Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les Lignes: "La Rue des Silences", Olivier Darrioumerle.

21/10/2013 | Pantomime aux pays des mafieux, où le sang se mélange au maquillage du clown.

La rue des silences, Olivier Darrioumerle, Stephane Million éditeur 2013

Voici l’Automne, la saison des belles feuilles, la saison des couleurs qui flambent et des crépuscules des Dieux. Justement, en voici des belles feuilles : Olivier Darrioumerle signe « La Rue des Silences » chez Stéphane Million. Où la voix d’un nouvel auteur se fait écriture. On connaissait la fougue des gaves béarnais aux accents de tempête de l’ami Darriou, on découvre ici un style coloré comme un manteau d’Arlequin, une gouaille grimaçante de Polichinelle, un univers aussi : Naples aux baisers de poudre et de sucre. Son premier roman est une histoire de fureurs et de colères, de rêves de gloire et de pantomimes. Une Comedia del Arte dont Naples est le « théâtre à ciel ouvert ». Une galerie de portraits en farandole autour de Roméo, surnommé Ragondin, à la douceur rugueuse d’une peluche infectée par la morsure d’une sale bestiole. « Ses larmes ne coulent même pas droit » ! Roméo –Ragondin- Pantenaca a le sourire ébréché du clown, une dent cassée comme une hargne timide, un couteau mal aiguisé. Et Olivier Darrioumerle une tendresse pudique pour un monde de brutes touchantes où les Maria Santa ne sont pas toujours des saintes Maries.

C’est parfois dans les silences qu’on entend le mieux. Sans doute parce que dans les silences on dit beaucoup. La beauté, avec un grand B, ne se dit pas toujours. Il arrive qu’on s’interdise de la décrire, de l’écrire même. Alors on la réinvente comme on repriserait une couverture jaunie qui devient un manteau de lumières. Roméo est un clown triste, un gamin des rues dont la vie a foiré dès le départ, en plus il est roux. Il se croit déphasé, à côté de la plaque, échu dans un monde où l’amour s’exprime en engueulades,  à coups de pompe dans le train. Elevé comme « un cresson de pissotière » par la Maria Santa, maquerelle d’un jour, maquerelle toujours, qui tente de se racheter une réputation dans la farine et le sucre de sa pâtisserie napolitaine achetée avec l’argent sale tombé dans l’escarcelle du marmot à peine poussé son premier cri, « Ragondin » depuis évite les cris : il devient mime, un peu par la force des choses, beaucoup par le feu des colères trop longtemps rentrées et qui coulent dans les veines comme la lave, impatiente,  menace de jaillir du volcan. La force du rêve qui cogne aux tempes.  Le petit Rat né du ventre des bas fonds, dans une lumière blafarde enfantée par l’ombre,  révèle peu à peu son incandescence : merveilleux et lumineux personnage du mime, à la grâce des funambules, à la folie douce reçue comme un don à celui qui, happé par l’abîme du désespoir, se relève et marche au dessus du ciel.

La rue des silences - Olivier Darrioumerle
Acheter ce livre chez Mollat.com

Olivier Darrioumerle décrit l’âme de Naples, empoisonnée par la Camora, tour à tour souillée et nourrie du sang des clans, le danger éternel comme un sort qui pèse sur la ville de ceux qui ont choisi de vivre et d’espérer au pied du Vésuve. Mais dans son cinéma napolitain, les masques et bergamasques ne cachent pas que du noir. Dans l’arène du bestiaire aux pactes de sang et de poudre, le fard du clown est comme une fleur sur le bitume : Pantenaca –Roméo en équilibriste timide, tout roux, tout tendre, « camoriste un jour sur deux », porte un masque aux deux visages. Il est l’enfant qui bascule du côté sombre du conte, rapté par la rue et le chant des sirènes, contaminé par leurs baisers amers et l’or de leurs regards qui brûle l’âme et alourdit les ailes des illusions. Il est aussi le rayon de soleil qui fait penser, dans un instant léger comme un frisson, indélébile comme une fièvre, que parfois la vie aussi peut-être belle. Belle comme une fille trop fardée, comme un amour qui fait mal.

"La Rue des Silences": un vrai premier roman, à la beauté inconsolable. Muette et fière. A juste titre.
www.stephanemillionediteur.com

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : Stéphane Million éditeur, Plaisirs de Myope

Partager sur Facebook
Vu par vous
1530
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !