Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Des mosaïques du Ier siècle découvertes à Poitiers

15/07/2019 | Les fouilles du jardin des droits de l'Homme à Poitiers ont porté leur fruit. Deux mosaïques datant sans doute du Ier siècle ont été découvertes sur le site.

Des mosaïques du Ier siècle ont été découvertes à Poitiers sur le site de fouilles du jardin des droits de l'Homme

Il suffit de creuser pour voir surgir des morceaux d’histoire de la ville de Poitiers. La preuve encore dans les jardins des droits de l’Homme, juste derrière la médiathèque François-Mitterrand. Depuis le 11 juin, l’équipe de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) effectue une fouille minutieuse et méticuleuse, menée par Benoît Billy, responsable des opérations à l’INRAP. Elle a été commandée et prescrite par les services de l’État. Au total, c’est une surface de 230 m2 qui est passée au pinceau. L’équipe a mis au jour deux mosaïques datant de la période antique, sans doute du Ier siècle, et des éléments plus récents, de l’époque médiévale. Les mosaïques ont été extraites et vont être étudiées pour essayer d’en apprendre plus sur l’histoire antique de Poitiers.

Sur le site du jardin des droits de l’Homme, derrière la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, c’est le grand chantier. Des archéologues fouillent avec minutie une surface d’environ 230m2. Ils ont déjà mis à jour deux mosaïques. Une découverte extraordinaire. « Grâce aux efforts et au travail de l’équipe de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) » souligne Alain Claeys, maire de Poitiers. 

Cette première mosaïque daterait du Ier siècle et mesure environ 25 m2

Une découverte exceptionnelle

Ces deux mosaïques présentent des caractéristiques très rares selon le responsable des opérations à l’INRAP, Benoît Billy. « Le première mosaïque présente une superficie exceptionnelle. Là, vous avez environ 25m2, mais on l’estime a minima à une quarantaine. Elle daterait du Ier siècle. Elle est dans un état relativement bon, quand on connaît l’histoire douloureuse qu’elle a subie », explique-t-il. Les motifs et l’organisation des tesselles (petits morceaux de marbre ou de pierre qui forment la mosaïque) sont complexes. Cette première mosaïque est composée de deux bandes latérales noires et de motifs obliques. Ce sont près de 500 000 morceaux de tesselles qui la composent. Certains espaces ont d’ailleurs été comblés. « des sortes de rustines qui datent sans doute encore de son utilisation ». Elle était sans doute située dans l’entrée d’un bâtiment avec des colonnes (un dé ainsi qu’une colonne et des éléments qui la composent ont été dévoilés à proximité) La deuxième est plus petite et moins bien préservée. Elle se poursuit sans doute sous les fondations de la rotonde de la faculté de Droit voisine. De couleurs blanches avec des motifs de couleurs plus simples. « Ce sol a déjà été observé dans les années 1970 de manière sporadique, à l’occasion des travaux de la rampe d’accès à la médiathèque », précise Benoît Billy. 

La deuxième mosaïque possède des motifs plus simples

Quelque chose saute aux yeux lorsqu’on observe le chantier de fouille. « Il y a une faille, un incident dont on est pas encore en mesure de donner la raison. Il y a eu effondrement d’une partie du site. Il peut être lié à la conception du bâtiment, un séisme. Il va falloir faire un sondage plus précis et confronter les données pour essayer d’en déterminer la cause. » Un affaissement avait également été remarqué lors de fouilles qui avait été organisées avant le chantier de réaménagement de la place Charles VII, il y a un peu plus d’un an : on y avait découvert une cave médiévale en ogive et la présence d’un égout antique détruit au Moyen Âge.  

Un travail minutieux et délicat

Même les archéologues en sont pour l’instant au stade des suppositions et des hypothèses, ces mosaïques vont livrer peu à peu leur secret. Elles vont être déposées, prélevées par une entreprise, située en banlieue de Périgueux, à Marsac-sur-l’Isle, spécialisée dans la restauration et la conservation d’oeuvres d’art et de vestiges archéologiques : Socra. Elle a beaucoup fait parler d’elle, ces derniers temps, puisqu’elle s’occupe de la restauration des statues de Notre-Dame de Paris et le coq, qui était situé au sommet de la flèche, a d’ailleurs rejoint les ateliers au début du mois de juillet. Les employés de Socra ont besoin de trois jours pour déposer les deux mosaïques découvertes à Poitiers. « Nous allons procéder à la dépose de ces deux tapis de mosaïque, à l’aide d’une technique d’encollage sur la surface. Ensuite, nous allons insérer de fines lames dessous. Nous avons de la chance les tesselles sont désolidarisées de la terre, l’opération se déroulera plus facilement », explique Romain Gilbert, président de Socra. Les mosaïques vont être disposées sur des panneaux d’un mètre sur un mètre, puis maintenues dans un premier temps en sandwich pour les manipuler et les transporter plus facilement. Ensuite, elles pourront être étudiées et restaurées si besoin. 

L'entreprise de Périgueux, Socra, a déposé les deux mosaïques en trois jours avec une technique particulière

Au total, il y aura eu sept semaines de fouilles sur le site du jardin des droits de l’Homme de Poitiers. Elles se termineront le 26 juillet prochain. Les entreprises de voiries reprendront les travaux à partir du 26 août, pour environ vingt semaines. Le jardin devrait être achevé avant Noël. Quant aux mosaïques, « il faut que le public puisse venir les contempler et qu’elles deviennent une outil de médiation », confie Jean-Marie Compte, adjoint à la mairie de Poitiers, délégué au patrimoine historique et à l’archéologie. Ces découvertes participent à l’histoire de Poitiers et permettent de la comprendre. Maintenant il ne reste plus qu’à déterminer dans quel lieu elles seront visibles. En attendant, elles sont stockées au centre de recherches archéologiques de l’INRAP à Poitiers, avec les éléments de décors qui ont été trouvés sur le site de fouilles. Toutes ces pièces seront médicalement étudiées pour encore un peu plus dévoiler leur histoire.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6648
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !