Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Bond-Françon : un duo mythique

23/03/2008 |

« Chaise » : lorsque l?humanité n?a plus d?issue de secours

Une rencontre aux confins de la déshumanisation... Présent cette semaine pour deux mises en scène consacrées au dramaturge anglais Edward Bond, Alain Françon, directeur du Théâtre national de la Colline, nous dévoilait au travers de deux courtes pièces, le fruit d'un long compagnonnage initié une vingtaine d'années auparavant.

Situées en 2007, ces évocations futuristes nous faisaient pénétrer en douceur dans un univers éthéré aux effluves acerbes, typiques chez Bond, nous permettant de (re)faire la connaissance de l’un des plus grands dramaturges du XXIème siècle. Si le choc était moins étourdissant que ce qu’on pouvait attendre de ce duo et du choix des textes, ces deux soirées ont tout de même eu l’immense intérêt de présenter un univers théâtral atypique, aux frontières de la SF et du théâtre burlesque. Un théâtre d’anticipation peu représenté sur nos scènes, dans lequel les héros vivotent au sein de sociétés aseptisées et où la temporalité se décline au futur antérieur.


« Si ce n’est toi « : le désespoir de la vacuité

La scène se passe le 18 juillet 2007. À cette époque, toute trace du passé, d’un souvenir personnel ou d’un bien matériel a été aboli, l’extérieur n’est que ruine et paysages dévastés. La population reste confinée dans des appartements quasi vides, livrée à des règles extrêmement strictes, contrôlée par les « services ».Jams fait partie de ces services. Sara, sa femme, prend soin de leur appartement : une table et deux chaises. Tout est en ordre… jusqu’au jour où l’impensable se produit. Un inconnu frappe à la porte et déclare être le frère de Sara. De cette intrusion dans un quotidien réglé au millimètre près, le couple ne sortira pas indemne, confronté à un passé douloureusement enfoui, acculé par tant de banalité quotidienne et de vacuité. Parce qu’il, Grit, s’est assis sur la mauvaise chaise, il déclenchera sans le vouloir une guerre vaine et pourtant vitale à leurs yeux, tous deux inquisiteurs des moindres faits et gestes de l’autre. De cet arrière-plan totalement épuré où tout, jusqu’au langage lui-même, devra avoir un usage utilitaire et mesuré, Françon livrera une interprétation drôle et grinçante, plongeant les personnages et leurs existences dans le grotesque à leur insu. Etriqués dans cette inexorable vie, devenus hautement banals et incapables de rêver, seules subsisteront pour eux des préoccupations aussi futiles que la tenue du journal du quotidien ou la place exacte d’un pied de table. La réussite de cette pièce tiendra alors non pas à l’action mais au jeu des comédiens, tous criants de platitude, tous « flat » comme pourrait l‘indiquer le dramaturge. Stagnant dans ce décor constitué de trois pans de murs gris, Luc-Antoine Diquéro donne la réplique à une Dominique Valadié étonnante de simplicité et de véracité. Gommant toute trace mélodramatique malgré la teneur des propos, ils en font des héros du quotidien, un quotidien bien éloigné du nôtre mais qui, comme semble nous indiquer l’auteur, gagne du terrain, centimètres par centimètres. De « 1984 » à « Si ce n’est toi », il n’y a qu’un pas, celui du contrôle de nos vies. Espérons que la prophétie n’adviendra pas, bien qu’on soit en droit de s’interroger lorsqu’on sait que Big Brother nous regarde déjà…

« Chaise » : lorsque l’humanité n’a plus d’issue de secours


Il semble qu’Edward Bond ait un certain penchant fétichiste pour les chaises, voir une aversion. Source d’un conflit "intimo-destructeur" dans « Si ce n’est toi », la chaise devient la faux de la mort dans cette seconde pièce, instrument par lequel le malheur arrive. L’action se situe trois jours plus tôt, le 15 juillet 2077. L’air est toujours aussi saturé, les services contrôlent chaque mouvement d’habitant, l’interdiction est omniprésente. Dominique Valadié dans le rôle d’Alice commet cette fois la douloureuse expérience de la transgression. Parce qu'elle se prend de pitié pour une vieille prisonnière et tente de lui offrir une chaise sur laquelle s’asseoir, elle ira au-devant d’ennuis avec l’administration, se condamnant définitivement pour acte de charité. Vivant en vase clos avec Billy, un jeune homme de 26 ans recueilli bébé, qui n’a jamais dépassé le stade de l'enfance en raison de son interdiction de sortir de l’appartement, tous deux dresseront le portrait d’une société aliénée, rebâtie sur un champ de ruine et classée par lettre et par nombre. Un peu plus développée que la précédente, cette pièce à l’origine radiophonique, explore à l‘identique les thématiques de « Si ce n’est toi », mais en exacerbe la noirceur pour en faire une démonstration plus brutale et incisive. Ici, le quotidien ne laisse pas de place au grotesque, tout doit être calculé car chaque faux-pas ferait prendre le risque de la peine capitale pour Alice et Billy. Si l’issue est la même dans les deux pièces, le désespoir présent dans « Chaise » se fait sentir plus pleinement d’un bout à l’autre, accordant une large place à l‘inquiétude et la violence omniprésentes dans l’œuvre de Bond. Une fois encore, la performance théâtrale reposera sur les comédiens et cette langue si riche et pourtant bien avare. Dominique Valadié poursuit son exploration de la banalité avec ce flegme si singulier tandis que Pierre-Felix Gravière dans le rôle de Billy, nous offre un registre plus démonstratif et expansif (et par conséquent plus controversé) de cet enfant-homme hystérique, parce que totalement coupé du monde extérieur. Encore une fois dirigés dans un souci de respect du texte, ils nous offrent un moment de douce angoisse et parviennent à recréer cette atmosphère épaisse et inquiétante décrite dans la pièce de Bond.Baignés dans une lumière oscillant entre le bleu cristallin et l’ocre, ils nous projettent dans ce futur antérieur aux murs couleur de grisaille extérieure, rouvrant tout un pan de notre imagination, science fictionnelle peu suscitée sur les planches. Un véritable théâtre de l’étrange qui tire les ficelles d’une société totalitaire pour nous faire prendre conscience des possibilités d’ évolutions de l’humanité si l’on ne prend pas garde.

Photo : Pascal Victor

Hélène Fiszpan


Si ce n’est toi et Chaise, d’Edward Bond, mises en scène Alain Françon
Au TnBA du 18 au 21 mars 2008.
Tel : 05 56 33 36 80
www.tnba.org



Partager sur Facebook
Vu par vous
372
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !