Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Développement de la langue occitane en Aquitaine : l'heure est au bilan

22/12/2014 | Le Président du Conseil régiona d'Aquitaine Alain Rousset a rejoint David Grosclaude en fin de plénière pour parler de la nécessité « de la survie de cette civilisation ».

Alain Rousset et David Grosclaude

La langue d'oc reste indissociable du patrimoine historique et culturel du sud-ouest de la France : sa transmission aux générations suivantes permet de conserver cet héritage qu'on pourrait penser menacé par la mondialisation et la suprématie de l'apprentissage de l'anglais dans les écoles. Qu'en est-il réellement ? L'occitan perd-il du terrain au sein du paysage aquitain ? Pour répondre à ces interrogations et dresser un bilan de la politique linguistique régionale en faveur du dialecte, une assemblée plénière tenue par l'Amassada, conseil de développement de la langue occitane, a eu lieu ce 19 décembre à l'Hôtel de Région à Bordeaux, avec sa dose de temps forts.

Pour aborder un thème aussi large que celui-ci, le programme a été on ne peut plus rempli : dès l'ouverture de la plénière, David Grosclaude, conseiller régional d'Aquitaine délégué aux langues et cultures régionales, annonce les temps forts de la journée, à commencer par les travaux de quatre commissions thématiques (éducation, enseignement, médias/vie sociale, culture) autour du bilan 2011-2014 sur ce qui est entrepris pour valoriser et encourager la pratique de l'occitan en Aquitaine. « L'objectif ici est moins de faire un bilan que d'entrevoir les 5 années à venir », a précisé David Grosclaude.

Les débats ont duré plus longtemps que prévu, au vu des questions qui se posent pour les quatre domaines exposés ici. Un bilan de chaque commission a été rendu en début d'après-midi. Concernant l'éducation tout d'abord, les discussions auront surtout tourné autour du développement de la pratique de la langue dans les collèges et lycées. Si le nombre d'élèves ayant choisi l'occitan, en deuxième langue, a triplé en dix ans, il n'en reste pas moins que des problèmes restent à résoudre, à commencer par une meilleure visibilité des outils mis en place dans les établissements. La création d'une nouvelle plaquette informative (tirée à 20 000 exemplaires vers les écoles du second degré) dédiée aux enseignants et aux adolescents n'est pas aussi efficace que prévu, faute d'accompagnement, mais aussi d'intérêt chez des personnes visées. Pas facile alors de se faire entendre... D'autres mesures sont sérieusement envisagées pour la rentrée prochaine, comme l'instauration d'une semaine de l'occitan dans un établissement par région, des binômes d'intervenants pour mieux « vendre » les documents informatifs... La possibilité de passer par la culture et le spectacle pour créer un climat favorable à l'émergence des classes bilingues et mettre en place une meilleure communication entre les régions et les associations est revenue plusieurs fois au centre du débat.

Il reste également des progrès à faire dans le domaine de l'enseignement. Le besoin d'une vision stratégique à long terme es fait durement ressentir : les conseillers pédagogiques sont trop peu nombreux en Aquitaine, le recrutement est difficile, et l'utilisation d'Internet pour dialoguer avec les étudiants et les parents livre un bilan disparate... « Il faut proposer une nouvelle convention au recteur de l'Académie de Bordeaux pour faire avancer les choses » assure Sophie Alexandre, de la Fédération régionale des Calendretas (écoles bilingues franco-occitanes) d'Aquitaine.

Enfin, les commissions médias et culture se sont aperçues qu'elles faisaient face à un même manque de moyens humains et financiers, et à un souci de visibilité manifeste. Bien qu'ils soient présents sur Internet, ces associations  ne possèdent pas de véritable stratégie numérique. Les réseaux sociaux ne sont quasiment pas exploités, eux qui sont pourtant un outil formidable pour se mettre en avant et se faire connaître. À elles de mettre en place un plan de communication sur la Toile.

ÒC Tele, la webTV 100% langue d'oc qui gagne du terrain
Cette journée aura été faite de temps forts, parmi lesquels le retour en image de ÒC Tele, la première télévision entièrement en occitan, et diffusée grâce à Internet, jugée plus moderne et résolument moins chère que d'être présent sur la TNT. La grille de ses programmes va des dessins animés aux documentaires, en passant par les chroniques musicales et les magazines d'information. Un an après sa création, le bilan était de mise. Et celui-ci se révèle être très satisfaisant. Elle totalise plus de 500 000 visionnages de vidéos, soit environ 3200 par jour de diffusion. Un taux de pénétration honorable pour une télé qui s'adresse à une cible aussi restreinte. Parmi ses émissions, le Dòc Show (interviews d'hommes politiques, promotion d'artistes, chroniqueurs, etc.) tire son épingle du jeu, avec pas moins de 40 000 vues par diffusion. « La chaîne de production audiovisuelle est quasi inexistante en Occitan, a-t-on rappelé. Cela donne à Òc Tele un poids d'autant plus important. »


« Il ne faut pas se replier sur soi-même »

Les intervenants ont continué à se succéder tout au long de l'après-midi, au rythme des interventions du public., principalement composé de responsables d'associations, d'inspecteurs des écoles et d'enseignants entre autres. En fin de journée Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, a pris place aux côtés de David Grosclaude pour clôturer la plénière. Il en a profité pour rappeler que la région investit chaque année 1,2 millions d'euros en faveur de l'occitan, et également pour annoncer, dans le cadre d'une politique publique concertée en faveur de l'occitan, la création d'ici 2015 de l'Office Public interrégional de la Langue Occitane, associant les Régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et qui agira dans les domaines de la transmission, de la socialisation et de l'observation de la langue. « Sachez que la région est toujours attentive pour aider la langue occitane à gravir les marches, a-t-il dit en s'adressant à l'audience. Une langue, ce n'est pas juste une façon de communiquer, c'est un patrimoine, une histoire. Il n'est d'ailleurs pas question de la survie d'une langue, mais de celle d'une civilisation toute entière. » Il aura également mentionné le succès d'Òc Tele, les félicitant de mettre en avant, en plus de l'occitan, les dialectes voisins. « Bravo à vous pour mettre en avant d'autres langues que la vôtre. Il ne faut pas se replier sur soi-même. »

 

Jules Haverlan
Par Jules Haverlan

Crédit Photo : Jules Haverlan / Aqui!

Partager sur Facebook
Vu par vous
1562
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !