Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

  • 19/10/18 | Hot Vienne et son colloque international

    Lire

    Dans le cadre de la saison culturelle Hot Vienne, Limoges se la joue jazz. Passionnés du jazz de renom se retrouveront lors du colloque international dédié au jazz du 22 au 24 octobre à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges. Durant ces 3 jours, les 25 intervenants se succéderont pour s’exprimer sur les figures emblématiques du genre autour de thèmes l’écriture du jazz ou son histoire à Limoges. Entrée libre et gratuite.

  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Danseuse à qui tout « souris »

19/11/2007 |

Nathalie Pernette, une danseuse à qui tout souris

Une ombre grise danse avec cinquante souris dans un enclos de plexiglas. Ses gestes sont très découpés, quasi mécaniques, d'une précision déroutante. Le public du Glob Théâtre à Bordeaux, des enfants de 3 à 5 ans, est fasciné. La danseuse et chorégraphe, Nathalie Pernette, exécute son spectacle intitulé « Animale ».

« C'est une histoire de pouvoir. Au départ, mon personnage, sorte de Nosterafu a l'ascendant sur les souris tant qu'elle sont peu nombreuses, constate la danseuse. Au milieu de cinquante, l'équilibre se renverse. » Le spectacle, né en 2006, invite à l'étude des rapports entre les corps, humains et animaux. Il se poursuit dans deux autres spectacles, « Pedigree » et « Le passage », présentés aux adultes.
Nathalie Pernette a choisi les souris en raison de « leur potentiel maléfique et de leur côté sympathique. » Pour préparer son spectacle et convaincre les producteurs, elle demande conseils à Isabelle Grandjoan, une scientifique de l'animalerie de l'Institut Curie à Paris. La danseuse apprend, par exemple, que la boisson idéale pour les souris est l'eau de Volvic. En toute simplicité Nathalie Pernette raconte ensuite comment elle apprivoise et forme ses souris « en acceptant de son côté de se laisser faire pipi dessus ». Les souris ont besoin de délimiter leur territoire. L'artiste avoue sa complicité avec « Carbone, sa troisième souris-star », qui reste sur sa tête pendant toute une séquence du spectacle.

Travail et imagination

Nathalie Pernette en 5 dates
1965 naissance en Bourgogne.
1981 débute sa carrière de danseuse professionnelle.
1989 « Les Ombres portées » réalisé avec Andreas Schmid
2001 création de la Compagnie Nathalie Pernette
2006 conception du triptyque « Animale », « Pedigree » et« Le Passage »

A 42 ans, Nathalie Pernette a gardé sa fraîcheur d'enfant. La décision de se raser les cheveux remonte onze années en arrière. « Je faisais un spectacle, intitulé « Le Savon », dans lequel j'étais peinte en bleu Klein de la tête aux pieds. C'était tellement pénible de se laver que j'ai décidé de me faire raser, confie-t-elle. En définitive c'est extrêmement agréable pour une danseuse. »
Ses chorégraphies allient travail et imagination. Il a fallu trois mois de répétition pour « Animale », qui dure 35 minutes. Les dents du vampire qu'elle incarne, comparables aux deux grandes dents de devant des souris, sont des bonbons blancs que la danseuse cache sous sa langue et découvre en un clin d'œil. «Je m'amusais à faire ça sur l'autoroute en doublant les voitures, se souvient-t-elle en éclatant de rire.

Danseuse professionnelle à 18 ans

Passionnée, Nathalie Pernette l'est. « J'ai commencé très jeune par la danse classique, parce qu'il n'y avait pas d'autres choix dans ma petite ville de province, à Monceaux les Mines,précise-t-elle. Je suis allée faire un stage avec Françoise et Dominique Dupuy, les précurseurs de la danse contemporaine en France, et je n'ai rien compris, s'exclame-t-elle. » résultat : une audition et elle entre dans leur école. Une fois à Paris, elle fait de la danse « à très haute dose ». En 1985, elle est engagée dans une compagnie professionnelle. Elle a 18 ans.
En 1989, elle réalise sa première chorégraphie, en duo avec son compagnon de l'époque, Andréas Schmid. « Les ombres portées », travail sur le combat et l'androgynie, est un succès. « Le démarrage a été immédiat. C'est rare dans le métier, glisse-t-elle. » Les deux danseurs forment un couple « fusionnel ». Ils enchaînent les spectacles, en duo, leur marque de fabrique. « Treize ans de vie et de travail en commun, ça use les organismes, confesse Nathalie Pernette. Après six chorégraphies, la compagnie Pernette-Schimd s'arrête.

Amener la danse dans la rue

Nathalie Pernette a besoin de faire le point. « La danse permet de s'analyser, de régler ses problèmes et de trouver un équilibre, assure l'artiste. » Après cette rupture, elle crée sa propre compagnie en 2001. Les chorégraphies se multiplient. La compagnie Nathalie Pernette emploie une douzaine de danseurs, cinq techniciens et trois « permanents » à Besançon. « Un honneur et un désespoir à gérer », affirme-t-elle non sans ironie.
Alors parfois, elle se force à décrocher, et part s'isoler dans « une cabane en Normandie ». « Là-bas, je m'occupe de mon jardin, je bâtis, analyse-t-elle, car la danse contemporaine, c'est l'art de l'éphémère. » Le reste du temps, elle réfléchit aux spectacles futurs. Elle n'en a pas fini des rapports du corps avec les objets. Ses autres projets : définir une relation avec le public autre que frontale et amener la danse dans la rue. « Si je devais faire une autre chorégraphie avec un animal, ce serait le tigre, ajoute-t-elle avec malice. Ce duo allierait danse et prise de risque ».
En attendant la danseuse se lève, plaisante avec un des membres de son équipe. « Je vais voir mes souris », lance-t-elle, en guise d'au revoir.

Estelle Maussion

Partager sur Facebook
Vu par vous
1610
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !