18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Arte Flamenco et choc des générations: une formidable explosion de vie au Café Cantante

11/07/2015 | Jeunes talents et grands aînés: l'énergie flamenca n'avait pas d'âge ce vendredi sur la scène du Café cantante de Mont-de-Marsan. Sensationnel.

Spectacle Toda une vida - La Caneta de Malaga et El Carrete au premier plan

Plus qu'un repère, la transmission est un élément constitutif de l'art flamenco. Un atome de la matière flamenca auquel le Festival Arte flamenco sait décidément donner toute sa place. Pour preuve, ce vendredi soir au Café cantante : sur une même scène, les jeunes pousses flamencas, « Las promesas del Flamenco » ont précédé aux grands aînés du flamenco, maestros du chant et de la danse réunis dans un spectacle intitulé « Toda une vida ». Acclamés à de multiples reprises par le public montois, c'est un moment d'énergie, et d'enthousiasme à l'état pur qui a traversé la salle du café cantante, à l'image de la Cañeta de Malaga, 83 ans, époustouflante d'énergie. Une soirée flamenco comme une fulgurance, un véritable hymne à la vie. On s'en rappellera.

Le grand écart aurait pu paraître risqué. Les « bébés » puis les « papys » du flamenco dans une même soirée, l'ironie était facile. Pourtant... Pourtant, elle aurait été particulièrement mal placée. Ceux qui ont choisi d'avoir confiance dans le jugement de Sandrine Rabassa la directrice artistique ont eu mille fois raison. Les jeunes, David de Jacoba au chant, Kilino Jiménez à la guitare, Gema Moneo et El Yiyo à la danse, malgré une nervosité parfois un peu visible sur les visages, ont largement rempli le contrat qu'ils s'étaient fixés : « être à la hauteur de la réputation du festival réputé qui les a accueilli ». Un premier accueil et sans doute pas le dernier. Il faut dire que ces « petits » ne le sont, artistiquement, pas tant que ça, et leur carrière professionnelle est déjà en bonne voie.

David Jacoba et son timbre de voix emprunt d'une douce puissance est un spécialiste du cante jondo, dont le talent lui a déjà permis de travailler 3 ans durant auprès du regretté Maestro guitariste Paco de Lucia. Sur la guitare justement, Kilino Jiménez a lui aussi de qui tenir son agile et subtil doigté. Il est le fils du guitariste Entri, fondateur de la Grande académie de guitare flamenca, et a par ailleurs, déjà collaboré avec le danseur réputé Antonio Canales. A la danse, la jeune Gema Moneo, a également su faire preuve de sa technique remarquable, déjà éprouvée sur quelques scènes internationales. Autre pépite de la soirée, qui a réussi à mettre le public de Mont-de-Marsan debout, le bailaor El Yiyo, du haut de ses 18 ans, réellement époustouflant de fluidité et d'élégance, en dépit de la rapidité de ses figures. Quatre artistes, quatre destins, qui promettent sans aucun doute un bel avenir au flamenco, dans le juste respect de la tradition de leur art.

Quatre phénomènes d'instinct et de générositéQuatre destins accomplis, c'est ce que proposait la deuxième partie de cette soirée. Une occasion rare de voir réunis sur scène, les 3 « maestros de cante » que sont la Caneta de Malaga (83 ans), Rancapino (70 ans), Romerito de Jerez (83 ans) et au baille, El Carrete (83 ans). Une moyenne d'âge élevée, un chiffre à ne pas croire quant à la vitalité des esprits et des corps, dont la conférence de présentation du spectacle du matin, avait déjà fait largement la preuve. Et la soirée s'est chargée d'en donner confirmation : l'âge, en flamenco, pour ces quatre là en tout cas, ne compte pas. Ou alors, il n'est qu'un bénéfice de plus, celui de tout donner au public, sans craindre de ne rien perdre. Un cadeau que le public aura su apprécier et célébrer à de nombreuses reprises par des acclamations fournies.

Ce sont donc quatre phénomènes que le public à eu la chance de découvrir ou redécouvrir vendredi soir. Rancapino et Romerito de Jerez ont le souffle et la puissance de leur 20 ans, et les voix intemporelles des chanteurs de cante jondo, magnifiques et authentiques. El Carrete, debout, ou assis, n'en finit pas d'étonner de ses zapateos toujours impressionnants de force et de précision, quant à La Cañeta de Malaga, son instinct et son caractère généreux et volubile la transporte, et le public avec. Elle chante bien sûr, avec une voix et une puissance qui elles non plus n'ont pas pris une ride, mais elle danse aussi, beaucoup. Sur scène, entre deux éclats de rire, elle bavarde, rigole, échange avec le public de « mondémarsan » et salue « el Présidenté Emmanouelli ». Avis à la jeune génération, La Cañeta de Malaga et ses compagnons de scène, c'est de la dynamite !

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Sébastien Zambon / Dpt40

Partager sur Facebook
Vu par vous
3471
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !