Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | "Bordeaux Les Landes", par Jacques Sargos, un itinéraire historique et sentimental

03/08/2015 | Jacques Sargos, Landais de souche implanté dans le quartier bordelais de Saint-Seurin, revient à ses racines doubles, qui sont, pour beaucoup, les nôtres, avec tendresse et élégance.

Bordeaux Les Landes, par Jacques Sargos, éditions Le Festin

Éditeur, écrivain, marchand-historien de l'art, voilà la vie professionnelle de Jacques Sargos. Une vie professionnelle marquée par l'écrit et le récit qui en disent long aussi sur sa vie personnelle. Jacques Sargos est Bordelais issu d'une famille originaire des Landes, passionné par l'art, l'Aquitaine, Bordeaux et la forêt landaise. Des racines et des passions que l'on trouve traitées une nouvelle fois dans son dernier ouvrage « Bordeaux Les Landes » paru aux Éditions du Festin. Un livre qui se compose de textes déjà publiés, « ressuscités », selon ses mots. Paru en avril dernier, « Bordeaux Les Landes » fera un excellent compagnon de vacances étant lui-même un agréable voyage ; géographique, historique, intime et littéraire.

« Bordeaux — Les Landes », dès son titre, résonne comme un itinéraire. Et de fait, la première partie de l’ouvrage se consacre à Bordeaux et la seconde aux Landes, entendues non pas comme le département éponyme, mais bien comme cet ancien désert ou presque, désormais caché sous la forêt de pins. Le livre est donc un itinéraire, un aller-retour de l’un à l’autre, aucune des deux destinations n’étant au final, jamais, indifférente à l’autre.
À Bordeaux, c’est une « promenade égoïste » que nous propose Jacques Sargos, de quartiers (pas un ne semble oublié) en monuments au fil des textes qu’il a écrits dans ce qui lui semble être « une vie antérieure ». Car le Bordeaux que l’on découvre avec lui, contrairement à ce que laisse penser la couverture de l’ouvrage, n’est pas celui qui ces temps-ci récolte tous les prix, récompenses et classements français et internationaux. C’est un autre Bordeaux, plus sombre où les voitures, bien plus qu’aujourd’hui, pullulent. Mais c’est une ville pour laquelle l’auteur s’enthousiasme tout autant posant sur elle son regard curieux, tendre, et souvent drôle, et dont les plus vives critiques se cantonnent en une ironie pas bien méchante. Excepté sans doute concernant le trafic automobile... Un saut dans le passé, qui s’autorise des détours par la fiction via un Bordeaux utopique, où une lettre imaginaire entre Théon et son maître le poète antique Auzone... Une pause agréable, comme une parenthèse hors de la magnificence tant (parfois trop ?) proclamée sur le Bordeaux du XXIe.

Amusement distanciéCôté landais, le cheminement que mène l’auteur, est là encore géographique, voire topographique, mais aussi historique revenant sur « l’épopée landaise » et n’hésitant pas, à l’occasion, à mettre quelques coups de griffe sur l’histoire officielle du boisement des Landes qu’affectionne tant les admirateurs de Napoléon III. C’est un voyage tantôt poétique, tantôt sociologique, passant de l’étude du béret (« qui n’est pas plus basque que béarnais ou landais »...), et de l’origine des échasses (bien loin d’être landaise), à l’architecture, sans oublier bien sûr d’évoquer le regard mi-craintif mi-méprisant qui a longtemps été porté sur les Landais, réputés aussi rudes et sauvages (et parfois bien pires...) que les terres désertiques qu’ils habitaient.
Une population dont Jacques Sargos, Landais de chair et de sang, prend un malin plaisir à redorer le blason avec l’humour et la fantaisie qui caractérise l’ouvrage. Et c’est avec le même amusement distancié qu’il évoque la découverte d’Arachon par les Bordelais (qu’il est aussi...), qui en firent leur « Ville d’Hiver », avant de se vouer de passion pour la côte d’Argent...
Sorti du littoral, il est impossible pour l’auteur d’évoquer les terres désertiques landaises d’antan sans s’arrêter sur le travail de mémoire de « Félix Arnaudin », photographe « maniaque » de l’agonie de cette Grande Landes, à la frontière du 19e et du 20e siècle. Enfin, Jaques Sargos n’oublie pas de revenir sur « l’empire des arbres » dans ce qu’il a de plus noble, tout comme sur la spéculation désastreuse qui l’a précédé, entraînant d’autant plus vite les craintes d’Arnaudin, et une nouvelle histoire des Landes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1757
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !