18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Entre les lignes: Claude Rouquet le fondateur de l'Escampette s'en est allé emportant ses "bonheurs de lecture"

17/01/2015 | Un métier qu'il avait épousé après en avoir rêvé dès l'adolescence...

 Claude Rouquet a rejoint les étoiles @aqui.fr

C'était un éditeur à la finesse exceptionnelle dont son ami Claude Chambard rappelle ce propos : « Ma conception de ce métier est totalement contenue dans mon désir de lecteur de faire partager mes bonheurs de lecture. Rien d’autre… » Claude Rouquet après avoir lutté avec une élégance rare contre le cancer, s'en est allé le 13 janvier, emportant certainement avec lui quelques uns des plus beaux poèmes de ses amis portugais qu'il nous avait donné le bonheur de découvrir. Il avait créée l'Escampette à Bordeaux en 1993, avant de poser son sac à Chauvigny, dans la Vienne, dix ans plus tard. Son œuvre, singulière, qui ne peut être résumée à l'existence d'un catalogue riche de quelques 300 titres doit beaucoup à l'exigence de la belle écriture qui était la sienne mais, aussi, à l'accueil enthousiaste qu'il pouvait réserver au manuscrit d'un auteur inconnu. C'est ainsi que le rencontrant, en juillet 2008, il prenait plaisir à raconter pour aqui.fr la très jolie histoire d’un de ses derniers auteurs nommé Abraham Elishama, dont il venait de publier, sous le titre « Ma bonne douleur au côté » un excellent livre de nouvelles qui s’ouvre par l’une d’entre elles, aussi courte que bien écrite, et qui s’intitule « l’oiseau sans nom ». Cette histoire résume les bonheurs d’un métier que Claude Rouquet avait épousé, après en avoir rêvé dès l’adolescence, et ceci à la faveur - ce fut dit-il «un mal pour un bien » - d’un licenciement économique de la direction commerciale qu’il occupait dans une entreprise de chaussures.

L'histoire de la « Douleur au côté »Ecoutons la genèse de cette « douleur au côté »: « je reçois par la poste le manuscrit de Jean-Paul Tardy de Toulouse; j’ouvre la première page, c’est beau ! Une écriture classique magnifique. J’écris une lettre enthousiaste à ce M. Tardy de Toulouse, il vient me rencontrer à Chauvigny. Lui aussi est un grand lecteur et un client de la librairie Ombres Blanches. Je découvre que cet homme est né à Nancy, voilà cinquante ans, dans une famille catholique. Il ne trouvait pas de réponses à ces questions sur le thème de l’existence, jusqu’au jour où, de passage à Paris, il pleut comme «vache qui pisse », il s’abrite sous un porche ; on lui propose d’entrer dans ce qui est une synagogue. Il trouve là, au sein d’une communauté juive, les réponses qu’il cherchait, décide de se convertir, prend le nom d’Elishama, rencontre à Jérusalem une juive de Toulouse avec laquelle il fonde une famille, a trois enfants et décide de quitter Israël au bout de vingt ans pour vivre et travailler…à Toulouse : scribe de son métier il calligraphie de courtes phrases de la Tora sur de petits parchemins.
Des histoires comme celles de ce Monsieur Tardy, Claude Rouquet en a d’autres, celle de François Gastineau , professeur de physique à Rouen qui apprend chez son libraire l’existence de l’Escampette et lui propose l’un des derniers titres publiés « le temps des Ersatz »....Pareils récits introduisent à la magie d’une rencontre qui naît entre l’éditeur et un auteur et constitue la promesse de ce chemin partagé, de cet accompagnement dans « les bons et les mauvais moments » dont parle l’éditeur de l’Escampette.

Alberto Manguel et le blasphème...Parmi les livres édités par l'Escampette, avec lesquels nous avons aimé voyager, figure en premier « ça & 25 centimes » publié en 2009, fruit de neuf conversations avec le grand écrivain argentin Alberto Manguel devenu son voisin dans un petit village de la Vienne. Manguel dont la vie, le parcours et les rencontres sont, à eux seuls, un roman universaliste, Manguel dont « L'histoire de la lecture » publiée en 1998 chez Actes Sud a marqué les esprits, Manguel dont rouvrant « le Livre des éloges », édité par l'Escampette, nous redécouvrons cette page sur le thème du blasphème qui date de 2007 et dont la lecture, en ces heures pour nous de chagrin et de grand trouble pour une partie des musulmans du monde entier, m'a semblé assez vivifiante pour vous en proposer la lecture: «  la polémique au sujet des caricatures de Mahomet publiées dans plusieurs journaux européens ( d'abord au Danemark comme une plaisanterie, puis ailleurs comme un défi) a déclenché une inquiétante réaction d'intolérance chez certains groupes musulmans. L'histoire se répète: la foi, ferme pilier du croyant, dit-on, semble ébranlée par une simple création artistique, faite de traits, coups de pinceaux ou mot, et craindre, au nom de l'être suprême, une terrible mauvaise humeur divine.
"Qu'un acte de cruauté ou de violence puisse irriter le Créateur de l'Univers ou son prophète, cela se comprend, car aucun auteur n'aime voir son œuvre détruite ou abîmée. Tuer, torturer, humilier, abuser d'une autre créature est sans doute un crime aux yeux de Dieu, et je suppose que les croyants ont amplement raison de voir dans le simple fait que le Déluge Universel ne se reproduise pas tous les mois, une preuve de l'inépuisable miséricorde divine. La survivance d'êtres comme Pinochet, Bush et Ben Laden montre que Dieu a une patience assurément singulière. Mais imaginer en même temps qu'un petit dessin, une blague, un jeu de mots puisse offenser Celui pour qui l'éternité est comme un jour, ou son élu béni parmi tous les hommes, me semble le plus grand des blasphèmes. Nous, faibles créatures humaines n'aimons pas que l'on se moque de nous: mais il en va autrement pour un être que nous imaginons suprême, invulnérable et omniscient. Borges suggérait que nous ne savions rien des goûts littéraires de Dieu ; il est difficile de concevoir que quelqu'un qui connaît tout et dont la générosité esthétique lui a inspiré tant le poème de la gazelle que la blague pesante de l'hippopotame, n'ait pas parmi ses livres de chevet quelque volume de Diderot, de Fernando Vallejo ou de Salman Rushdie. Mahomet recommandait le rire : «  Gardez le cœur léger à tout instant, car lorsque le cœur se fatigue, l'âme s'aveugle. »

HommageA sa compagne, Sylviane Sambor, qui créa à Bordeaux l'inoubliable « Carrefour des Littératures » et qui dirige, avec le don singulier de transmettre, le Centre du livre et de la lecture en Poitou-Charentes, nous adressons l'expression de nos condoléances émues. Un hommage est rendu à Claude Rouquet, samedi 17 janvier à 15 heures, à L’Échappée, lieu de rencontres qu’il a créé l’été dernier, au rez de chaussée de ses bureaux. Il sera inhumé au cimetière des Sables à Chauvigny à 17 heures

l'Escampette BP 7, 86300 Chauvigny
Tél. 05 49 61 20 87 - lescampette.editions@wanadoo.f

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Frédéric Desmesure

Partager sur Facebook
Vu par vous
1432
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !