Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/04/20 | Le préfet de la Corrèze adresse un message vidéo

    Lire

    Le département de la Corrèze compte à ce jour 11 victimes du Covid19. Au travers d’un message vidéo, le préfet de la Corrèze en appelle à tous pour respecter le confinement en ce week-end de Pâques. Une mobilisation exceptionnelle des policiers et des gendarmes sera mise en place pour le week-end pascal afin de s’assurer du respect du confinement. Voir la vidéo.

  • 10/04/20 | Obligation de port de masque : le maire de Royan (17) contraint de reculer

    Lire

    Le maire de Royan Patrick Marengo a édité un arrêté le 8 avril obligeant tous les habitants de la commune à porter un masque pour se déplacer. Mesure illégale, lui a rétorqué le préfet de la Charente-Maritime. Patrick Marengo l'a donc retiré pour éditer un nouvel arrêté "encourageant fortement" le port du masque. L'élu a également lancé un appel à contribution pour réaliser des masques artisanaux, pour compléter les 22 000 masques FFP1 commandés par la Ville. contact : santé@mairie-royan.fr.

  • 10/04/20 | L'Engie Open de tennis de Biarritz annulé

    Lire

    L'Engie Open de tennis de Biarritz, organisé par Quaterback qui était programmé entre le 13 et le 19 juillet a été annulé en raison de la pandémie de Covid19. L’annonce par les instances internationales du gel des compétitions ATP et WTA jusqu’au 13 juillet et des mesures de confinement annoncées dans l’hexagone pendant une période incertaine ne permettent pas l’organisation de ce tournoi. En collaboration avec les instances du tennis ITF et FFT, les organisateurs se projettent vers l’édition 2021 afin que ce tournoi demeure un tournoi de référence.

  • 10/04/20 | Pas de pénurie de masques selon le préfet de la Dordogne

    Lire

    Lors d'un point presse, le préfet Frédéric Périssat, a annoncé que 900.000 masques avaient été distribués aux personnels soignants et aides à domicile depuis un mois. Le préfet estime qu'il n'y a "pas de pénurie" de masques. 140.000 masques ont été récupérés dans des entreprises ou dans des collectivités. Les infirmiers et médecins libéraux du département vont d'ailleurs se voir fournir, par l'Agence Régionale de Santé, 23.000 masques en supplément ainsi que 1000 litres de gel hydroalcoolique.

  • 10/04/20 | Interbev solidaire avec les soignants et les viandes régionales

    Lire

    Durant cette période de consommation traditionnelle de viande d’agneau et de veau, Interbev N-A soutient les actions de solidarité en offrant des repas à base de viandes régionales d’agneau et de veau aux hôpitaux et EHPAD : 120 repas à base d’Agneau du Limousin IGP* et de Veau élevé sous la mère IGP* Label Rouge ont été servis au personnel du CHU de Limoges le 7/04, et 500 repas à base d’Agneau de Pauillac IGP Label Rouge le seront ce jour au personnel du CHU de Bordeau. D'autres actions sont à venir auprès des CHU de Brive et de Poitiers, des EHPAD de la Corrèze, de la Vienne et des Pyrénées-Atlantiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les lignes: Pierre Sadran la mémoire - de Sciences Po Bordeaux- en partage

15/10/2018 | Soixante dix ans : le récit d'une histoire brillante et le reflet d'une histoire personnelle...

Pierre Sadran

Il ne fallait pas moins de 300 pages pour écrire et transmettre l'histoire de Sciences Po Bordeaux, de cet Institut planté au cœur du campus comme un phare dont la Région, le conseil régional, a financé l'agrandissement . Et qui, depuis 2016, a pris ses aises... En cet automne où l'IEP va fêter ses soixante dix ans l'ouvrage que Pierre Sadran lui consacre ne pouvait donc avoir de titre plus évocateur de l'ambition de son auteur : « la mémoire en partage."

Et l'homme, le brillant universitaire, spécialiste de la décentralisation qui dirigea l'Institut pendant treize ans, de 1985 à 1998 , des années marquées par de nombreuses évolutions et une ouverture au monde remarquable, était le mieux placé pour conjuguer les temps forts de la maison et pimenter cet ouvrage, nécéssairement sérieux, de savoureuses anectodes …

L'histoire de l'IEP de Bordeaux - où j'ai eu l'honneur d'enseigner en tant que modeste professeur associé - ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui, ce qu'elle est devenue, si de grandes figures des Facultés bordelaises n'avaient perçu l'intérêt d'y enseigner, dès sa création, de Maurice Duverger son premier directeur à Robert Escarpit, en passant par l'historien Yves Renouard, le géographe Louis Papy, Jean Stoetzel, le fondateur de l'Ifop, Jacques Ellul mais aussi, et ce fût un atout considérable pour la notoriété de l'Institut, des enseignants venus de Sciences Po Paris. Par exemple deux maîtres des requêtes au Conseil d'Etat, Christian Chavanon et Bernard Chenot.

De supplément d'âme...

Pierre Sadran, lui-même étudiant à l'IEP, témoigne de la période singulière des années d'avant mai 68, de l'itinéraire qui l'y amena et illustre l'époque où prévalait le plus souvent le double cursus, l'Institut étant vu comme un « supplément d'âme » aux études de Droit ou Lettres. « La scolarité à l'IEP avait en effet tout pour plaire. Elle était, en premier lieu, largement interactive, à une époque où l'enseignement dans les Facultés avait tout « d'une grand messe mandarinale où les officiants en toge rouge et noire ( pour le Droit) ornée de l'épitoge barrée d'hermine, délivraient du haut de la chaire une parole magistrale que rien n'était supposé interrompre.» !!! Et puis vint le second temps, celui de l'émancipation (1968-1990) marqué notamment par la bataille menée contre l'administration du budget, et une longue attente de cinq ans, débouchant, en 1989, sur un statut tant attendu et l'autonomie. A lire absolument pour bien comprendre la toute puissance de l'administration centrale.

...A grande Ecole.

Va pouvoir, alors, s'ouvrir la période de ces années d'expansion (1990-2018) que Pierre Sadran résume ainsi : « Une grande école au cœur de l'université, les Accomplissements, les Défis à relever. » Passons, rapidement, sur l'épisode de la localisation un temps envisagée à Bordeaux-Bastide et finalement consacrée à Pessac, sur le campus, dans un établissement tout neuf qui vaut à Alain Rousset, président du Conseil régional, ce compliment: « son attention à l'Université et à la recherche en général et à Sciences-Po Bordeaux en particulier, jamais démentie, est remarquable et le distingue au sein de la classe politique. » Pierre Sadran évoque les défis d'aujourd'hui, celui de la croissance vers les 3.000 étudiants, avec la difficulté d'un « taux de sélectivié à l'entrée qui reste le plus restrictif de France » . Et, l'ancien directeur de suggérer qu'il serait sans doute utile « de reprendre la mise à l'étude d'un vrai concours commun. Incluant Paris, car c'est avec lui qu'il y a le plus grand nombre de candidatures multiples.. » Autre défi, l'actualisation du modèle pédagogique dont l'auteur indique que l'actuel directeur, Yves Déloye, a fait à raison « une priorité pour les années à venir » et pour lequel Pierre Sadran apporte quelques idées précieuses. Une manière de transmettre et partager, inscrite dans un épilogue qui ressemble à un homme qui sait le prix de la durée et la résume avec modestie : «  Soixante dix ans: bref espace d'une vie humaine, bien peu de choses pour une institution. Le temps, cependant, de faire, et de se faire ; obstinément. »

 PIERRE SADRAN: La mémoire en partage Sciences Po Bordeaux (1948-2018) "Territoires du Politique" Le BORD DE l'EAU 20 euros www.editionsbdl.com

A noter: ce vendredi 19 octobre  à 17 heures à la station Ausone, rue de la Vieille Tour à Bordeaux, Pierre Sadran sera l'invité des "Rencontres Sciences Po - Sud Ouest"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6447
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !