17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Entre Lascaux et Altamira en Espagne, une histoire proche

29/05/2016 | Lors d'un déplacement de deux jours en Cantabrie, une vingtaine d'élus de la Dordogne ont découvert jeudi la reproduction de la grotte ornée d'Altamira.

400 dessins et peintures sont reproduits dans le fac similé d'Alatamira

Située en Espagne, dans la province de Cantabrie, la grotte ornée d'Alamira renferme l'un des plus ensemble picturaux de la Préhistoire. Il date du Paléolithique supérieur, du Magdalénien. Comme à Lascaux, la grotte originelle a été fermée au public par souci de ce conservation. A quelques centaines de mètres de là, les Espagnols ont créé un fac similé ou Néo grotte qui reçoit 200 000 visiteurs par an. A la fois musée et centre de recherche, ce lieu montre ce qu'était Altamira il y a 15 000 ans et permet de révéler au monde l'oeuvre artistique des hommes du Paléolithique. 400 dessins et gravures y sont reproduits fidèlement.

Les grottes de Lascaux à Montignac en Dordogne et celle d'Altamira à Santillana del Mar, dans la région de Cantabrie, auraient des histoires  finalement proches. Une délégation de la Dordogne était en déplacement  de deux jours en Espagne. Elle  a pu notamment découvrir  jeudi la reproduction de la grotte ornée d'Altamira. Un des objectifs de la visite  des élus Périgourdins  était de tisser des liens entre Lascaux et Altamira et de travailler avec les Espagnols pour assurer la promotion des grottes de l'art rupestre. Il s'agit d'un projet européen.
Depuis 1963, la grotte  originelle de Lascaux est fermée au public par souci conservation et l'on peut visiter depuis 1982, Lascaux II, une première reproduction. Et le 15 décembre prochain, avec l'ouverture de Lascaux IV, les visiteurs pourront découvrir  le fac similé de l'intégralité de  grotte périgourdine.

La délégation composée d'élus périgourdins et de responsables de services du département ont visité Altamira

L'authenticité d'Altamira discutéeLa grotte d'Altamira, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, est l'un des plus beaux exemples de l'art du paléolithique. On y trouve une grande diversité des sujets, de techniques et de styles artistiques : signes abstraits, chevaux, cerfs, bisons, troublant de réalisme. Depuis 1879, date de sa découverte, son caractère exceptionnel a marqué l'histoire.  Son découvreur Marcelino Sanz de Sautuola avait bien attribué ses peintures à la période paléolithique, mais son affirmation fut réfutée par la communauté scientifique internationale jusqu'en 1902. Il faudra attendre la découverte d'autres grottes de l'art rupestre,  notamment Combarelles et Font de Gaume en Dordogne, pour qu' Emile Cartailhac finit par accepter l'authenticité d'Altamira.

Aujourd'hui, la grotte originelle est fermée au public depuis 2002, date de la découverte de micro organismes contaminant la roche. "Pourtant chaque vendredi matin, un tirage au sort est réalisé parmi les visiteurs et cinq personnes ont droit de visiter la vraie, pendant une demie heure selon un procédé de sécurité très strict," explique Carmen de los Heras, la conservatrice du musée.

400 dessins et peintures reproduitsDepuis 2001, le musée national et centre de recherche d'Altamira situé à proximité de l'originelle, abrite une reproduction la plus fidèle qu'il soit des peintures. Elles appartiennent au Magdalénien inférieur. Celles de Lascaux sont plus anciennes,  - 17 000 ans à - 20 000 ans. L'art d'Altamira s'étale de - 15 000 ans à - 13 000. "Il y a 400 dessins et peintures reproduits ici, la grotte originelle en totalise 500, précise la conservatrice. Ce qui frappe lorsqu'on visite ce site qui accueille 200 000 visiteurs par an, un peu moins que Lascaux 2 ( autour de 260 000), c'est le réalisme des peintures.  Il y a un caractère spectaculaire avec une précision du détail. L'animal le plus représenté est le bison des steppes. La grande salle en compte 16, de différentes postures et de différentes techniques. Ils sont accompagnés  de chevaux, de sangliers (très rare au paléolithique). "On retrouve de l'ocre et du noir comme on en voit à Lascaux et il y a vraie profusion des peintures, ce qui en fait une grotte très proche de celle de Lascaux", assure Germinal Peiro, le président du conseil départemental. Ce qui frappe à l'oeil, c'est le mouvement, la qualité de la polychromie. Le bémol, c'est la chaleur qui y  régne.  Cela enlève une part de l'émotion que devrait susciter une telle découverte.  La visite de la "Néo-grotte" est complétée par six salles de l'exposition qui présentent la culture, le mode de vie, la culture des hommes qui vécurent en Europe entre 35 000 et 10 000 ans. 

Les  futurs gestionnaires  de Lascaux IV, présents dans la délégation devraient tirer bon nombre d'enseignements de cette rencontre. Les Espagnols qui mènent des programmes sur la connaissance de la préhistoire et de premier art, également.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
12707
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !