18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Avec Quintaou, Anglet peut enfin frapper les trois coups

16/01/2014 | Par la volonté du maire Jean Espilondo et avec le concours de son adjoint Guy Mondorge et le directeur de la culture Jérome Potié, la salle Quintaou sera inaugurée vendredi.

Guy Mondorge, adjoint au maire d'Anglet, et le directeur de la culture Jérome Potié

Quand, le 12 décembre 1992, l'emblématique maire de Pau André Labarrère inaugura son Zénith de 7000 places, des voix s'élevèrent sur la Côte basque, et particulièrement au District Bayonne-Anglet-Biarritz pour que ses trois maires, Henri Grenet, Victor Mendiboure et Didier Borotra s'accordent pour faire de même. Làs, le premier conserverait son théâtre en bordure d'Adour, le second la Gare du Midi et leurs jauges d'un millier de places et Anglet... sa petite salle paroissiale Parthayre, proche de la mairie où, avant de devenir complètement hors norme, étaient projetés quelques films et organisé des Tremplins rocks.

Vingt deux ans plus tard, par la volonté du maire Jean Espilondo et avec le concours de son adjoint Guy Mondorge et le directeur de la culture Jérome Potié, (notre photo) la salle Quintaou et sa jauge de 800 places sera inaugurée vendredi. Au revoir le chapiteau de Baroja qui assurait jusque là les saisons culturelles.
Située au coeur de cette vaste commune de Sept paroisses en face du marché dont elle porte le nom - autant de places de parking gratuit - elle a été conçue par le cabinet grenoblois Isabel Hérault et Yves Arno sélectionné parmi cent seize candidatures et sa construction a débuté il y a 18 mois. Mais surtout, bâtie entre la bibliothèque et la salle d'exposition Beatrix-Enea et à proximité de la Maison pour tous, elle constitue la touche finale de ce pôle culturel dont le maire, avec l'aménagement de la Petite Chambre d'Amour, voulait faire la signature de sa première mandature. "Nous vivons une crise grave, sociale mais aussi morale. La tentation du repli sur soi est forte, justife-t-il. Aussi ces moments de partage sont indispensables. La culture n'est décidément pas un supplément d'âme. Elle est un projet de vie pour lequel les attentes sont très fortes. La culture est une force d'émancipation pour chacun et le ferment de la vie collective."

Une salle intelligente et openAvant son inauguration, les visites publiques ouvertes le week end et les jours du marché ont refusé du monde. Les abonnements pour la saison culturelle qui culminaient à 85 unités ont atteint trois jours avant l'inauguration les 800! 10 000 places ont été vendues  pour les diverses représentations. Ce projet au départ, argument contre productif pour le bilan du maire, semble s'inscrire à son crédit. Comme souvent, les Angloys prennent en main et à coeur les réalisations valorisant leur commune coincée entre Bayonne l'historique et  Biarritz la bling bling de prestige.

Mais quelles sont les vertus de Quintaou, d'un coût de 11 692 734,95 € (HT) dont 53,24 % de subventions (Etat, Région, Conseil général)  46,76% de part de la ville et qui fonctionnera avec 10 agents permanents pour la plupart détachés du service culturel existant?

Dans ce bâtiment mélange de planches de bois brut (Red Cedar) et de vastes baies vitrées, la salle principale modulable de 800 à 400 places a été établie sur 5 000 m2 d'espace public et vert et répond, dans sa structure à la démarche de partage et de rencontres qui a dicté le choix de l'architecte. Une bâtisse de trois niveaux  avec un vaste hall d'accueil et un restaurant ("L'avant-scène") en rez de chaussée. Derrière le hall d'entrée, les premières rangées de fauteuils trois couleurs (du rouge au parme) donnant sur une vaste scène. A l'arrière, un local technique et un tunnel permettant le stationnement de semi-remorques afin d'éviter les nuisances de bruit. A proximité de la salle principale cernée de rideaux acoustiques, une salle de répétition pour les associations, troupes ou artistes en résidence.

Au premier étage, la partie supérieure de la salle principale avec à l'entrée, un  foyer, ce front proéminent qui domine l'entrée de Quintaou, pour les "afters" surprises qui suivront. La véritable surprise de l'édifice se trouve aussi à l'extérieur, un ensemble terrasse/gradins de plein air qui pourra accueillir 137 spectateurs pour des animations estivales ou la Fête de la musique. Spectateurs qui, grâce à un fonctionnement budgétisé et une régie municipale, s'ils ne sont pas abonnés, paieront les spectacles à Quintaou, de 12 à 30 euros, selon la tête d'affiche. C'était aussi le but recherché.

Anglet en a rêvé, elle aura enfin sa salle de spectacles. Déja les troupes théâtrales voisines, mais aussi les prestgieux ballets de Thierry Malandain à  Biarritz ont pris acte de son existence. Le nouveau métronome culturel du BAB se situerait-il désormais au coeur de l'agglomération?

Dernière minutes Aurelie Filipetti, ministre de la Culture et de la Communication, devrait profiter de sa venue au FIPA, qui se tient du 21 au 26 janvier à Biarritz,  pour visiter la nouvelle salle Quintaou d'Anglet

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
1904
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
gobin | 30/01/2014

Gouffre financier,qui va payer?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !