10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.

30/11/17 : Le 20 décembre, la salle de spectacles “Les Cigales“ à Luxey (40) accueille Françis Huster pour un seul-en-scène moderne et engagé, à l’image de celui qu’il incarne: Albert Camus. Rendez-vous à 21h. Pensez à réserver sur www.musicalarue.com !

30/11/17 : Du 5 au 16 décembre, la médiathèque du Marsan (à Mont-de-Marsan) accueille une exposition d'affiches créée à l'occasion du cinquantième anniversaire d'Amnesty International. Objectif: sensibiliser et éduquer aux droits humains.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

  • 07/12/17 | L'avenir du vélo en débat à La Rochelle

    Lire

    Depuis douze ans, la Charente-Maritime organise ses Tribunes de l'Innovation autour de grands thèmes d'actualité comme la solidarité, la mondialisation, etc. Pour cette édition, la "petite reine" est à l'honneur, avec des conférences-débats autour de son histoire, sa place socio-économique, ses innovations technologiques et son avenir en tant que transport doux et durable. RDV (gratuit) le 14 décembre à 18h à la Maison du Département. Ouvert au grand public sur inscription au 05 46 31 72 00.

  • 06/12/17 | Nouveau record pour Bordeaux-Mérignac

    Lire

    En novembre 2017, le trafic international continue de soutenir les bons résultats de l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac et affiche un record mensuel de croissance pour 2017 de +26,3%. Ce premier mois de la saison Automne-Hiver a vu 404.000 passagers mensuels transportés (+3,2%). Depuis début 2017, le trafic de la plate-forme bordelaise progresse de +8,2% et 5.772.000 passagers ont été transportés. Une fin d'année qui s'annonce très positive à Bordeaux avec cependant un bémol, la baisse de 10,3% du trafic national liée au recul de Paris.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Dracula ou la non-mort: une rentrée en demi-teinte au TnBA

15/10/2008 |

Dracula ou la non-mort:

Yvan Blanloeil présentait en ouverture de saison du TnBA une adaptation du célèbre roman de Dracula, autour de la question de la non-mort. Venu défendre une vision originale de la pièce centrée plus particulièrement sur les notions d'immortalité et d'évolution génétique, il laissait au placard les accessoires vampiriques pour privilégier ses petites marottes de toujours : la vidéo et le son.

La mise en scène pour le moins esthétique semblait oublier, au-delà de la réalisation technologique, les atours irrésistibles du Comte, ce personnage mythique devenu une bête sanguinaire par désespoir amoureux.

Dracula, nouveau chantre de l’évolution génétique ?
Il nous avait pourtant averti Yvan Blanlœil dans ses notes d'intention: ce Dracula là n'aura rien d'effrayant ni même de sanguinolant. Il se voudra plus contemplatif, en proie à une réflexion métaphysique sur l'évolution de l'Homo Sapiens et la conquête de l'arme absolue: l'immortalité. Devenu une figure positive transformée par le biais du mégaphone blanlœillien, à l’inverse des Van Helsing et autres conservateurs du roman, Dracula sortait de son rôle d'éternel seigneur des Ténèbres pour devenir l'homme du XXIe siècle, celui incarnant l'évolution génétique futuriste, menant l'être humain vers sa finition la plus parfaite: la non-mort. Dans ce dessein, il fallait réadapter le mythe jusqu'à sa substantifique moelle, quitte à le modifier génétiquement et faire de Dracula un philosophe plutôt qu'une bête. Ôter les harpies érotiques, les loups, les paysages transylvaniens et ne laisser que des personnages dépossédés de leur tempérament romanesque. Pari osé que cette exsanguination quelque peu blasphématoire et qui bien qu'intéressant n'aura finalement pas su dompter les forces du mythe, trop vivaces pour s'éteindre même sous la plume d'un dialoguiste et l'imagination fertile d'un vidéaste hors pair.

Un début prometteur…
Le postulat de départ était pourtant séduisant: faire de ce roman quasiment épistolaire, une adaptation dialoguée pour le théâtre et s'aider pour simple décor d'un système vidéo élaboré et d'un travail sur le son. Le tout orchestré par le maître des audio-théatre et une troupe de comédiens pour le moins connue avec entre autres, Jean-Luc Terrade (Dracula), Renaud Cojo (Renfield / Seward) et Laurent Rogero (Lord Arthur Holmwood). Et il faut avouer que les premiers instants du spectacle possèdent ce charme envoûtant présent dans le roman. La non-présence évanescente de Dracula, ses apparitions furtives, sa voix et une constante pénombre concourent à installer une atmosphère ambivalente et atemporelle, naviguant entre le monde des vivants et celui des esprits, le 19 siècle et le nôtre. Quelques ingéniosités vidéos telle la mise en espace sur 3 niveaux, le filtre créé par l'écran et l'incrustation de personnages nous guident doucereusement au creux de cette histoire, tentant de nous happer au son des contrebasses, tels des Nosferatu technologiques. En ajoutant à cela des costumes très réussis (particulièrement les robes des demoiselles) et les interprétations convaincantes des personnages masculins, le tour était presque joué…

… mais un mythe trop tenace
Presque, car c'était sans compter sur la ténacité du mythe et ce qui en constitue son essence fascinante: le grand-guignolesque justement, celui là même entièrement rejeté dans le propos de la pièce. A trop vouloir intellectualiser le conte et donner vie à un nouveau Dracula, plus concerné par la nature humaine que par sa soif d'assouvissement, Yvan Blanlœil semble passer à côté de l'essentiel et finit par nous perdre dans son interprétation. Plongé dans une neurasthénie contagieuse, Dracula devient un penseur dont les mots s’évanouissent aussi vite que sa présence. La narration se noie dans le dédale de ses raisonnements, nous abandonnant sur le bord de la scène. Le peu d'actions et la lente agonie de Lucy, devenu le personnage féminin principal, achèveront les belles illusions du départ, ne laissant à défaut de sang qu'un goût de trop peu sur les lèvres. Exit l'histoire d'amour avec Mina, les mésaventures de Jonathan Harker, le redoutable chasseur Van Helsing, le voyage en Transylvanie, reste un Dracula décharné à qui on aurait coupé les ailes et limé les dents. Or n'a-t'on pas appris depuis deux siècles qu'on ne venait pas à bout du vampire sans en crever le cœur. Une simple écorchure ne saurait effacer cette présence si marquante, y compris au plus profond de notre imagination. Peut-être est-ce là la raison pour laquelle l'adaptation théâtrale écrite de la main de Bram Stoker n'a jamais vu le jour. L'impossibilité de représenter l'immontrable sauf à grands coups d'effets spéciaux ou par la puissance des mots et de l'imagination que seules les pages d'un livre peuvent parfois délivrer. Si comme le suggère Yvan Blanlœil, l’adaptation n‘a d’intérêt que lorsqu’on a quelque chose de nouveau à dire, alors il est des romans auxquels il ne faudrait pas s’attaquer, sous peine d’y laisser un jour son art.

Photo : Koen Broos 

Hélène Fiszpan


Dracula ou la non-mort d’après Bram Stoker
Adaptation Yvan Blanlœil et Alain-Julien Rudefoucauld
Du 08 au 16 octobre au TnBA
Renseignements et réservations au 05 56 33 36 80 ou sur www.tnba.org


Partager sur Facebook
Vu par vous
441
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !