18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Un bestiaire doux-amer trouve refuge à la Vieille Eglise de Mérignac

28/04/2014 | Depuis samedi 26 avril, et ce jusqu'au 8 juin prochain, la Vieille Eglise Saint-Vincent de Mérignac accueille l'exposition "Doux amer" de Michel vanden Eeckhoudt

Inauguration de l'exposition "Doux-Amer" de Michel vanden Eeckhoudt à la Vieille Eglise de Mérignac le 25 avril 2014

Du zoo à l'église, il n'y a parfois qu'un pas. Enfin entendons-nous bien, c'est ici de photographie dont il est question, tout de même... Ces photographies, ce sont celles du belge Michel Vanden Eeckhoudt, présentées à la Vieille Eglise Saint-Vincent de Mérignac du 26 avril au 8 juin dans le cadre de l'exposition "Doux-Amer". Des chiens, des singes, des chevaux, des ratons-laveurs mais aussi des enfants, des femmes, des hommes s'illustrent, ou non, en noir et blanc sur les murs de la Vieille Eglise. Au vu du regard insistant du chien qui illustre l'affiche, regard que le photographe n'hésite pas à comparer à celui d'une princesse indienne, il faut aller voir cette exposition. Chien ou princesse indienne, ils ont raison, il faut aller voir cette exposition.

Avant de présenter les quelques cent photographies exposées sur les murs de la Vieille Eglise, Michel Vanden Eeckhoudt parle, non sans humour, de son travail comme étant celui du fils d'une assistante sociale et d'un père professeur de zoologie. Loin d'être anecdotique, cette lumière familiale donne un éclairage bienvenu au titre de l'exposition, qui est aussi le titre du dernier livre du photographe paru aux éditions Delpire, Doux-Amer. C'est ça, doux-amer, des photos laissant une impression oscillant entre douceur et amertume, une hésitation/confusion qui donne une très belle exposition dont une partie avait été montrée aux rencontres d'Arles l'année dernière. Né à Bruxelles où il vit et travaille aujourd'hui, Michel Vanden Eeckhoudt est membre de l'agence parisienne Vu depuis 1985. Depuis plus de trente ans, il promène son objectif sur les routes de France, d'Italie, de Belgique bien-sûr mais aussi d'Afrique, d'Inde ou d'Israël avec un regard toujours soucieux de raconter des histoires, de vraies histoires, des histoires de chiens, de singes, d'enfants, de paysages aussi. Des histoires vivantes où bonheur, tristesse, solitude et ironie s'épousent dans des noir et blanc intemporels, si bien que les sobres légendes indiquant juste le lieu et la date des clichés sont souvent nécessaires au spectateur désireux de situer l'image dans le temps. Une impression onirique qui s'accorde alors bien avec la façon dont Michel Vanden Eeckhoudt parle de son travail toujours situé "sur les ailes du hasard et du doute". 

Mettre le spectateur dans un léger inconfort "Je suis belge et dans la lignée de Magritte et de beaucoup d'autres, je dois bien avouer que j'ai une affection pour les choses bizzaroïdes", un aveu du photographe devant un singe très rare immortalisé dans un zoo allemand et accroché au fond de la Vieille Eglise. Bizzaroïde, c'est en effet un terme qui s'adapte tout à fait à l'attitude dramatique de l'animal en question qui, pattes avant scotchés à la vitre qui le sépare de l'objectif, semble presque hésiter entre l'envie de faire peur et l'envie de faire rire. A l'image de celle-ci, de nombreuses photographies exposées suscitent à la fois le sourire, la gêne, parfois l'angoisse, une sensation d'étrangeté chère à l'artiste qui reconnaît volontiers "placer de temps en temps le spectateur dans un léger inconfort". A la manière du fameux "Ceci n'est pas une pipe" de son concitoyen Magritte, Michel Vanden Eeckhoudt aurait lui aussi pu titrer ses photos à grands coups de "ceci n'est pas un chien" ou "ceci n'est pas un singe", c'est vrai ça, comment en être sûr? Toujours "sur les ailes du hasard et du doute", les clichés de l'artiste belge interrogent le specateur, avec tendresse et ironie, sur lui, sur son rapport au monde, aux autres et aux animaux bien-sûr, cette dernière relation étant le fil rouge des subtils noir et blanc de Doux-Amer.

 

Exposition

De l'humain dans la bête , de la bête dans l'humain? Vitres, barreaux de cages d'un zoo ou parfois même un simple mètre séparent l'objectif de l'objet de la photographie et donc, l'homme de l'animal. Une fine frontière qui transparaît sur chaque photo et invite alors celui qui regarde à se demander qui observe qui et du même fait, qui domine qui. Pour reprendre les mots de Michel Vanden Eeckhoudt, "regarder les animaux et les photographier, c'est rendre compte de l'étrange mélange que constitue la relation que l'homme entretient avec l'animal, un mélange de cruauté, d'amour, de gentillesse et de domination, des rapports singuliers qu'on retrouve dans les rapports humains". Pour illustrer ce parallèle, certaines oeuvres accrochées sur les murs blancs de la Vieille Eglise sont particulièrement efficaces, à l'image d'une photo prise à la frontière franco-belge sur laquelle un  homme masqué tient son chien dans ses bras, ce dernier étant semble-t-il presque gêné de l'accoutrement de son maître. Dans le cadre d'à côté, un chien pose avec une cigarette dans la gueule. Normal. Non loin d'eux, un chameau fou, un singe indien de très mauvaise humeur, un gorille tokyoïte mélancolique, un cheval méfiant, des porcs conscients de leur sort ou encore deux chiens qui, non sans pudeur, font leurs besoins dans la nature. Chacune de ces photos se charge d'une humanité telle que les comportements de l'homme et de l'animal se confondent et se répondent avec tendresse et humour.

Entre fierté et gêne, chacun sa pose...Pour certains, c'est l'heure de gloire. Souriante, expressive, réjouie de poser, ce n'est pas Daisy qui dira le contraire. Daisy, c'est le chien un brin mal coiffé aux allures de caniche qui trône près de la porte de la Vieille Eglise. A Mérignac aujourd'hui, dans d'autres galeries auparavant et même dans le New Yorker il y a quelques années, elle aurait tort de ne pas sourire notre Daisy, quand même. Bon, c'est pas évident pour tout le monde non plus et par respect, on taiera le petit nom de ce petit chien qui, non loin de Daisy, de l'autre côté de la porte, a honte. Honte parce-que son maître l'a mis dans un grotesque panier ne laissant dépasser que sa tête et, comme si ça ne suffisait pas, Michel Vanden Eeckhoudt le photographie, lui, à ce moment-là, comme ça. Une double peine pour celui qui semble alors se dire que les humains sont vraiment des chiens. Chiens, singes, lions, chevaux mais aussi des humains, des inconnus, des connus, à l'image d'une superbe photo de 1979 sur laquelle les enfants de l'artiste se tombent dans les bras sur le quai de la gare du Midi à Bruxelles, c'est doux, c'est amer, c'est profondément humain et comme vous le dit avec insistance la princesse indienne aux allures de chien de l'affiche, c'est à voir, et vite.

Exposition "Doux-Amer" de Michel vanden Eeckhoudt, du 26 avril au 8 juin à la Vieille Eglise Saint-Vincent de Mérignac; entrée libre du mardi au dimanche de 14h à 19h, Tramway ligne A, arrêt Mérignac centre

Lise Gallitre
Par Lise Gallitre

Crédit Photo : Andrea Schmitz

Partager sur Facebook
Vu par vous
3341
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !