18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Hautes-Pyrénées : Dracula envoute Gavarnie

21/07/2017 | Les vampires séduisent toujours autant. Le festival de théâtre Gavarnie invite un hôte de marque du 25 juillet au 6 aout : le comte Dracula

Le cirque de Gavarnie abrite des chauve-souris mais il n'avait encore jamais accueilli de vampire

Une créature tout droit sortie de l’enfer qui prend possession d’un site féérique. L’idée est vieille comme le monde. Mais elle a une saveur particulière dans le formidable cadre qu’offre le site de Gavarnie. Des Chevaliers de la Table Ronde à Gargantua, de Don Quichotte à Ulysse, le festival de théâtre organisé chaque été dans les Hautes-Pyrénées décline les mythes les plus divers. Alors, pourquoi pas Dracula ? Du mardi 25 juillet au dimanche 6 août, le prince des ténèbres envoutera le site et donnera des allures de Carpates aux cimes pyrénéennes. Un spectacle tout en suggestion dans lequel le sang ne coulera pas à flots – on n’est pas là dans « Massacre à la tronçonneuse » - mais où le plaisir passera aussi par le frisson et la fascination. Car à notre époque trouble et incertaine, les vampires n’ont jamais eu autant la cote.

« Dracula est un prédateur, mais aussi un révélateur des êtres. Il dévoile ce que chacun se cache et ne veut pas s’avouer. C’est à son contact que les hommes s’affirment dans leur violence. C’est également un séducteur, tel un Don Juan sombre. Enfin, il s’agit d’un immortel dans lequel on peut retrouver le mythe de Faust » explique Bruno Spiesser, metteur en scène du spectacle qui sera  présenté en plein air, à plus de 1 500 mètres d’altitude.

L’histoire sur laquelle s’appuie la création présentée à  Gavarnie reprend la trame du célèbre roman de Bram Stoker, très en vogue dans la société victorienne du XIXe siècle.

Un récit dont le cinéma s’est ensuite emparé pour lui consacrer plus de 500 films. Un jeune notaire parti en Transylvanie conclure la vente du château du comte Dracula se retrouve prisonnier dans la demeure du monstre. Tandis que ce dernier rejoint l’Angleterre pour y séduire la fiancée du clerc et se fait poursuivre par un chasseur de vampires, le professeur van Helsing.

 Un vampire sur la moraine

Bruno Spiesser, le metteur en scène, devant l'affiche du spectacle

Grandiose et fascinant, le cirque montagneux devant lequel le spectacle se déroule constitue un cadre idéal pour retracer l’atmosphère fantastique du récit.

Un environnement largement utilisé pour la circonstance. Le chemin que le public emprunte à pied pour se rendre dans une vaste prairie est par exemple utilisé, dès que l’on sort du village de Gavarnie, par des attelages et des comédiens représentant des bohémiens. De même, la moraine de l’ancien glacier que l’on trouvait jadis à cet endroit symbolise le château du monstre.

« Nous avons aussi travaillé le côté sonore du spectacle » dit Bruno Spiesser. « Enormément de bruits ont été enregistrés pour permettre aux gens d’entrer vraiment dans l’histoire. Râles, respirations, tempêtes, loups… Les effets sonores sont nombreux. A tel point que l’on peut même presque assister au spectacle les yeux fermés. Un comble à Gavarnie ! ».

Cette approche donne aussi un aspect un peu immatériel à Dracula, « un être qui manipule les âmes et les corps ». 

Le monstre, à la fois humain, loup-garou et animal, ainsi que les principaux personnages de l’aventure seront interprétés par des comédiens venus de Tarbes et de Pau.

Des places libres mais datées

Ouvert à des spectateurs de tous âges, le « Dracula, prince des ombres » de Gavarnie innove cette année dans le mode de réservation.

Contrairement aux spectacles présentés jusqu’à présent, les places correspondront à des dates précises. Même si, chacun s’installera où il le souhaite dans la prairie où se déroulera la représentation. Avantage du système, tout le monde est assuré de disposer d’une place assise.

Cette nouveauté répond à une exigence. Pour des raisons tenant à l’opération Vigipirate, la préfecture a en effet demandé aux organisateurs d’organiser différemment l’accueil du public. Pour chaque soirée, la jauge sera ainsi de 2 000 à 2 500 personnes. Sachant que, pour éviter que l’on refuse du monde, 500 billets resteront toujours disponibles sur place.

Sur Internet et dans les offices de tourisme

Le plus simple est d’acheter son billet sur Internet (sans frais de location supplémentaires). On peut également réserver dans les offices de tourisme de Pau et des Hautes-Pyrénées. En cas de mauvais temps, la place peut être remboursée ou utilisée dans les deux ou trois jours qui suivent en fonction des disponibilités.

Les spectacles débuterront à 21 heures, à la tombée du jour. Rien de plus logique : comme chacun le sait, les vampires brûlent et sont réduits en cendres au moindre rayon de soleil.

Un conseil toutefois : les soirées étant fraîches, emmenez une petite laine avec vous. La gousse d’ail est par contre inutile.

Contact : www.festival-gavarnie.com

Les tarifs : plein 23 €, groupe et carte 19€, réduit (sans emploi, étudiant) 15 €, moins de 18 ans 10 €, moins de 6 ans gratuit.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
7544
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !