13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Bordeaux exhume son passé de port négrier

07/05/2009 |

La danse des esclaves

Le 10 mai, le musée d'Aquitaine proposera au public une exposition permanente sur la question de la traite des noirs à Bordeaux. « Depuis une dizaine d'années, j'ai engagé à Bordeaux une politique de la juste mémoire : aider à comprendre sans anachronisme culpabilisateur, mais refuser toute amnésie », explique Alain Juppé, le maire. C'est dans cet esprit et à l'occasion de la commémoration nationale de l'abolition de l'esclavage, que le Musée d'Aquitaine a décidé de présenter au public ce douloureux passé à travers une exposition permanente intitulée « Bordeaux, le commerce atlantique et l'esclavage ».

C'est un travail colossal de trois ans, au cours duquel François Hubert, le directeur du musée d'Aquitaine a ravivé des témoignages aux archives municipales et départementales, prenant soin de faire valider les textes choisis par des historiens de sensibilités différentes pour éviter toute polémique. « Ensuite, il a fallu trouver les objets illustrant ce discours, ce qui n'a pas été simple, car, par définition, les esclaves ne possédaient rien », souligne François Hubert. Cependant, le musée d'Aquitaine a la chance de posséder une collection exceptionnelle, le fonds du docteur Marcel Chatillon, composé de 600 gravures et peintures montrant le mode de vie des Antilles du XVII au XIXème siècle.

750m² d'exposition
Le résultat est à la hauteur des ambitions : 750 m2 d'exposition, répartis en quatre salles. Le premier espace, appelé, « la fierté d'une ville de pierre », qui s'ouvre avec une reconstitution d'une façade bordelaise du XVIIIème siècle, rappelle que la ville s'est enrichie et embellie grâce aux produits de l'esclavage. Des tableaux représentent cette bourgeoisie bordelaise naissante, à l'image de la famille Ferrière. Devenue une grande métropole européenne, Bordeaux a connu une explosion démographique, passant de 55 000 à 110 000 habitants au cours du XVIIIème siècle. Et, pour démontrer tout le paradoxe de ce siècle où l'on pratique l'esclavage alors qu'émergent les idées des Lumières, une statue de Montesquieu a été placée au beau milieu des cartes et gravures évoquant la traite des noirs.

Bordeaux, deuxième port négrier
Une maquette retraçant le trajet en bateau en Bordeaux et les Antilles, nous amène dans la deuxième salle, « Bordeaux porte océane, l'Atlantique et les Antilles »,où l'on évoque le « commerce en droiture ». Avantagés géographiquement par la Dordogne et la Garonne, les armateurs bordelais préféraient ce commerce, basé sur l'échange direct de produits régionaux (blé, vins...) contre des denrées coloniales, au commerce « triangulaire », plus risqué. Ce qui explique que Bordeaux fut le deuxième port négrier en France, loin derrière Nantes (1 714 expéditions), avec 419 expéditions pour 130 000 à 150 000 noirs déportés. Une banque de données retrace toutes ces traversées. Pour mémoire, on estime que 11 à 13 millions de noirs ont été déportés d'Afrique. Le commerce triangulaire, quant à lui, est expliqué dans le livre de bord du capitaine de la « Licorne » et au travers d'objets comme les fers d'esclaves, des fusils de traite.

La troisième salle, quant à elle, est consacrée à « l'Eldorado des Aquitains » l'île de Saint Domingue, alors le plus grand producteur de sucre pour la planète. A la veille de la révolution, cette colonie française assurait 80% des importations bordelaises et 40% des blancs à Saint Domingue étaient aquitains. Une vidéo composée de huit témoignages, pour la plupart des esclaves, nous « ouvrent les yeux » sur leurs conditions de vie et l'on découvre que même quelques blancs se plaignaient du traitement « inhumain » réservé aux noirs.

"Aujourd'hui, avec la mondialisation, cette histoire se dépasse d'elle-même"
Dans la quatrième salle, « Héritages », l'exposition témoigne du métissage dans les îles, mais aussi de la présence des noirs en Europe. On estime que 4 000 noirs, dont certains esclaves, ont vécu en Aquitaine au cours du XVIIIème siècle. Sur des tableaux, on découvre des femmes noires jouant le rôle de nourrice, avec parfois le collier de servitude... Des bornes vidéos nous racontent comment la révolution française et la grande révolte à Saint-Domingue en 1790 vont amener la première abolition de l'esclavage en France en 1794.

Le musée d'Aquitaine conclut cette exposition par un « mur de portraits bordelais de la diversité » et une création sonore de Caroline Cartier donnant la parole à des enfants qui parlent de leur couleur de peau. Aujourd'hui, « cette histoire se dépasse d'elle-même. Avec la mondialisation, nous sommes dans une société métissée, avec des cultures partagées, universelles, comme le jazz, le blues, issues de cette histoire », analyse François Hubert. Et, « désormais, toutes les communautés ont un lieu commun à Bordeaux pour évoquer cet histoire ».

Nicolas César

« Bordeaux, le commerce atlantique et l'esclavage ».
Musée d'Aquitaine 20 cours Pasteur à Bordeaux
Entrée gratuite

Partager sur Facebook
Vu par vous
1310
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Fourcade | 08/05/2009

Qui vendait les esclaves noirs aux armateurs blancs ? N'était-ce pas les potentats noirs ou les traficants arabes ? J'espère que cette exposition si objective et informative le signale !!!
C.Fourcade

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !