Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Chronique au temps du coronavirus

08/04/2020 | Manzoni : Les Fiancés, histoire milanaise du XVII traduit de l’italien par Yves Branca- 862 pages-Folio classique

Manzoni : Les Fiancés, histoire milanaise du XVII  traduit de l’italien  par Yves Branca

Le roman de Manzoni Les Fiancés s’exhume comme un texte à (re)découvrir : il raconte les tribulations, au tournant des années 1630 de deux jeunes Lombards, Renzo et Lucia, promis l’un à l’autre et sans cesse empêchés de s’épouser.

Tout s’oppose à cette union : Don Rodrigue, un noble qui s’est épris de la beauté de Lucia, Don Abbondio, pusillanime curé du lieu, qui se dérobe à la cérémonie prévue devant les menaces de l’aristocrate, lequel envoit ses spadassins, ces Braves  selon la terminologie de l’époque, pour enlever la jeune femme…Et à ces stratégies maléfiques, il faut encore ajouter les « forces de la nature », les mauvaises récoltes et la famine, les invasions et les armées, les maladies et les épidémies.

Voilà pour la trame générale. On laissera de côté tous les éléments qui font des Fiancés- édité en 1840- une œuvre majeure dans l’histoire littéraire italienne : irruption de la forme romanesque dans un pays plutôt familier avec le théâtre, la poésie et les poèmes épiques, choix d’une langue, le toscan, ce qui contribua fortement à l’unification linguistique du pays avant même son unité politique.

Une lecture contemporaine de ce roman mettra l’accent sur d’autres aspects de ce roman fleuve, tribulations de deux personnages ballotés et en même temps comme en marge du grand flux de l’histoire de leur temps. On écartera la dimension religieuse du récit, ces saints hommes- un moine capucin et l’évêque de Milan, qui protègent les jeunes gens et les guident. Car l’auteur, profondément catholique, croit à la dimension morale et religieuse de ces acteurs de terrain, si l’on peut dire, et favorise leur intervention qui modifie le cours de l’histoire. On s’intéressera d’avantage aux personnages gothiques, bien représentatifs de cette mode européenne du monde criminel souterrain : ici, une jeune nonne, la Dame de Monza, recluse de force au couvent par sa famille, inconsolable et saisissante « beauté abattue, fanée, et pour ainsi dire décomposée », qui décide de faire de Lucia la victime collatérale de son propre enfermement. Là, l’Innomé, personnage qui terrorise tellement les paysans établis non loin de sa forteresse maléfique perchée sur un nid d’aigle, qu’ils se refusent à le désigner par son nom propre. Et Don Rodrigue, bien sûr, qui agite le vaste écheveau de ses liens avec les sommités religieuses et politiques pour rapter Lucia.

Ces entreprises criminelles jalonnent de leurs embûches le parcours vers le bonheur de Lucia et Lenzo. Mais d’autres forces plus effrayantes encore se déploient, dotées d’une force autonome et terrifiante à un point tel que le destin des jeunes gens est laissé de côté ; mieux même, tout se passe comme si l’auteur, qui ne craint pas de se manifester dans le récit de manière souvent humoristique, les avait mis à l’abri, mais jamais très loin, du périlleux chemin de sa narration.

Car le cours de l’Histoire serpente, s’entremêle dans le récit : d’abord une émeute de la faim à Milan, dont Renzo, fuyant le courroux de don Rodrigue, est témoin et petit acteur involontaire. On retiendra de l’épisode que l’auteur se met à distance des narrations où le peuple est au-devant de la scène, à la différence par exemple d’un Victor Hugo, quasiment son contemporain de l’autre côté des Alpes.

La peste, cette maladie récurrente de la littérature universelle

Puis plus tard, c’est le cortège des malheurs qui suivent une armée en campagne. Replaçons-nous dans le contexte : la guerre de Trente ans qui dévaste le Saint- Empire romain germanique a des conséquences en Italie, où s’affrontent dans une sanglante guerre de succession différentes factions. Dès lors les armées, composées essentiellement de mercenaires très mal rémunérés qui devaient se payer sur la bête, s’abattent sur la campagne milanaise, dévastant tout. Les villageois fuient sur les hauteurs quand ils le peuvent. Ce sont d’ailleurs ces groupes mercenaires qui apportent la peste avec eux, comme l’attestent les chroniques de l’époque. Dès lors, comme le dit si bien Giovanni Macchia dans la préface à la présente édition : « Apparaît la maladie récurrente de la littérature universelle :la peste ». Elle dévaste Milan : les deux médecins qui les premiers mettent en garde contre l’épidémie, qui touche d’abord les plus démunis, et appelant à des mesures prophylactiques sont accusés de comploter et d’être « des ennemis de la patrie », le père de l’un deux manque de périr, reconnu dans la rue et sauvé en se cachant dans une maison amie. Lorsque la peste se répand et touche toutes les classes de la société et qu’il est désormais impossible d’en nier la réalité, les Milanais évoquent des complots : des actions volontaires menées par ceux qu’on appelle les oigneurs, souillant façades des maisons et places publiques avec de mystérieuses potions jaunâtres, répandant la maladie. Bien plus, on découvre des maisons où se fabriquent ces maudites mixtures…Alors pour conjurer le mauvais sort, on organise une procession où les reliques du saint patron de la ville seront promenées, peine perdue, la peste progresse encore…

Au cours de cette chronique méticuleuse de l’épidémie, l’auteur réintroduit son personnage : Renzo, à peine guéri de la peste, va chercher son aimée au fond du chaudron pestilentiel milanais. Ce sont des pages saisissantes d’une ville réduite à un charnier, où Renzo, pris pour un oigneur et pourchassé, en réchappe en sautant sur les charrettes transportant les cadavres vers les fosses communes. Tel un Orphée chrétien, avec l’aide des bons Capucins, le jeune homme retrouvera son Eurydice pour la sortir de cet enfer.

Dans ce triomphe romanesque, il faut voir aussi le triomphe du roman comme allégorie d’un monde politique inchangeable, inaliénable et désespérant. Seules les armes de la fiction en viendront, provisoirement, à bout.

Bernard Daguerre
Par Bernard Daguerre

Crédit Photo : Bernard Daguerre

Partager sur Facebook
Vu par vous
12845
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !