Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | "Demandons l'impossible, le roman-feuilleton de Mai 68" - Hervé Hamon présente son nouvel ouvrage

18/04/2008 |

Slogan de mai 1968

L'anniversaire de mai 68 approche, les ouvrages commémoratifs s'accumulent - il y en aurait plus de 65, comme nous le signale l'auteur de « Demandons l'impossible ». Mais Hervé Hamon compte bien se démarquer d'un courant général baignant dans le drame et la nostalgie. Découvrez donc l'un des moments clés de l'histoire de France d'après guerre, en roman feuilleton, ironique, plein d'humour, différent.

Hervé Hamon, professeur de philosophie dans un premier temps, quitte l'Education nationale, au bout de cinq ans. Pour écrire. Après une période consacrée aux enquêtes à caractère sociologique, comme "Tant qu'il y aura des profs" ou "Nos médecins", il se tourne vers des essais et textes plus personnels. Breton d'origine, la mer occupe une place importante dans beaucoup de ses récits : "Besoin de mer" ou "Le Livre des tempêtes". Hervé Hamon collabore en même temps avec de nombreux journaux, notamment Le Nouvel Observateur, Ouest France ou Geo. On le voit ensuite attiré par le roman. En 2007, il publie d'ailleurs son premier - "Paquebot" et commence à gagner des points chez les critiques - lauréat des prix Henri Queffélec du livre maritime et Nadar pour "Le Livre des tempêtes". Enfin, dans son dernier ouvrage, un roman feuilleton de mai 68, l'auteur revient sur ces événements marquants avec le regard du jeune intellectuel, qu'il était jadis, lorsqu'il avait un peu plus de vingt ans, à l'époque.

Mai 68 en plus drôle et plus léger

Demandons l'impossible - le roman-feuilleton de Mai 68 - Hervé Hamon - Ed. du Panama - 20 €
Acheter ce livre chez Mollat.com

Une forme donc assez inhabituelle, que ce roman feuilleton, pour parler de mai 68. « J'ai été déçu par le côté narcissique et funèbre du roman français. » avoue l'écrivain, qui dénonce de même l'habitude qu'ont pris ses « confrères » de personnaliser le roman ; une habitude qui hanterait déjà suffisamment les nombreux essais et ouvrages historiques, sur mai 68 notamment. Grand admirateur de Dumas, séduit par la comédie, Hervé Hamon veut « écrire léger avec plus d'humour », sans que cette écriture ne soit pour autant « futile ».

Une histoire en deux printemps
« Demandons l'impossible », c'est l'histoire d'une famille française traditionnelle, couple de classe moyenne, trois enfants, qui résume en même temps les principaux clivages et orientations politiques de la société de l'époque. Trois frères, un cheminot syndicaliste, un autre - grand admirateur de De Gaulle et un frère curé, qui annonce qu'il va... se marier. A trois ils nous dessinent assez clairement le paysage politique français. Mais un roman sur mai 68 serait incomplet sans personnages féminins importants, dont le grand mouvement marque l'émancipation. C'est donc Mélina, la mère, qui détient le rôle de l'héroine principale. C'est une histoire en deux printemps - lors du premier, Mélina suit les événements de son poste transistor, alors que tous les autres ont quitté la maison pour se joindre à la révolution. Dans la deuxième partie les rôles s'inversent, et c'est au père de famille d'écouter attentivement le transistor pendant que Mélina s'émancipe dans la rue.

L'école - un ascenseur social
L'un des fils conducteurs du roman semble être l'école, en tant qu'ascenhamonseur social. Une ascension qui est d'ailleurs mal digérée par la nouvelle génération. On lit, par exemple, que l'un des petits fils de Mélina, membre d'une secte maoiste, refuse de se présenter au concours de "Normal Sup", pour ne pas devenir l'agent d'une société qu'il trouve injuste. Cette ascension sociale s'accompagne aussi d'un sentiment de « culpabilité ». « Mai 68 c'est notamment ça ; les jeunes se sentent mal à l'aise d'appartenir d'un coup à un milieu, encore si élitiste à l'époque, que celui de l'enseignement supérieur.» explique l'écrivain. « Ils estiment injuste que tous leurs camarades, issus des mêmes couches sociales, n'aient pas eu cette chance. »

D'une France qui « s'ennuyait » vers une France de « barricades ».
Mais il y a eu bien sûr d'autres raisons qui, selon Hervé Hamon, ont contribué au déclenchement de cette « plus grande grève de France ». En 1968 la France « s'ennuie » ; Les Etats-Unis mènent leur guerre « impérialiste » au Vietnam ; c'est le printemps de Prague de l'autre côté du rideau de fer ; c'est l'émergence, enfin, des acteurs du tiers-monde. « Les jeunes ont donc fortement l'impression que l'actualité se déroule ailleurs ; que l'Europe n'en est plus l'acteur ; et ils ont bien l'intention de le changer. » rappelle l'auteur. Mai 68 c'est aussi le témoignage d'une société qui « ne peut se mettre à jour que par des convulsions », une société de « barricades ». Hervé Hamon parle en même temps d'une génération toujours imprégnée des préjugés du temps de la guerre 1940-45. « On assiste à une transfiguration de l'adversaire en figure réinventée de la guerre - on traite facilement quelqu'un de fasciste sans plus trop se demander ce que ça veut dire.» remarque l'auteur. « Il n'y a pas eu de vrai "débriefing" de la période Vichy, ni de la guerre d'Algérie ; le soulèvement de mai 68 témoignait de cette volonté de mettre tout à plat. »

Mai 68, où es tu ?
Et qu'en reste-t-il de mai 68 ? Hervé Hamon n'aime pas parler de nostalgie, car ces événements, qui ont eu lieu, il y a maintenant 40 ans, doivent servir de tremplin pour aller en avant. Mais s'il devait nous faire part de ce qui lui manque de cette époque, ce serait ce grand mouvement de solidarité. Avec un slogan très parlant « Nous sommes tous des juifs allemands. » tout le monde formait un esprit collectif, où chacun avait néanmoins « le droit de dire "je" ». Un autre élément serait ce côté jouissif et festif qui accompagnait mai 68, avec des jeunes pleins d'enthousiasme et la conviction de pouvoir changer quelque chose. L'esprit de solidarité qui s'en est dégagé s'est malheureusement aussi vite éteint.

Piotr Czarzasty

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1878
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !