Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Commémoration 14-18: L'exode bordelais du Président Poincaré

03/09/2014 | Il y a 100 ans, la capitale de la Gironde, devient pour quelques mois la capitale de la France. Bordeaux s'en rappelle par le biais d'une exposition.

visite de l'exposition '' 1914: Poincaré à Bordeaux'' par le Préfet Michel Delpuech (à droite) et les élus présents

Il y a 100 ans, le 3 septembre 1914, la Présidence de la République française assumée par Raymond Poincaré s'installait rue Vital-Carles à Bordeaux, dans l'Hôtel de Nesmond, résidence du Préfet de la Gironde. Avec lui, son épouse et ses plus proches collaborateurs. Les Ministres et leurs ministères ainsi que les membres du Sénat et de l'Assemblée nationale de cette IIIe République en guerre, sont aussi déplacés vers Bordeaux. La capitale de la Gironde, devient pour quelques mois capitale de la France. Un événement de l'histoire bordelaise, girondine et française rappelé ce mercredi par le dévoilement d'une plaque installée sur le porche de l'Hôtel de Nesmond et la présentation d'une exposition «1914: Poincaré à Bordeaux» à voir jusqu'au 21 septembre dans les Salons de la résidence préfectorale.

C'est à l'occasion des commémorations de la première guerre mondiale que Michel Delpuech, Préfet de Gironde et d'Aquitaine, actuel locataire de l'Hôtel de Nesmond a tenu, en présence de représentants des armées ainsi que d'élus locaux, à commémorer cet épisode, selon lui, «peu connu» de la Grande guerre. Une cérémonie, qui s'est dans un premier temps déroulée rue Vital-Carles, fanfare militaire et lecture de textes de Raymond Poincaré à l'appui, avant le dévoilement de la grande plaque commémorative et la visite de l'exposition.

"Une impression lugubre d'exode officiel"Une exposition réalisée par la Direction des Archives départementales qui retrace et contextualise l'installation de Raymond Poincaré et de son Gouvernement à Bordeaux du 3 septembre au 8 décembre 1914. Une installation à laquelle s'opposait le chef de l'Etat, mais imposée par les forces militaires, dont il n'était pas, contrairement aux Présidents de notre Ve République, le Chef des Armées. Dans cette exposition, des extraits de ses écrits montrent bien d'ailleurs son amertume à devoir quitter Paris, et ce malgré la percée des allemands, arrivés 4 jours auparavant à Senlis, à une quarantaine de kilomètres au nord de Paris.
«Une impression lugubre d'exode officiel» à laquelle pourtant Poincaré se soumet, et avec lui tout son Gouvernement qu'il rencontre chaque matin, en Conseil des Ministres, dans un des Salons de l'Hôtel de Nesmond.
Car c'est bien l'ensemble des services de l'Etat qui déménage à Bordeaux. Même si les ministères, exceptés le Ministère de la Guerre et le Ministère des Finances, se sont efforcés de n'amener à Bordeaux qu'un personnel réduit, c'est environ 20 000 personnes d'horizons divers qui débarquent en ce mois de septembre. Un afflux qui ne sera pas sans conséquence sur la vie Bordelaise. Certains y verront une «manne miraculeuse», d'autres s'offusqueront de comportements un peu trop légers, à commencer par ceux de certains ministres, en ce contexte de guerre.

Elus des collectivités locales, Préfet et représentants des armées lors de la cérémonie officielle, rue Vital-Carles, face à l'Hôtel de Nesmond


Attendre l'autorisation des GénérauxPour autant, le gouvernement reste au travail et certaines décisions d'importance sont prises à Bordeaux, parmi elles notamment, l'ordre de mobilisation de l'industrie pour la fabrication des armes qui équiperont les millions d'hommes mobilisés. Même si la victoire de la Marne, dès le 12 septembre 1914, assure une certaine sécurité à la ville de Paris, Raymond Poincarré devra attendre le 8 décembre pour recevoir l'autorisation des généraux Joffre et Gallieni pour repartir définitivement sur Paris. Seuls les services du Ministère de la Guerre resteront à Bordeaux jusqu'au début du mois de janvier 1915.

Une page de l'histoire de Bordeaux que l'exposition retrace à grand renfort de reproductions d'articles de presse, de rapports des Renseignements généraux de l'époque, d'écrits du Président Poincaré lui-même, de photographies, caricatures ou autres affiches. Outre l'intérêt historique, la visite de l'exposition est aussi l'occasion pour le public de visiter le rez-de-chaussée de l'Hôtel de Nesmond construit en 1630, ses magnifiques salons et son jardin d'hiver remarquable.

La plaque commémorative qui retrace l'épisode bodelais de la Présidence française en 1914 attirait déjà beaucoup de curieux
 
Exposition à voir jusqu'au 21 septembre (après-midi)

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1706
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !