Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les lignes: Claire Mauriac, le roman d'une mère d'Anne Duprez aux éditions du Festin

27/09/2015 | Paru le 18 septembre dernier, "Claire Mauriac, le roman d'une mère" d'Anne Duprez évoque cette mère jusque-là méconnue mais pourtant intimement liée à l'oeuvre de F.Mauriac.

Couverture "Claire Mauriac, le roman d'une mère", éditions Le Festin

Il est certains papiers un peu particuliers à écrire, celui-ci en est un, comme un arroseur arrosé qui prend ici des allures de lectrice lue. La signature de celle dont nous allons parler ici a en effet très souvent été celle qui clôturait la rubrique "Entre les lignes" d'aqui.fr, cette Anne Duprez qui a si bien parlé des livres aquitains, des belles pages éditées par telle ou telle maison d'édition locale. On savait alors qu'elle savait lire et bien lire, nous donnant de fait à nous aussi l'envie de lire ces livres dont il était question, de découvrir ou redécouvrir ces auteurs d'ici ou là. Qu'on se le dise et se le lise, avec "Claire Mauriac, le roman d'une mère" paru il y a quelques jours aux éditions du Festin, on sait désormais qu'elle sait écrire, et bien écrire.

Promenade littéraire entre deux Bordeaux ...Avant même de découvrir cette mère jusque là assez peu évoquée et de rentrer de fait dans l'intimité de cette famille singulière et dans l'enfance de celui qui obtiendra le Prix Nobel de littérature en 1952, l'un des personnages immédiatement reconnaissables de cette biographie-enquête est incontestablement la ville de Bordeaux. Guide conférencière à Bordeaux depuis 22 ans maintenant, emmenant souvent avec elle les curieux et curieuses "sur les pas de François Mauriac" à Bordeaux mais aussi du côté de Malagar ou de Saint-Symphorien, Anne Duprez sait donc de quoi elle parle, de ce vieux Bordeaux de la fin du 19ème siècle qu'elle décrit comme "un Bordeaux médiéval en sursis", une belle endormie qui "flotte entre deux eaux, dans un fouillis annonciateur". Au fil des quelques 177 pages de cette biographie-enquête, le lecteur se livre à une expérience bien singulière, une double promenade entre d'un côté un Bordeaux bourgeois du Second Empire appartenant résolument au passé avec ses noms de rues qui n'existent plus et cette ambiance propre à la seconde moitié du 19ème siècle, entre émergence des grands magasins et traditions familiales et, d'un autre côté, un vieux Bordeaux qui vit encore, notamment  dans les quartiers Saint-Pierre et Saint-Paul, avec ses anciens immeubles aujourd'hui encore sur pied et ses rues et lieux autrefois places fortes de la vie de la ville et à ce jour toujours occupés et prisés par les bordelais.

Quand une famille raconte une villeL'un des plaisirs à la lecture de Claire Mauriac, le roman d'une mère est alors bien celui-ci, cette confusion géographique entre deux Bordeaux, celui qui n'existe résolument plus et celui a survécu et va vers l'avenir avec cet immuable morceau de passé. La rue Poitevine, la rue des Trois-Canards, la rue du Mu et les Fossés des Tanneurs répparaissent alors au fil des pages dans ce Bordeaux en transformation où il est bien-sûr aussi question de lieux, de rues et de quartiers phares de la ville  d'aujourd'hui, à l'instar de la Grosse Cloche, de la rue Saint-James où se trouvait  le magasin de nouveautés du père de Claire Mauriac, du "tout nouveau Cours Alsace-et-Lorraine" ou encore de la rue du Pas-Saint-Georges où, au n°86 le 11 octobre 1885, est né François Mauriac, le même François Mauriac qui donnera bien-sûr son nom à une rue non loin du Parc Bordelais.

Claire Mauriac, entre ombre et lumière... A la façon du fameux "derrière chaque grand homme, il y a une femme", Claire Mauriac, le roman d'une mère rappelle, de manière singulière et inédite, que derrière un Prix Nobel de littérature, il y a bien-sûr une mère; dans l'absolu un constat biologique d'une évidence presque enfantine mais, concernant François Mauriac, une donnée qu'on aurait presque jusqu'alors pu perdre de vue tant la figure maternelle de l'auteur de Thérèse Desqueyroux apparaît comme un personnage presque secondaire dans les différentes biographies de l'écrivain, la plupart d'entre elles se focalisant sur la filiation avec le père (pourtant décédé alors que le jeune François Mauriac n'avait pas deux ans) et évoquant souvent cette mère de cinq enfants comme une femme austère et autoritaire. Ici, elle n'est pas "que" ça, loin de là, elle n'est pas uniquement présentée comme Claire Mauriac, femme de Paul Mauriac puis mère de François Mauriac, elle est elle, dans son intégralité, d'abord Claire Coiffard, née en 1853 dans le Quartier de la Grosse Cloche, troisième enfant d'une fratrie de quatre, fille d'Irma Abribat et de Raymond Coiffard, "marchand de nouveautés, voilà une profession qui claque comme une oriflamme!", puis Claire Mauriac, puis Bonne Maman Claire...

"Ce surcroît de tendresse"C'est alors toute une vie que les mots d'Anne Duprez racontent, entre reconstitution et documents familiaux inexploités: son enfance dans ce Bordeaux bourgeois du Second Empire, les vacances au Château Lange, la rencontre avec Paul Mauriac, le mariage dans l'église Saint-Paul, les moments d'intimité du couple où Paul écoute Claire chanter et jouer du piano, la joie de cinq naissances en huit ans, les vacances à Arcachon en Ville de Printemps, la mort de Paul que Claire vit comme "un cataclysme", le chagrin qui envahit cette mère de cinq enfants dont le mari s'en est allé alors que le plus jeune enfant de la fratrie, François Mauriac, n'avait que vingt mois, le deuil, la force, la vie qui reprendra peu à peu le dessus dans "l'imposante maison du 7, rue Duffour Dubergier, le chalet de Saint-Symphorien qui voit le jour par la volonté de Claire, "une maison qui sera la promesse vivante qu'elle a fait à Paul de continuer à vivre"... La rédaction de ce livre s'est par ailleurs en partie faite dans ce même chalet, devenu depuis le Chalet Mauriac, où A.Duprez a bénéficié du soutien de l'agence Ecla pour une résidence d'écriture entre les murs de cette maison que Claire Mauriac souhaitait voir pleine des siens. Une boucle joliment bouclée. Et puis, bien-sûr, au-delà de ce portrait de femme, il y a ce lien particulier qu'elle entretenait avec son dernier né, François Mauriac, "le plus fragile aux yeux de Claire", celui pour qui elle a "ce surcroît de tendresse", cette indéféctible présence, directe ou par des lettres. "La fermeté et la tendresse, le recul et la présence, intimement mêlés", voici donc le portrait tout en nuances qui est ici fait de Claire Mauriac, de la jeune Claire Coiffard à Bonne Maman Claire, Anne Duprez rend ici sa part de vérité et de lumière à celle qui jusqu'alors était trop souvent restée dans l'ombre de son rôle de femme et de mère. Ici, 86 ans après sa mort, la voilà donc héroïne de sa propre vie, cette femme lumineuse qui donnait sens à son prénom.

Claire Mauriac, le roman d'une mère d'Anne Duprez, éditions Le Festin, septembre 2015 - 20 euros

 

Lise Gallitre
Par Lise Gallitre

Crédit Photo : Le Festin

Partager sur Facebook
Vu par vous
5968
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !