18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | "Bordeaux Les Landes", par Jacques Sargos, un itinéraire historique et sentimental

03/08/2015 | Jacques Sargos, Landais de souche implanté dans le quartier bordelais de Saint-Seurin, revient à ses racines doubles, qui sont, pour beaucoup, les nôtres, avec tendresse et élégance.

Bordeaux Les Landes, par Jacques Sargos, éditions Le Festin

Éditeur, écrivain, marchand-historien de l'art, voilà la vie professionnelle de Jacques Sargos. Une vie professionnelle marquée par l'écrit et le récit qui en disent long aussi sur sa vie personnelle. Jacques Sargos est Bordelais issu d'une famille originaire des Landes, passionné par l'art, l'Aquitaine, Bordeaux et la forêt landaise. Des racines et des passions que l'on trouve traitées une nouvelle fois dans son dernier ouvrage « Bordeaux Les Landes » paru aux Éditions du Festin. Un livre qui se compose de textes déjà publiés, « ressuscités », selon ses mots. Paru en avril dernier, « Bordeaux Les Landes » fera un excellent compagnon de vacances étant lui-même un agréable voyage ; géographique, historique, intime et littéraire.

« Bordeaux — Les Landes », dès son titre, résonne comme un itinéraire. Et de fait, la première partie de l’ouvrage se consacre à Bordeaux et la seconde aux Landes, entendues non pas comme le département éponyme, mais bien comme cet ancien désert ou presque, désormais caché sous la forêt de pins. Le livre est donc un itinéraire, un aller-retour de l’un à l’autre, aucune des deux destinations n’étant au final, jamais, indifférente à l’autre.
À Bordeaux, c’est une « promenade égoïste » que nous propose Jacques Sargos, de quartiers (pas un ne semble oublié) en monuments au fil des textes qu’il a écrits dans ce qui lui semble être « une vie antérieure ». Car le Bordeaux que l’on découvre avec lui, contrairement à ce que laisse penser la couverture de l’ouvrage, n’est pas celui qui ces temps-ci récolte tous les prix, récompenses et classements français et internationaux. C’est un autre Bordeaux, plus sombre où les voitures, bien plus qu’aujourd’hui, pullulent. Mais c’est une ville pour laquelle l’auteur s’enthousiasme tout autant posant sur elle son regard curieux, tendre, et souvent drôle, et dont les plus vives critiques se cantonnent en une ironie pas bien méchante. Excepté sans doute concernant le trafic automobile... Un saut dans le passé, qui s’autorise des détours par la fiction via un Bordeaux utopique, où une lettre imaginaire entre Théon et son maître le poète antique Auzone... Une pause agréable, comme une parenthèse hors de la magnificence tant (parfois trop ?) proclamée sur le Bordeaux du XXIe.

Amusement distanciéCôté landais, le cheminement que mène l’auteur, est là encore géographique, voire topographique, mais aussi historique revenant sur « l’épopée landaise » et n’hésitant pas, à l’occasion, à mettre quelques coups de griffe sur l’histoire officielle du boisement des Landes qu’affectionne tant les admirateurs de Napoléon III. C’est un voyage tantôt poétique, tantôt sociologique, passant de l’étude du béret (« qui n’est pas plus basque que béarnais ou landais »...), et de l’origine des échasses (bien loin d’être landaise), à l’architecture, sans oublier bien sûr d’évoquer le regard mi-craintif mi-méprisant qui a longtemps été porté sur les Landais, réputés aussi rudes et sauvages (et parfois bien pires...) que les terres désertiques qu’ils habitaient.
Une population dont Jacques Sargos, Landais de chair et de sang, prend un malin plaisir à redorer le blason avec l’humour et la fantaisie qui caractérise l’ouvrage. Et c’est avec le même amusement distancié qu’il évoque la découverte d’Arachon par les Bordelais (qu’il est aussi...), qui en firent leur « Ville d’Hiver », avant de se vouer de passion pour la côte d’Argent...
Sorti du littoral, il est impossible pour l’auteur d’évoquer les terres désertiques landaises d’antan sans s’arrêter sur le travail de mémoire de « Félix Arnaudin », photographe « maniaque » de l’agonie de cette Grande Landes, à la frontière du 19e et du 20e siècle. Enfin, Jaques Sargos n’oublie pas de revenir sur « l’empire des arbres » dans ce qu’il a de plus noble, tout comme sur la spéculation désastreuse qui l’a précédé, entraînant d’autant plus vite les craintes d’Arnaudin, et une nouvelle histoire des Landes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1425
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !