Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Chorégies d'Orange: longueurs et langueurs de Faust

07/08/2008 |

chorégies d'Orange

Bien que l'oeuvre de Charles Gounod ait été maintes fois décriée par la critique, elle demeure un des chefs d'oeuvre de l'opéra français. La monter et la réussir dans le théatre antique d'Orange n'était pas un mince pari. A la première des deux représentations Roberto Alagna et Inva Mula étaient mis à dure épreuve

Cinq actes, le dernier se déroulant le lendemain, c'est long, en particulier sur les marches de pierre du théatre antique, où il est toujours difficile de trouver sa (bonne) place. Ce Faust de Charles Gounod, qui dans sa réalisation, bénéficie pourtant de la contribution de deux talents qui s'exprimèrent sur le même sujet en 1990-Michel Plasson et Nicolas Joël- rencontre quelque difficultés pour recueillir l'adhésion enthousiaste, voire endiablée du public, un public pourtant bien disposé à l'égard des têtes d'affiche que sont Roberto Alagna (Faust) et Inva Mula (Marguerite). Cette dernière peut en effet rire de se voir si belle. Elle l'est. Et lorsqu'elle est main dans la main avec son partenaire, c'est un couple à faire pâlir Angela qui évolue.

Calvaire des voix légères...
Dommage que l'on ne perçoive pas mieux tout le charme de ces voix d'exception. France 2 qui restransmet "en direct" la deuxième représentation mardi aura sans doute résolu ce problème grâce aux miracles de la technologie. Mais lors de cette première représentation le spectateur ne se sentait pas l'oreille comblée comme il l'aurait voulu. Autant c'état le cas avec René Pape (Méphistophélès), dont la voix faisait vibrer le Mur, autant le meilleur du ténor et de la soprano se perdaient dans le petit mistral qui s'était levé. Une fois de plus le Mur se révélait dur pour des célébrités des scènes lyriques. Il faut dire que celui-ci était fort encombré par l'orgue géant, instrument essentiel de la mise en scène, et aussi que Nicolas Joël se plait à faire se contorsionner sur les planches les deux principaux personnages. Cela semble géner quelque peu Inva Mula dans le fameux air des bijoux. Heureusement, le Philarmonique de Radio France et la baguette de Michel Plasson sont là. Belle valse avec la contribution des figurants et des choeurs, parfait accord avec les sorties de Méphistophélès. On apprécie aussi l'ouverture de la mise en scène en direction du public grâce à la demi-lune qui entoure l'orchestre, et apporte un prolongement à la scène, permettant aux personnages de s'approcher des musciens et du public. Roberto Alagna sait en tirer parti à son profit.

La galère des places
On ne peut évoquer l'opéra à Orange sans déplorer le caractère approximatif du placement des spectateurs. Nous sommes, ici, fort loin de l'organisation exemplaire des Arènes de Vérone ou tout est soigneusement et visiblement numéroté. A Orange on se contente de gribouillages à la craie, et le personnel se désintéresse vite de vous, vous laissant aux prises avec votre quête de la bonne place -leur prix va quand même de 48 à 220 euros- ou l'algarade avec celui ou celle qui occupe votre part de marche par erreur. Lors de la première de Faust "l'organisation" a fait encore mieux: elle a vendu au prix fort des places indiquées sur les marches d'accès aux gradins. De sorte que les personnes concernées devaient suivre le spectacle les genous dans le menton, tout en étant constamment dérangées. Des réclamations sont probables.

Gilbert Garrouty

Faust de Charles Gounod à Orange mardi 5 août à 21H30, et sur France 2 à 20h50
Le théatre antique d'Orange en 2007 (ph Aqui)

Partager sur Facebook
Vu par vous
596
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
5 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
scheubel philippe | 04/08/2008

C'était la première fois que j'assistais aux chorégie d'Orange: cet article résume à merveille la soirée: galère des places, c'était vraiment le bordel à la française.Une personne devait encore venir entre une spectatrice et moi et il ne restait que 20 cm de place!!!!heureusement elle n'est pas venue. calvaire des voix légères ...les public ne s'y est pas trompé, Roberto Alagna a eu droit à la plus faible ovation. A la sortie les avis étaient unanimes " Alagna n'était vraiment pas bon ce soir" etc... Merci Monsieur Garrouty pour ce compte-rendu détaillé (mistral compris), je n'avais donc pas rêvé. Et pour les commentaires positifs il ne manque rien non plus , Bravo!

Philippe Louvet | 05/08/2008

J'y étais! le 2 août. Mise en scène vue et revue puisque Nicolas Joël nous l'avait déjà servie à la Halle aux Grains de Toulouse, il y a au moins 25 ans!( j'y étais aussi!!)Et c'était mieux. D'autant plus que l'on peut se demander si son orgue géant n'a pas étouffé l'acoustique pourtant géniale du mur.Ou alors c'est notre pauvre Roberto qui continue à dégringoler du firmament des vrais artistes lyriques.Que va dire Angela ?! Inva Mula n'était pas si mal que ça et Valentin non plus.Le jeune Siebel était très audible malgré la tessiture ingrate de son rôle.Méphisto n'était pas mal, certes, mais très loin d'être impressionnant et le Pierre Thau de Toulouse lui était bien supérieur.Sans commentaires pour l'arnaque, je dirai même le vol, des places beaucoup trop chères pour le spectacle proposé.Attendons ce soir sur France 2 pour avoir une idée plus complète des "gabegies" d'orange 2008.

garrouty | 05/08/2008

Merci à vous également cher lecteur. Vous me confortez dans mon analyse à propos de laquelle je me demandais moi aussi si je n'étais pas victime d'une perception erronnée. Il ne suffit pas d'un "soleil" acrobatique sur scène pour être un bon Faust! La belle Inva nous a également déçu dans l'air des bijoux, et la mise en scène prolongeait un peu trop le "plaisir"! Dommage pour l'oeuvre de Gounod!

Dominique Deverre | 06/08/2008

Je suis tout-àfait d'accord avec les deux avis précédents concernant la galère des places. J'ajouterai la galère des toilettes : obligation de redescendre les innombrables et pénibles marches pour se retrouver à 100 devant les toilettes : 2 WC pour 8 2OO personnes, c'est une honte d'autant que le personnel de la sécurité incitait les gens à regagner leur place avant d'avoir satisfait leur besoin naturel, les menaçant s'ils n'obtempéraient pas, de les priver de la seconde partie du spectacle. Aberrant ! Aberrant aussi, lors de la sortie des spectateurs le fait de n'avoir pour tout éclairage dans une zone pourtant très accidentogène, que la petite lampe électrique d'un des secouristes de la Croix Rouge. Un tel mépris pour ce public qui a pourtant payé fort cher sa place est inadmissible.

jean-claude meymerit | 07/08/2008

Merci Gilbert Garrouty pour ce très pertinent balayage de la soirée d'Orange. Malgré la hauteur, je suis un inconditionnel des derniers rangs de face des gradins. J'ai tout entendu sauf le cabo mister Alagna. Son entrée (y-a t-il quelqu'un sur scène ?), son air (hélas! passons...) Aucun investissement dans le rôle et limite dans la justesse du chant. Il est resté Alagna et non Faust. Ah, si cette piètre prestation d'Orange allait donner à ce Monsieur un peu plus de modestie (même si j'ai bien aimé son soleil acrobatique !, beau symbole de la jeunesse). Prépare t'il Pékin ? En dehors d'une distribution et d'une mise en scène très honnêtes, le grand vainqueur de la soirée fût Jean-François Lapointe pour sa magnifique prestation de Valentin. Il a tout (puissance, clarté, timbre, engagement, présence). Enfin un chanteur d'opéra qui ne se la joue pas mais qui joue et chante. Ovation ce samedi dernier bien méritée.
Par ailleurs, que dire de l'orchestre et de son chef ? Cette lenteur un peu excessive, était-elle due au mistral qui ne tournait pas les pages dans le bon sens ou les tourneuses de pages qui ne se coordonnaient pas ? Monsieur Plasson, vous avez mieux fait.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !