18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Commémoration 14-18: L'exode bordelais du Président Poincaré

03/09/2014 | Il y a 100 ans, la capitale de la Gironde, devient pour quelques mois la capitale de la France. Bordeaux s'en rappelle par le biais d'une exposition.

visite de l'exposition '' 1914: Poincaré à Bordeaux'' par le Préfet Michel Delpuech (à droite) et les élus présents

Il y a 100 ans, le 3 septembre 1914, la Présidence de la République française assumée par Raymond Poincaré s'installait rue Vital-Carles à Bordeaux, dans l'Hôtel de Nesmond, résidence du Préfet de la Gironde. Avec lui, son épouse et ses plus proches collaborateurs. Les Ministres et leurs ministères ainsi que les membres du Sénat et de l'Assemblée nationale de cette IIIe République en guerre, sont aussi déplacés vers Bordeaux. La capitale de la Gironde, devient pour quelques mois capitale de la France. Un événement de l'histoire bordelaise, girondine et française rappelé ce mercredi par le dévoilement d'une plaque installée sur le porche de l'Hôtel de Nesmond et la présentation d'une exposition «1914: Poincaré à Bordeaux» à voir jusqu'au 21 septembre dans les Salons de la résidence préfectorale.

C'est à l'occasion des commémorations de la première guerre mondiale que Michel Delpuech, Préfet de Gironde et d'Aquitaine, actuel locataire de l'Hôtel de Nesmond a tenu, en présence de représentants des armées ainsi que d'élus locaux, à commémorer cet épisode, selon lui, «peu connu» de la Grande guerre. Une cérémonie, qui s'est dans un premier temps déroulée rue Vital-Carles, fanfare militaire et lecture de textes de Raymond Poincaré à l'appui, avant le dévoilement de la grande plaque commémorative et la visite de l'exposition.

"Une impression lugubre d'exode officiel"Une exposition réalisée par la Direction des Archives départementales qui retrace et contextualise l'installation de Raymond Poincaré et de son Gouvernement à Bordeaux du 3 septembre au 8 décembre 1914. Une installation à laquelle s'opposait le chef de l'Etat, mais imposée par les forces militaires, dont il n'était pas, contrairement aux Présidents de notre Ve République, le Chef des Armées. Dans cette exposition, des extraits de ses écrits montrent bien d'ailleurs son amertume à devoir quitter Paris, et ce malgré la percée des allemands, arrivés 4 jours auparavant à Senlis, à une quarantaine de kilomètres au nord de Paris.
«Une impression lugubre d'exode officiel» à laquelle pourtant Poincaré se soumet, et avec lui tout son Gouvernement qu'il rencontre chaque matin, en Conseil des Ministres, dans un des Salons de l'Hôtel de Nesmond.
Car c'est bien l'ensemble des services de l'Etat qui déménage à Bordeaux. Même si les ministères, exceptés le Ministère de la Guerre et le Ministère des Finances, se sont efforcés de n'amener à Bordeaux qu'un personnel réduit, c'est environ 20 000 personnes d'horizons divers qui débarquent en ce mois de septembre. Un afflux qui ne sera pas sans conséquence sur la vie Bordelaise. Certains y verront une «manne miraculeuse», d'autres s'offusqueront de comportements un peu trop légers, à commencer par ceux de certains ministres, en ce contexte de guerre.

Elus des collectivités locales, Préfet et représentants des armées lors de la cérémonie officielle, rue Vital-Carles, face à l'Hôtel de Nesmond


Attendre l'autorisation des GénérauxPour autant, le gouvernement reste au travail et certaines décisions d'importance sont prises à Bordeaux, parmi elles notamment, l'ordre de mobilisation de l'industrie pour la fabrication des armes qui équiperont les millions d'hommes mobilisés. Même si la victoire de la Marne, dès le 12 septembre 1914, assure une certaine sécurité à la ville de Paris, Raymond Poincarré devra attendre le 8 décembre pour recevoir l'autorisation des généraux Joffre et Gallieni pour repartir définitivement sur Paris. Seuls les services du Ministère de la Guerre resteront à Bordeaux jusqu'au début du mois de janvier 1915.

Une page de l'histoire de Bordeaux que l'exposition retrace à grand renfort de reproductions d'articles de presse, de rapports des Renseignements généraux de l'époque, d'écrits du Président Poincaré lui-même, de photographies, caricatures ou autres affiches. Outre l'intérêt historique, la visite de l'exposition est aussi l'occasion pour le public de visiter le rez-de-chaussée de l'Hôtel de Nesmond construit en 1630, ses magnifiques salons et son jardin d'hiver remarquable.

La plaque commémorative qui retrace l'épisode bodelais de la Présidence française en 1914 attirait déjà beaucoup de curieux
 
Exposition à voir jusqu'au 21 septembre (après-midi)

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1453
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !