Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Dalí à la rencontre de Goya - exposition au Cellier des Chartrons à Bordeaux

25/10/2009 |

Affiche Dali

181 ans après la mort de Francisco de Goya à Bordeaux, sa série des quelques 80 gravures, plus connues sous le nom des Caprices, semble, quant à elle, ne pas avoir pris une ride et fait son apparition, pour la première fois en intégralité, dans la capitale girondine, grâce à l'initiative du collectionneur Serge Goldenberg. La plus célèbre des oeuvres de l'artiste est ici redécouverte et réinventée par un autre peintre espagnol, l'icône du surréalisme, Salvador Dalí. C'est la majeure partie de l'exposition qui lui est d'ailleurs entièrement consacrée.

C'est en 1799 que Goya, alors peintre officiel du roi Charles IV, achève, après trois ans de travail, sa « collection d'Estampes à sujet de Caprices ». Il y dénonce une société espagnole décadente et corrompue sous la forme de 80 gravures mettant en scène des personnages tirés aussi bien de la réalité quotidienne de l'époque que de la pure imagination fantastique et spirituelle. Reposant sur l'ironie et la satyre, les Estampes abordent des thèmes qui demeurent tout de même atemporels, tels: la superstition, l'illusion de l'Amour, l'hypocrisie, la contrebande, la justice, la noblesse...

Les Caprices à la manière de Dalí
Presque 200 ans plus tard, Salvador Dalí, qui ne cachait jamais le fait de s'être souvent réapproprié les oeuvres d'artistes célèbres, décide de revoir les Caprices de Goya à sa façon. La relecture ou plutôt la « dalinisation » des Caprices s'effectue selon une méthode, que l'artiste nomme Paranoïaque Critique. En d'autres termes, une « méthode spontanée de connaissance irrationnelle basée sur l'interprétation-critique des phénomènes délirants ». Concrètement, Dalí se contente seulement de "coloriser" les gravures noir et blanc de Goya en y ajoutant des formes et personnages surréalistes, tout en gardant les traits des gravures originales.

Dalí à la rencontre de Goya

Pas de création sans imitation
« En même temps, il ne s'agissait pas de détruire l'oeuvre de Goya, mais de la compléter, la réinventer, à la manière dalinienne. », explique Serge Goldenberg. Superposées, les deux collections des Caprices donnent effectivement la sensation d'une certaine complémentarité, les gravures de Goya faisant figure de « croquis » pour celles de Dalí deux siècles plus tard. « Il était intéressant pour nous de mettre en avant cette collaboration inouïe qu'il peut y avoir entre deux artistes séparés par tant d'années. » On pourrait cependant s'interroger si l'on n'a pas affaire à du simple copiage. L'artiste lui-même se défend de manière astucieuse, en déclarant : « Ceux qui ne veulent imiter personne, ne créent jamais rien. »

Outre les Caprices, l'exposition tâche de mettre en valeur l'une des plus belles réalisations de Dalí. Parmi elles les incontournables Montres Molles qui furent, paraît-il, le fruit de l'observation d'un fromage dégoulinant sous la chaleur. On pourra retrouver une dizaine de tableaux "dalinisés" des Songes Drolatiques de Pantagruel, dont les illustrations avaient, pendant des siècles, été faussement attribuées à François Rabelais. L'on aura aussi l'occasion d'admirer les lithographies riches en formes et en couleurs des plâts copieux dépeints dans Les Dîners de Gala ou les nombreux Rois, Reines, Valets et Jokers défigurés dans la série Dalí Playing Cards.

Le règne du subconscient et le discrédit de la réalité
« Ce que je trouve personnellement fascinant chez Dalí, c'est sa qualité d'avoir été un peintre de notre subconscient, de ce qui reste dissimulé dans nos rêves et notre imagination. », avoue M. Goldenberg. « C'est le premier peintre à ne pas s'inscrire dans une continuité, il a sa propre démarche, les images réelles ne l'intéressent pas. C'est un peintre du cerveau. » L'artiste lui-même ne laissait pas de doute à ce sujet. Sa méthode paranoïaque-critique était ainsi censée « contribuer au discrédit total du monde de la réalité ».

Piotr Czarzasty

Informations pratiques

Cellier des Chartrons
41 rue Borie, Bordeaux
Tél : 01 30 27 31 31 ou 06 33 88 25 50
www.artcofrance.fr

Horaires
De 11h à 19h,
tous les jours du 22 octobre au 29 novembre 2009

Plein tarif : 8€
Tarif réduit : 5€
Gratuit pour les moins de 12 ans

Partager sur Facebook
Vu par vous
4520
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !