Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les Lignes: De la sincérité envers soi-même, Jacques Rivière.

26/01/2014 | Un homme face à lui-même, une intransigeante introspection de l'âme.

De la Sincérité envers soi-même éditions Le Festin 2013

Jamais livre n’aura à ce point collé au titre de la collection qui l’accueille et le met en lumière : les Cahiers de l’Eveilleur (éditions Le Festin) en publiant « De la sincérité envers soi-même » de Jacques Rivière bouscule la part intime de chacun, celle que l’on laisse trop souvent et paresseusement sommeiller car c’est aussi la plus piquante, susceptible de pousser l’être en face de soi-même, le forçant soudainement à lutter contre l’endormissement de son âme. Ecriture exigeante et pensée exigeante dont on rêverait qu’elles bousculent les faciles et vendeurs raccourcis de l’esprit.

Jacques Rivière est né à Bordeaux en 1886, moins d’un an après François Mauriac. Mort à Paris en 1925, à seulement 39 ans, il aura côtoyé les plus grands de la littérature, travaillé avec eux, échangé : Gide, Claudel, Mauriac, mais aussi Copeau, Gallimard. Directeur de la NRF en 1919, beau-frère d’Alain-Fournier dont il épousa la sœur Isabelle, Jacques Rivière n’a hélas pas aujourd’hui la place qu’il mérite dans le Panthéon des illustres : comme le rappelle Eric des Garets dans sa préface, Bordeaux fait peu de cas de cet enfant devenu pourtant une figure clé du monde des lettres contemporain. La belle endormie gagnerait en lumière à raviver la voix d’un homme pour qui « l’arrachement à soi » est la quête suprême afin de détourner toujours sa pensée de la facilité dans laquelle naturellement elle se terre. Le Festin et les Cahiers de l’Eveilleur, en réunissant ici trois textes de Rivière (« De la sincérité envers soi-même » 1912, « De la Foi » 1912 et « Chasse à l’orgueil » issu des Carnets de captivité écrits entre 1914 et 1917) jusque là publiés séparément mettent l’accent sur les fondements de sa réflexion : un homme face à lui-même « délivré de [ses] ridicules vapeurs d’homme de lettres ».

André Lacaze, ami commun de Mauriac et de Rivière, écrit en hommage à ce dernier, en 1925 que «  la vie lui paraissait beaucoup moins intéressante à vivre qu’à comprendre ». Là est sans doute la clé de la pensée et de l’écriture de Jacques Rivière. Une sorte d’urgence du plus juste, de la quête la plus aboutie, à l’extrême, et du questionnement infini. En ce sens, ce qu’il écrit en captivité (« Chasse à l’orgueil ») touche sans doute au plus vrai du combat qu’il se livre à lui-même. Prisonnier à Königsbruck dès le début de la Grande Guerre, il est mis par ce qu’il considère comme la Providence, hors du grand combat universel. « Insuffisant à moi-même » écrit-il alors, il parvient littéralement à l’éloignement personnel de toute suffisance, une faim de la pure vérité de lui-même, sans compromission, au cœur du difficile (mais nécessaire ?) combat intime. « J’ai été recréé par la honte » écrit-il encore.

L’écriture de Jacques Rivière que l’on redécouvre ici est un uppercut qui ébranle l’assise béate des certitudes. A la fin de l’ouvrage, sur une photo noir et blanc, l’auteur nous regarde droit dans les yeux et semble nous interpeler : « J’ai fait la part du travail qui m’a été donné de faire, et toi ? Où en es tu ? »…

De la sincérité envers soi-même, Jacques Rivière. Le Festin. Préface d'Eric des Garets.
www.lefestin.net

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : Le Festin éditions

Partager sur Facebook
Vu par vous
1186
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !