Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

  • 16/10/18 | L'autoroute Poitiers Limoges à l'étude

    Lire

    Le Préfet de Nouvelle-Aquitaine, a présidé lundi à Limoges le 1er comité de pilotage de l'étude de faisabilité de mise en concession autoroutière de la liaison Poitiers Limoges en présence des préfets de la Vienne et Haute-Vienne, des parlementaires, des élus des collectivités concernées dont les Départements et des présidents des chambres consulaires. Plusieurs tracés seront étudiés et analysés à partir de différents critères socio-économiques, ainsi qu'un éventuel barreau reliant le fuseau Poitiers Limoges à l’A20. Prochaines dates: février 2019 pour un point d’avancement, puis juillet 2019 pour les conclusions de l’étude.

  • 16/10/18 | 3ème édition du Linkteens à Libourne

    Lire

    L’association LINK, qui propose chaque année des évènements gratuits sur la culture numérique, propose le 20 octobre prochain le LINKTEENS. A destination des 15/25 ans, ils pourront découvrir des informations sur les formations, les nouveaux métiers mais aussi toutes les possibilités qu’offre la programmation au travers d’ateliers ludiques comme la fabrication d’un petit robot. Des minis conférences sont également organisées sur les questions des enjeux de l’Intelligence Artificielle. Rdv à l’Espace Jeunes de 10h à 18h.

  • 16/10/18 | Festival de la BD d'Angoulême : changement de critères du Prix Goscinny

    Lire

    Depuis deux ans, le prix Goscinny récompense un jeune scénariste pour un album paru dans l’année, ou à un scénariste confirmé pour sa contribution à un album en particulier. En 2018, Jean Harambat avait obtenu le prix pour son album Opération Copperhead (Dargaud, 2017). Pour l'édition 2019, l'institut Goscinny et le FIBD changent la donne ; il pourra désormais également récompenser un scénariste pour l'ensemble de son oeuvre. Le nom du lauréat 2019 sera annoncé le mardi 20 novembre à Paris.

  • 16/10/18 | Les étudiants relèvent le « Defi Sang Limite »

    Lire

    Initié en 2004, le « Défi Sang Limite » revient à Bordeaux après 4 ans d’absence le 17 octobre. Il vise à mobiliser les étudiants en Médecine et en Pharmacie, et plus largement tous les étudiants du campus Carreire, pour recueillir un maximum de dons pour faire gagner sa ville. Objectif: 250 dons minimum. Pour accompagner ce mouvement, l’EFS proposera de nombreuses animations et faire de cette collecte un moment festif et convivial. Rdv à l’espace santé du campus Carreire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Bordeaux exhume son passé de port négrier

07/05/2009 |

La danse des esclaves

Le 10 mai, le musée d'Aquitaine proposera au public une exposition permanente sur la question de la traite des noirs à Bordeaux. « Depuis une dizaine d'années, j'ai engagé à Bordeaux une politique de la juste mémoire : aider à comprendre sans anachronisme culpabilisateur, mais refuser toute amnésie », explique Alain Juppé, le maire. C'est dans cet esprit et à l'occasion de la commémoration nationale de l'abolition de l'esclavage, que le Musée d'Aquitaine a décidé de présenter au public ce douloureux passé à travers une exposition permanente intitulée « Bordeaux, le commerce atlantique et l'esclavage ».

C'est un travail colossal de trois ans, au cours duquel François Hubert, le directeur du musée d'Aquitaine a ravivé des témoignages aux archives municipales et départementales, prenant soin de faire valider les textes choisis par des historiens de sensibilités différentes pour éviter toute polémique. « Ensuite, il a fallu trouver les objets illustrant ce discours, ce qui n'a pas été simple, car, par définition, les esclaves ne possédaient rien », souligne François Hubert. Cependant, le musée d'Aquitaine a la chance de posséder une collection exceptionnelle, le fonds du docteur Marcel Chatillon, composé de 600 gravures et peintures montrant le mode de vie des Antilles du XVII au XIXème siècle.

750m² d'exposition
Le résultat est à la hauteur des ambitions : 750 m2 d'exposition, répartis en quatre salles. Le premier espace, appelé, « la fierté d'une ville de pierre », qui s'ouvre avec une reconstitution d'une façade bordelaise du XVIIIème siècle, rappelle que la ville s'est enrichie et embellie grâce aux produits de l'esclavage. Des tableaux représentent cette bourgeoisie bordelaise naissante, à l'image de la famille Ferrière. Devenue une grande métropole européenne, Bordeaux a connu une explosion démographique, passant de 55 000 à 110 000 habitants au cours du XVIIIème siècle. Et, pour démontrer tout le paradoxe de ce siècle où l'on pratique l'esclavage alors qu'émergent les idées des Lumières, une statue de Montesquieu a été placée au beau milieu des cartes et gravures évoquant la traite des noirs.

Bordeaux, deuxième port négrier
Une maquette retraçant le trajet en bateau en Bordeaux et les Antilles, nous amène dans la deuxième salle, « Bordeaux porte océane, l'Atlantique et les Antilles »,où l'on évoque le « commerce en droiture ». Avantagés géographiquement par la Dordogne et la Garonne, les armateurs bordelais préféraient ce commerce, basé sur l'échange direct de produits régionaux (blé, vins...) contre des denrées coloniales, au commerce « triangulaire », plus risqué. Ce qui explique que Bordeaux fut le deuxième port négrier en France, loin derrière Nantes (1 714 expéditions), avec 419 expéditions pour 130 000 à 150 000 noirs déportés. Une banque de données retrace toutes ces traversées. Pour mémoire, on estime que 11 à 13 millions de noirs ont été déportés d'Afrique. Le commerce triangulaire, quant à lui, est expliqué dans le livre de bord du capitaine de la « Licorne » et au travers d'objets comme les fers d'esclaves, des fusils de traite.

La troisième salle, quant à elle, est consacrée à « l'Eldorado des Aquitains » l'île de Saint Domingue, alors le plus grand producteur de sucre pour la planète. A la veille de la révolution, cette colonie française assurait 80% des importations bordelaises et 40% des blancs à Saint Domingue étaient aquitains. Une vidéo composée de huit témoignages, pour la plupart des esclaves, nous « ouvrent les yeux » sur leurs conditions de vie et l'on découvre que même quelques blancs se plaignaient du traitement « inhumain » réservé aux noirs.

"Aujourd'hui, avec la mondialisation, cette histoire se dépasse d'elle-même"
Dans la quatrième salle, « Héritages », l'exposition témoigne du métissage dans les îles, mais aussi de la présence des noirs en Europe. On estime que 4 000 noirs, dont certains esclaves, ont vécu en Aquitaine au cours du XVIIIème siècle. Sur des tableaux, on découvre des femmes noires jouant le rôle de nourrice, avec parfois le collier de servitude... Des bornes vidéos nous racontent comment la révolution française et la grande révolte à Saint-Domingue en 1790 vont amener la première abolition de l'esclavage en France en 1794.

Le musée d'Aquitaine conclut cette exposition par un « mur de portraits bordelais de la diversité » et une création sonore de Caroline Cartier donnant la parole à des enfants qui parlent de leur couleur de peau. Aujourd'hui, « cette histoire se dépasse d'elle-même. Avec la mondialisation, nous sommes dans une société métissée, avec des cultures partagées, universelles, comme le jazz, le blues, issues de cette histoire », analyse François Hubert. Et, « désormais, toutes les communautés ont un lieu commun à Bordeaux pour évoquer cet histoire ».

Nicolas César

« Bordeaux, le commerce atlantique et l'esclavage ».
Musée d'Aquitaine 20 cours Pasteur à Bordeaux
Entrée gratuite

Partager sur Facebook
Vu par vous
1580
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Fourcade | 08/05/2009

Qui vendait les esclaves noirs aux armateurs blancs ? N'était-ce pas les potentats noirs ou les traficants arabes ? J'espère que cette exposition si objective et informative le signale !!!
C.Fourcade

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !