Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Au coeur de l'âme basque les fêtes de Sare

15/09/2008 |

Au coeur de l'âme basque les fêtes de Sare

Amis voyageurs, si vous vous destinez à faire escale à Sare aux alentours du deuxième dimanche de septembre, croyant y goûter une paisible retraite à l'abri du tumulte, ne vous plaignez surtout pas d'éventuels charivaris nocturnes sous peine de passer auprès des locaux pour de fieffés touristes au sens le plus péjoratif du terme. Vous voilà prévenus, vos nombrilistes prétentions au sommeil ne priveront pas les saratars de LEURS fêtes.


Célébrées à l’origine en novembre en l’honneur du saint patron de la commune, Saint-Martin, d’où la célèbre église tire son patronyme, les fêtes ont désormais lieu en septembre – du 13 au 17 plus précisément cette année. Pour prolonger les festivités de l’été ou ménager les impatiences ? Pensez-donc, cela fait des mois que les figures locales attendent ce moment clé de l’année. Cinq jours de fêtes quasiment sans interruption où l’on festoie à même la rue entre apéritifs à rallonge, bal populaire, défilés aux couleurs locales et spectacles traditionnels. Sur la place du fronton, comme les années précédentes, le commentateur au coffre de pilier de rugby vous l’annoncera haut et fort : vous êtes non seulement ici au cœur d’un des plus beaux villages du pays basque – qui inspira l’Etchezar de Pierre Loti pour son Ramuntcho - mais au plus près d’une culture villageoise ayant préservé son authenticité. Et cette année encore, jeune et moins jeunes, patron et ouvrier se retrouveront aux mêmes comptoirs à entonner les célèbres refrains chers à tout basque qui se respecte. Le tout dans un esprit bon enfant préservé de certains mauvais coups de sang des ferias bayonnaises. Si votre niveau d’endurance festive ne vous permet pas de demeurer à Sare cinq jours de suite, nous vous conseillons de ne pas rater la journée du dimanche qui s’ouvre par la traditionnelle messe. Ici, la connotation religieuse des fêtes patronales s’accommode étonnamment avec des rites païens et autres facéties carnavalesques. En témoigne notamment le défilé des joaldun, ces hommes en peau de mouton défilant dans les rues en agitant leurs cloches pour mieux chasser les mauvais esprits et conjurer le mauvais sort. Un rite que les ethnologues font remonter à des temps immémoriaux et que l’on retrouve dans d’autres civilisations européennes. Autre tradition ancestrale, antzara jokoa ou jeu de l’oie, est le point d’orgue des défilés du dimanche après-midi. L’épreuve, que l’on retrouve également à Souraïde, Olhette ou Aïnhoa, consistait à l’origine à pendre une oie vivante à une corde tendue en hauteur et à faire défiler dessous de jeunes cavaliers qui devait arracher la tête du volatile. A Sare, l’oie est remplacée par un canard, pendu mort, dont le coup est préalablement à demi tranché au sabre par le capitaine des cavaliers. Il se raconte que ce jeu servait de rite de passage à l’âge adulte pour les jeunes hommes du village. Voire à montrer aux jeunes filles les talents pleins de promesses de ces habiles cavaliers aux yeux des villageoises en fleur.
Bien plus connues du grand public, les traditionnelles démonstrations de force basque renvoient également au plus profond de la culture basque avec des épreuves inspirées par le labeur d’un peuple rural, qu’il s’agisse du lever de charrette, du lever de botte de paille ou du célèbre soka tira. Autre point fort de la journée, le défilé des voitures, ces guimbardes promises à la destruction et radicalement transformées par les jeunes de Sare trouvent une seconde jeunesse sous la forme de tonneaux ambulants, cours de tennis ambulants, pyramides mobiles ou autre loufoqueries carnavalesques. Bien qu’introduit récemment, ce défilé rappellent par son sens de la dérision, l’insolence des carnavals les plus anciens. Encore et toujours, la tradition et ses symboles ancestraux perdurent avec une étonnante fraîcheur.

Le message du clocher
Plus que quelques jours, quelques heures avant le début des festivités. Au café de la mairie ce samedi soir, chanteurs de rue improvisés et ambiance de bar à même la rue sont autant de signes annonciateurs que quelque chose se prépare. Deux des trois hôtels du centre bourg ont déjà fermé leurs portes. Bientôt, les coquettes terrasses cèderont la place aux festifs comptoirs. Le clocher veillant sur les saratars les a déjà avertis : « toutes les heures blessent l’homme, la dernière le conduit au tombeau ». Raison de plus pour ne pas rater ces fêtes. Nous aurons toute la mort pour nous reposer.

Du 13 au 17 septembre. Renseignements, office de tourisme de Sare, tél. 05.59.54.20.14.
Courriel : otsi.sare@wanadoo.fr. Site Internet : http://www.sare.fr

Laurent Berreterot

Partager sur Facebook
Vu par vous
893
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !