Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Claude Lévi-Strauss : des Landes aux "restes" du monde...

28/12/2009 |

Claude Levi-Strauss : des Landes aux

L'ethnologue Claude Lévi-Strauss s'est éteint centenaire il y a quelques semaines (30 octobre 2009). De son passage par Mont-de-Marsan jusqu'à l'autre bout de l'Atlantique, les réflexions du grand homme peuvent s'appliquer à notre région.

Il fallait que le monde de la culture en général et l'anthropologie en particulier sacrifiât au rituel : célébrer un centenaire. Celui de Claude Lévi-Strauss, pilier de l'ethnologie moderne après Marcel Mauss et Bronislaw Malinowski, fondateur du structuralisme, premier penseur conséquent de l'écologie... C'était fin novembre 2008. Il s'est éteint juste avant de passer le cap des cent ans. Nombreux sont ceux qui le présentent comme le plus grand intellectuel français du XXeme siècle.

De l'agrégation de philosophie à Victor Duruy
On sait mieux maintenant, grâce à Sud-Ouest (édition du vendredi 28 novembre 2008, édition des Landes) et au défrichage du globe-trotter landais Jean Harambatqu'il a fait étape dans la région et que ce passage semble avoir été déterminant dans sa trajectoire. Au sortir de l'agrégation de philosophie, il rejoint le lycée Victor Duruy de Mont-de-Marsan. Son ample foulée, qui balayera tous les coins du globe, traverse pour la première fois la cour de l'établissement landais le 1er octobre 1932, alors qu'il n'a pas encore 23 ans. Il est en pleine activité militante en qualité de contributeur régulier de la revue L'Etudiant Socialiste et vient juste de fonder un pôle intellectuel au sein de la SFIO. Il se voit bien en intellectuel de parti, comme il le confessera plus tard. Il est d'ailleurs candidat socialiste aux cantonales landaises. Mais un accident de voiture met un terme à sa campagne. Les tracts finissent dans le fossé et lui avec. Il fera d'ailleurs de la botanique un usage hautement heuristique au cours de ses recherches ethnologiques...

Dans les Landes, le jeune homme fait feu de tout bois ethnographique avant même d'en recevoir la formation académique : « Claude Lévi-Strauss sait analyser le rituel de l'échange du vin dans les petits restaurants du Sud-Ouest de la France aussi bien que les grands rituels scénographiques des peuples autochtones de la région de Vancouver » rappelle la philosophe Catherine Clément, proche de lui. Il utilisera même ces premières observations de pratiques locales de dons et de contre-dons (formalisées avant lui par l'anthropologue britannique d'origine polonaise Bronislaw Malinowski) dans sa thèse intitulée Les structures élémentaires de la parenté (1948), coup d'envoi du courant structuraliste qui aura tant d'influence sur le milieu intellectuel d'après guerre...

L'observation microscopique du mode de fonctionnement de groupes d'hommes restreints peut aider l'ethnologue à comprendre des processus plus globaux comme le prétendait Levi-Strauss lui-même. Ainsi quand devant l'Unesco, il prononce en 1952 cette fulgurance : « L'humanité est constamment aux prises avec deux processus contradictoires dont l'un tend à instaurer l'unification tandis que l'autre vise à maintenir ou à rétablir la diversification », on serait tenté d'y retrouver les vicissitudes identitaires d'une Gascogne qui se sent trop faible pour vivre en dehors d'un cadre républicain universaliste mais en même temps inquiète de la préservation de sa langue vernaculaire et de ses expressions culturelles traditionnelles à l'heure de la mondialisation.

L'Aquitaine entre "unification" et diversification"
Or, d'un rapide coup d'œil, l'Aquitaine semble avoir relativement bien géré cette tension entre « unification » et « diversification » par rapport à de nombreuses autres parties du globe. Eh quoi ? Notre région n'a-t-elle pas connu depuis l'installation durable des peuples germaniques (païens ou christianisés) entre les Ve et VIIIe siècles, jusqu'à la récente présence musulmane en passant par l'émigration des juifs marranes du Portugal et d'Espagne après la Reconquista (1492), une intrication complexe de relations intercommunautaires ? Dont l'un des moments fort est la conversion du protestantisme au catholicisme du roi béarnais Henry IV en 1593 avant de contribuer au règlement des tensions entre les particularismes religieux .

Les Landes comme modus vivendi exemplaire de l'homme moderne ?
En revanche les cohabitations contemporaines (entre la Nature et les hommes, entre les hommes et les hommes) laissaient Claude Lévi-Strauss bien pessimiste, lui qui n'avait de cesse de rappeler à la fin de sa vie qu'il ne se sentait plus appartenir à ce monde abritant 6,5 milliards d'habitants quand 2,5 milliards seulement se partageaient les ressources de la planète au moment de sa naissance en 1908. Lui qui fût, également, l'un des premiers à pressentir la destruction de l'Amazonie et après elle de nombreux écosystèmes, aurait-il trouvé dans les Landes d'aujourd'hui, s'il y était revenu, un modus vivendi exemplaire de l'homme moderne avec la nature qui l'environne ? Son regard comparatif serait-il plus amène avec notre Côte qu'avec les îles polynésiennes qu'il constate « noyées de béton » et « transformées en porte avions pesamment ancrés au fond des mers du Sud » dans Tristes Tropiques (Plon-Terre Humaine, 1955)? Plus délicat : son pessimisme radical quand à la capacité de l'homme à préserver son environnement le conduirait-il à soutenir des opérations comme celles des activistes basques qui détruisent un certain nombre de villas en construction sur le littoral ? Ou encore attribuerait-il à la "bataille du Pyla", menée à la fin des années 60 avec le professeur Jacques Ellul et le journaliste Jean-Claude Guillebaud comme fers de lance, le statut de première grande victoire de l'écologie politique à renouveler ?

Nous ne le saurons jamais. Soyons simplement gré aux routes landaises escarpées et à la mécanique rudimentaire de la Citroën 5 cv qui lui servit de véhicule de campagne pendant ces élections cantonales de l'entre-deux guerres, de l'avoir gentiment envoyé dans le fossé. C'était la fin d'une carrière politique qui s'annonçait et l'émergence d'une conscience du XXeme siècle.

Photo : Sagabardon

Cédric Baylocq Sassoubre

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
916
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Xavier | 03/01/2010

Psssiiittt, eh pssiittt, il y a une erreur de calcul dans votre intro...

2009 - 1908 = 101. Il avait bien passé le cap des cent ans, notre cher "penseur sauvage".

Quand à son pessimisme à observer le monde moderne à la dérive, on peut aussi l'éclairer avec des déclarations de sa part, plus nuancées, sur le genre humain, voire sur la vie ici-bàs : "Plus on se voue à l'ethnologie, plus on prend sur l'histoire de sa propre société un regard assez distancié et on se rend compte que des choses dramatiques et essentielles dans le présent ne compteront pas beaucoup dans la perspective de plusieurs siècles".

Au final, merci pour votre article original sur le passage de l'ethonologue en Aquitaine.

Xavier

Jean Jadin | 06/01/2010

J?ignore aussi ce que Lévi-Strauss a ou aurait pensé des combats pour le respect de la nature en pays landais. Je doute cependant qu?il ait pu ranger dans cette catégorie les destructions de villas par des activistes basques.

L?Aquitaine est effectivement une terre de rencontres et de mélanges. Outre les influences que vous citez, il y eut aussi celle des Anglais, tant aux XIVe et XVe siècles qu?au cours des dernières décennies. C?est aussi une terre privilégiée à bien des égards, et notamment en hommes éminents. Si Lévi-Strauss y débuta sa carrière d?enseignant, Montaigne bien avant lui en fut successivement l?enfant et le démiurge ; et Bourdieu y passa son enfance et en étudia les m?urs. Sans oublier, ce diable de Montesquieu que sa lecture m?a fait prendre en affection.

Cordialement.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !