ce lundi soir, dans un décor bien plus dépouillé, laissant toute la place à la créativité de l'artiste indiscutablement classée parmi les grands noms de l'Art flamenco.
Une créativité, l'ayant d'ailleurs amené sur des terrains plus contemporains voire expérimentaux ces dernières années. Mais ce lundi soir, dans ce spectacle revisitant certaines chorégraphies de spectacles précédents, c'est un flamenco plus proche des racines, qu'elle a livré au public montois. Visiblement ravis de la retrouver, les spectateurs ont ainsi pu vivre à travers elle et son sens de la dramaturgie aiguë, ce qui fait de nous des humains de chair et d'os, même si, et c'est là tout le paradoxe, le temps se suspend et les âmes communient quand les artistes tels qu'Eva Yerbabuena entrent en scène.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2874
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !